Navigation – Plan du site
Notes critiques

Bedin Véronique (dir.). L’évaluation à l’université. Évaluer ou conseiller ?

Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2009, 329 p.
Olivier Rey
p. 128-129
Référence(s) :

BEDIN Véronique (dir.). L’évaluation à l’université. Évaluer ou conseiller ? Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2009, 329 p.

Texte intégral

1L’enjeu de la qualité et de son évaluation est actuellement partout présent dans l’enseignement supérieur et la recherche, tant au niveau français qu’international. Dans ce contexte, l’ouvrage dirigé par Véronique Bedin présente une approche d’évaluation qui s’intéresse moins aux indicateurs et aux productions censés rendre compte de cette qualité qu’aux processus de conseil et d’accompagnement susceptibles de déboucher sur des actions impliquant les acteurs concernés. L’ouvrage est organisé en quatre parties. Dans la première, l’auteur progresse vers une définition de l’évaluation-conseil à l’université, en précisant ses enjeux méthodologiques et théoriques. Pour elle, le concept d’évaluation-conseil vise à englober des formes très diverses dans l’université, mais toujours dans une visée praxéologique assumée. Autrement dit, l’évaluation-conseil veut saisir le passage du jugement, du bilan, du diagnostic ou du tableau de bord, de l’évaluation à sa traduction en conseil à visée professionnelle, formatrice, organisationnelle, etc. Le conseil comme élément de pilotage de l’université est concerné, au même titre que le conseil comme apport à la formation professionnelle. C’est pourquoi des moments aussi variés que le conseil d’orientation envers l’étudiant, l’évaluation des équipes de recherche, la réunion d’un conseil statutaire ou encore la mise en place d’une démarche qualité au sein d’une université peuvent être pris en compte.

2Les différents types d’évaluation-conseil sont néanmoins organisés par l’auteur autour de trois jeux d’opposition : l’évaluation-conseil de type institutionnel ou individuel, de type interne ou externe, de type écrit ou oral. À partir de la caractérisation de ces différents types, Véronique Bedin définit l’évaluation-conseil en sept syntagmes dont on retient l’accent mis sur la dimension réflexive et interactive. Fixant clairement un objectif de réussite praxéologique à l’évaluation-conseil, l’auteur pose en effet comme condition à ce succès que le processus réponde à une exigence dialogique permanente. De ce point de vue, bien que Véronique Bedin reste discrète sur ce terrain, on peut penser que l’évaluation-conseil visée par l’auteur se situe plutôt du côté de la démarche interne à l’établissement ou à la communauté, voire du côté de la démarche d’auto-évaluation, bien plus que du côté de la généralisation des évaluations externes de performances.

3Dans une deuxième partie, l’évaluation des établissements universitaires, envisagée à partir de regards sur la France (Cytermann, Fave-Bonnet et Macarie-Florea) et sur d’autres systèmes à l’étranger (Pelletier, Ferrández Berrueco et Murdoch), montre justement cette tension entre une évaluation qui accompagne les acteurs des établissements et une évaluation plus directement orientée vers le pilotage. Autant l’évaluation, par la mise à plat et la (re)connaissance réciproque des pratiques qu’elle provoque, peut faciliter le changement, autant elle doit déboucher à un moment donné sur des décisions politiques qui ne vont pas de soi, dans le complexe agencement organisationnel que sont les universités. Dans ce contexte, les indicateurs de performance quantitatifs constituent souvent des raccourcis plus pratiques pour les décideurs, ainsi qu’on le constate par exemple dans le contexte de la LOLF en France.

