Navigation – Plan du site
Notes critiques

Caspard Pierre (dir.). La presse d’éducation et d’enseignement, XVIIIe siècle – 1940 : répertoire analytique ; Caspard-Karydis Pénélope (dir.). La presse d’éducation et d’enseignement, 1941 – 1990 : répertoire analytique

Caspard Pierre (dir.). La presse d’éducation et d’enseignement, XVIIIe siècle – 1940 : répertoire analytique, Paris : INRP ; Éd. du CNRS, 1981-1991, 4 vol. ; Caspard-Karydis Pénélope (dir.). La presse d’éducation et d’enseignement, 1941 – 1990 : répertoire analytique. Paris ; Lyon : INRP, 2000-2005, 4 vol. 
Marcel Grandière
p. 192-193
Référence(s) :

Caspard Pierre (dir.). La presse d’éducation et d’enseignement, XVIIIe siècle – 1940 : répertoire analytique. Paris : INRP ; Éd. du CNRS, 1981-1991, 4 vol. ; Caspard-Karydis Pénélope (dir.). La presse d’éducation et d’enseignement, 1941 – 1990 : répertoire analytique. Paris ; Lyon : INRP, 2000-2005, 4 vol. 

Texte intégral

1Répertorier les revues qui traitent de l’enseignement et de l’éducation est d’un intérêt considérable pour comprendre ce qui se construit dans les fondements d’une société, pour saisir les finalités éducatives et les enjeux sociaux de l’institution des jeunes. Si les questions historiques sont tributaires d’une double pertinence, leur enracinement social et leur intérêt scientifique, ces répertoires sont bienvenus certes pour les historiens, mais aussi pour tous ceux qui s’intéressent à la société française des deux derniers siècles et aux questions plus contemporaines de l’école d’aujourd’hui. Ils sont à la fois un outil de travail pour les historiens, et de réflexion sur les cheminements de constitution et d’évolution du système éducatif en France.

2Les auteurs ont répertorié la presse d’éducation et d’enseignement selon deux périodes, xviiie siècle-1940, et 1941-1990. Les revues sont présentées pour chacune des deux périodes par des notices distribuées par ordre alphabétique, avec les renvois nécessaires pour gérer l’évolution des titres. 3 741 revues au total sont analysées, non compris quelque 3 000 autres plus succinctement référencées. Il a fallu choisir dans une masse foisonnante de titres conservés le plus souvent à la Bibliothèque nationale de France et à la bibliothèque de l’INRP. Ont été retenues les revues qui développent un minimum de place aux finalités, aux questions de contenus et de méthodes. La presse vise essentiellement les deux grands lieux d’enseignement et d’éducation que sont l’école et la famille. Destinées au enseignants et aux pères et mères de famille, pour information et explicitation de la politique éducative, organes aussi de proposition et de contestation de la part des acteurs de l’enseignement, ces revues constituent un espace public idéal de débat pour le ministère, les Églises, les pédagogues phares, les corporations de métiers qui s’engagent dans la formation des jeunes. Au-delà de l’école et des familles, cette presse concerne aussi toutes les entreprises qui cherchent à transmettre des valeurs aux jeunes, que ce soit du côté laïque (œuvres péri et post scolaires) ou religieux : mouvements de jeunesse, œuvres de patronage, confessionnelles. Les revues essentiellement amicalistes ou corporatives, comme les bulletins des anciens élèves ou la presse syndicale, ne sont pas systématiquement analysées, sauf quand elles contiennent un réel contenu pédagogique. Toutefois, les auteurs du répertoire semblent avoir fait évoluer leur travail au fur et à mesure de sa réalisation, puisque les bulletins des amicales des anciens élèves des écoles normales sont par contre référencés dans le tome 4 (p. 374-391) du premier répertoire (qui va du xviiie siècle à 1940), ainsi que les revues des œuvres laïques, des patronages et mouvements de jeunesse, et les recueils et annuaires provenant des universités qui semblaient en être exclus au départ.

