Navigation – Plan du site
Notes critiques

Bonaccorsi Julia. Le devoir de lecture. Médiations d’une pratique culturelle

Paris : Hermès-Lavoisier, 2009, 218 p.
Jean-Marie Privat
p. 130-131
Référence(s) :

BONACCORSI Julia. Le devoir de lecture. Médiations d’une pratique culturelle. Paris : Hermès-Lavoisier, 2009, 218 p.

Texte intégral

1Malaise(s) dans la communication… Cet ouvrage publié dans la collection « Communication, médiation et construits sociaux », sous la direction de Jeanneret, ne laisse pas d’interroger son lecteur sur ses objets et objectifs scientifiques réels. Qui a jamais pensé par exemple que le « devoir-lire » serait « réductible à une injonction centrale » (p. 16), sinon l’idiographie de l’auteur lui-même ? Comment comprendre le sous-titre de l’introduction – « Corps, textes, territoires » –, alors que la trilogie programmatique de la recherche se décline en « espace, figure, objet » (p. 18), sinon par révérence foucaldienne ? Pourquoi intituler la première partie du livre : « Qu’est-ce qu’une approche communicationnelle ? », ce qui présage d’une réflexion épistémologique et/ou méthodologique, pour se condamner de facto à résumer à la diable (chapitre 1) des approches sociologiques et ethnographiques, lexicologiques et narratologiques, etc., et conclure obscurément en des termes d’une si grande généralité qu’on hésite à y reconnaître la pensée d’un Michel de Certeau : « L’énonciation à l’œuvre dans la médiation peut s’analyser en termes de poétique des pratiques, recontextualisée dans sa réalité sociale et topographique et son environnement symbolique et discursif » (p. 72) ?

2Certes ce travail, qui vise explicitement à compléter l’approche historique et institutionnelle proposée naguère par Chartier et Hébrard (Discours sur la lecture, 2000) en partant des actions menées dans un territoire, « théâtre de médiations de la lecture portées par une pluralité d’acteurs et d’institutions » (p. 18), a toute sa légitimité de principe. Mais le projet intellectuel précis du livre n’est pas formulé dans un langage clair, au moins pour les non-initiés : « Cette recherche traite d’une politique publique, celle de la lecture, en interrogeant le projet de médiation porté par les acteurs et en le considérant comme une prétention communicationnelle confrontée à la complexité des situations sociales dans lesquelles il s’inscrit » (p. 16). L’auteur embrasse en effet un éventail très éclectique de paradigmes explicatifs dont le plus récurrent est l’analogie bien connue (et fort contestée) du « terrain » et du « texte ». Sont alors convoqués entre autres les travaux de Geertz, Ricoeur et Rastier pour conclure en deux pages rapides sur des perspectives d’intersémioticité (la notion ne sera reprise qu’une seule fois, 80 pages plus loin).

3La seconde partie est consacrée à « la formation discursive du devoir-lire » selon une approche à la fois diachronique et synchronique. Mais la rédaction est souvent aussi absconse que le propos ambitieux, au point que l’auteur ressent parfois la nécessité d’une reformulation, au risque de banaliser sa thèse : « L’analyse de la poétique des situations qui explicite la croyance à l’œuvre, permet en filigrane de comprendre comment peuvent s’articuler symbolique et politique, comme une topographie de la médiation de la lecture. Pour dire les choses plus simplement, ce sont les questions du projet et de l’engagement qui sont saisies d’un point de vue temporel et spatial » (p. 99). Les homologies entre tissu urbain et tissu textuel se multiplient, prenant exemple sur le réseau des villes-lectures et prenant pour terrain de validation l’implantation d’une nouvelle bibliothèque à Marseille. On aurait aimé que le concept de textualité urbaine dépasse l’usage métaphorique conventionnel (les langages de la ville, la ville comme langage) et explicite ce que le langage écrit fait précisément à des cultures scriptocentrées. Mais la difficulté majeure que rencontre ici le lecteur c’est surtout l’écart « déceptif » entre, d’une part, les (excessives) ambitions cognitives du programme et d’autre part les résultats produits :

  1. la « pratique culturelle » est saisie dans ses dispositifs discursifs ou matériels publics, mais la voix des experts (institutionnels ou professionnels) couvre en fait les pratiques réelles des usagers collectifs ou singuliers, sauf exception (p. 187-191). Ce point est problématique quand on pose en théorie que, « du texte au lecteur », s’est effectivement opéré « un déplacement transdisciplinaire de l’objet » (p. 54-55 puis p. 143-145 et passim) et que l’on se propose de décrire « comment le lecteur est saisi par l’intervention publique » (p. 125) ;

  2. les conclusions partielles ou générales n’échappent guère à la banalité, ou au jargon. Ainsi est-ce vraiment une découverte d’observer, par exemple, que les divers discours et les différentes pratiques de « lecture oralisée » reposent en fait sur « une certaine sacralité accordée au texte » et une consensuelle valorisation de « l’interprétation esthétique » (p. 152) ? Est-il bien éclairant de conclure que « la crise de l’illettrisme montre comment les énonciateurs imposent l’élaboration d’un nouvel espace de dispersion par la mise à l’agenda des politiques », ou que dans la « scénographie » de telle exposition dédiée à Lire en fête, « le motif communicationnel de la vitrine annule l’opérativité sémiotique des formes en scène et réunies par une contiguïté forcée, dont le projet est l’impensé – ou n’est plus à penser » (p. 201) ?

4On ne sait que penser, en effet… y compris des très nombreux jugements de valeur qui situent le chercheur en surplomb de ses sujets : « L’espace de l’exposition qui se superpose à un espace de circulation dans la ville (le métro marseillais) ne permet pas de dialogue entre les vitrines réunies par le seul principe de l’événement. Les objets exposés produisent en définitive peu de sens sur l’événement et dans la vitrine elle-même. » (p. 173) Il reste que ce parcours cavalier « trans-théorique » et ce travail parfois micro-ethnographique restent vivants et même séduisants, dans la mesure où l’auteur adopte une énonciation subjective et n’hésite pas à conduire son lecteur sur des terrains qui lui sont ou lui furent familiers. Aussi pourrait-on souhaiter au lecteur buissonnier du livre de Julia Bonaccorsi ce qu’elle dit elle-même des devoirs de lecture : « Les acteurs y créent bien d’autres richesses, à distance d’eux-mêmes, des normes, des institutions et des politiques publiques » (p. 201).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Marie Privat, « Bonaccorsi Julia. Le devoir de lecture. Médiations d’une pratique culturelle », Revue française de pédagogie, 173 | 2010, 130-131.

Référence électronique

Jean-Marie Privat, « Bonaccorsi Julia. Le devoir de lecture. Médiations d’une pratique culturelle », Revue française de pédagogie [En ligne], 173 | octobre-décembre 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://rfp.revues.org/2496

Haut de page

Auteur

Jean-Marie Privat

CELTED, université Paul-Verlaine-Metz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org