4Le rôle de l’évaluation-conseil dans l’amélioration de la qualité des formations universitaires est envisagé dans la troisième partie de l’ouvrage. À partir de ses travaux sur l’« effet établissement » dans la réussite universitaire, Michaut montre que la satisfaction ou l’insatisfaction des étudiants dépendent d’un certain nombre de facteurs exogènes, sur lesquels les enseignants et l’établissement universitaire ont peu de prise, ce qui limite en conséquence la portée des recommandations qu’il est possible d’inférer de ce type de démarche d’évaluation de la qualité par les étudiants. On peut remarquer que c’est, de façon plus générale, une limite forte de toute démarche qui chercherait, via un processus d’évaluation-conseil, les réponses aux problèmes rencontrés au sein de l’organisation ou de l’institution dans le seul sein de celle-ci…

5En passant en revue la littérature anglophone sur le sujet, Younès montre l’insuffisance des modèles d’accréditation et de benchmarking à base de standards, pour faire vivre une évaluation-conseil en matière d’évaluation des enseignements. Elle souligne au contraire l’impossibilité de dégager des critères univoques d’appréciation de l’enseignement et la nécessité d’un accord partagé sur le sens des études et d’un processus d’accompagnement de l’évaluation pour lui donner sa dimension de conseil. Lanarès souligne également, à partir de son expérience suisse, que la qualité ne doit pas être le point de vue de l’un ou de l’autre groupe d’acteurs, mais plutôt comme la réduction de la tension entre points de vue différents. La qualité est alors, dans une optique d’évaluation-conseil, un moyen de développement personnel et non de contrôle.

6Enfin la quatrième partie s’intéresse plutôt au conseil professionnel à destination des doctorants et des enseignants du supérieur. Deux contributions (Daydé et Cros) s’intéressent à cette étape particulière que constitue la préparation doctorale, pendant laquelle le jeune chercheur doit en même temps préparer sa thèse et son insertion professionnelle, qui peut viser soit les carrières académiques, soit un autre univers professionnel. Elles soulignent l’intérêt de cadres et de dispositifs d’évaluation-conseil qui évitent au doctorant de se retrouver dans la solitude et lui permettent de mieux élucider les compétences qu’il met en œuvre. En plaidant pour une formation pédagogique pour les enseignants universitaires, Romainville se limite à une approche modeste, pour une formation qui doit prendre place dans les maigres interstices que laisse encore la multiplication des tâches à assurer par l’enseignant (« entre l’écorce et l’arbre »). D’où l’intérêt, à ses yeux, de privilégier des projets collectifs de type recherche-action, afin que cette formation pédagogique soit intégrée au cœur de l’identité et des situations de travail des enseignants-chercheurs. Pour promouvoir le développement professionnel dans un univers dont la recherche est le critère de valeur dominant, Rege Colet évoque aussi l’expérience du dossier d’enseignement (ou teaching portfolio) mis en œuvre par l’université du Michigan. Il est, selon elle, pertinent de lier ainsi qualité de l’enseignement et compétences professionnelles en un outil de la stratégie institutionnelle de l’université.

7L’ouvrage de Véronique Bedin a le mérite de tenir dans un seul mouvement de nombreuses dimensions des activités universitaires, usuellement abordées de façon séparée et avec des approches théoriques irréconciliables. Montrer que l’on peut mettre en œuvre les mêmes préoccupations dans une évaluation-conseil d’établissement que dans une évaluation-conseil à visée plus individuelle et professionnelle est l’un des principaux intérêts de cet ouvrage. C’est aussi sa fragilité : l’hétérogénéité des contributions et l’extrême dispersion des questions traitées laissent le lecteur parfois désarçonné. On peut ainsi se demander dans quelle mesure l’ensemble des contributeurs partagent réellement le paradigme de référence longuement exposé dans le premier chapitre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Rey, « Bedin Véronique (dir.). L’évaluation à l’université. Évaluer ou conseiller ? », Revue française de pédagogie, 173 | 2010, 128-129.

Référence électronique

Olivier Rey, « Bedin Véronique (dir.). L’évaluation à l’université. Évaluer ou conseiller ? », Revue française de pédagogie [En ligne], 173 | octobre-décembre 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 26 mars 2017. URL : http://rfp.revues.org/2493

Haut de page

Auteur

Olivier Rey

INRP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org