3La lecture des notices de chaque revue est du plus grand intérêt pour l’historien de l’éducation. Elles donnent une description bibliographique de chaque publication, son objectif (emprunté souvent aux motivations exprimées par les auteurs dans les premiers numéros), et un descriptif des contenus. C’est tout un domaine de l’histoire du livre qui nous est ainsi ouvert par les auteurs. Un index chronologique permet de suivre la création des revues, la pérennité des titres, et met ainsi en évidence quelques grands moments de l’histoire éducative. Les descriptifs des contenus sont particulièrement intéressants, directement accessibles dans un index : défense de la laïcité, des valeurs chrétiennes et religieuses, commentaires des textes officiels, correspondance d’instituteurs, pédagogie, hygiène, discours de distribution de prix, communications sur les méthodes d’enseignement, sur les programmes, devoirs, sujets d’examen, contes et histoires édifiantes, éléments de telle discipline, compte rendus de livres… L’évolution des contenus, et les termes utilisés, sont autant de marqueurs de l’histoire scolaire et éducative. Les revues mettent en scène, dans le mouvement de la vie, au cœur des débats qu’ils suscitent, les questions et projets éducatifs et scolaires, lesquels sont au carrefour de l’histoire sociale et culturelle. Elles sont à la jonction, à la fois des décisions législatives et réglementaires, sur lesquelles elles cherchent à peser dans le cadre de débats toujours vifs, et des pratiques d’enseignement et d’éducation, de l’investissement des acteurs, qui y trouvent un espace pour faire entendre leurs convictions. Même la sage Revue pédagogique née en 1878 traite avant 1914 de tous les sujets qui fâchent concernant par exemple la formation des maîtres et maîtresses d’école : recrutement difficile des écoles normales, inadéquation des brevets, manière de comptabiliser les fautes d’orthographe dans les examens, mauvais fonctionnement des écoles annexes… Le répertoire permet de faire le tour des questions, des thèmes, des territoires éducatifs, répertorie : 1/ les préoccupations pédagogiques, selon les différents âges de l’enfance et de la jeunesse ; 2/ l’évolution de ces questions, avec l’entrée dans les débats des questions nouvelles, et les changements de vocabulaire ; 3/ les débats de méthode d’enseignement, les grands courants ayant généralement répandu leur bonne parole par une revue chargée de diffuser leurs idées ; 4/ les formations spécifiques à certains métiers et techniques, quand il y a réflexion pédagogique (voir la notice n° 583, dans le tome 1, sur le Bulletin trimestriel : l’enseignement professionnel et technique des pêches maritimes qui paraît de 1896 à 1839) ; 5/ les enseignements spécialisés à une catégorie de population comme l’enfance handicapée, les sourds muets, les mouvements et associations de jeunesse, d’éducation populaire, etc.

4C’est ce qui fait de ces deux répertoires un outil de travail et de formation nécessaire à tous les centres qui s’intéressent à la recherche en éducation et à la formation des jeunes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Grandière, « Caspard Pierre (dir.). La presse d’éducation et d’enseignement, XVIIIe siècle – 1940 : répertoire analytique ; Caspard-Karydis Pénélope (dir.). La presse d’éducation et d’enseignement, 1941 – 1990 : répertoire analytique », Revue française de pédagogie, 159 | 2007, 192-193.

Référence électronique

Marcel Grandière, « Caspard Pierre (dir.). La presse d’éducation et d’enseignement, XVIIIe siècle – 1940 : répertoire analytique ; Caspard-Karydis Pénélope (dir.). La presse d’éducation et d’enseignement, 1941 – 1990 : répertoire analytique », Revue française de pédagogie [En ligne], 159 | avril-juin 2007, mis en ligne le 24 novembre 2010, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rfp.revues.org/1210

Haut de page

Auteur

Marcel Grandière

Université d’Angers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org