Navigation – Plan du site
Notes critiques

Daunay Bertrand, Delcambre Isabelle & Reuter Yves (dir.). Didactique du français, le socioculturel en question

Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2009, 268 p.
Jean-Paul Laurent
p. 134-135
Référence(s) :

DAUNAY Bertrand, DELCAMBRE Isabelle & REUTER Yves (dir.). Didactique du français, le socioculturel en question. Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion, 2009, 268 p.

Texte intégral

1L’ouvrage dont il est question ici peut être considéré comme un véritable manuel de référence pour qui souhaite prendre en compte, dans ses recherches et ses pratiques didactiques, la dimension socioculturelle des enseignements et des apprentissages. C’est un guide, inspirateur de choix théoriques autant que méthodologiques dans le domaine scolaire. Rédigé par des spécialistes, essentiellement des didacticiens du français mais aussi par des historiens de l’éducation, des comparatistes et une didacticienne des mathématiques, ce livre fait le point sur l’état actuel des recherches dans le champ des relations entre le social, le culturel et l’enseignement. Un premier axe traverse ce « manuel » : le propos est alors théorique et historique. L’enseignement-apprentissage du français y est mis en perspective du point de vue du lien entre l’institution scolaire et le contexte social et culturel qui, à la fois, la transforme et se laisse transformer par elle. Sur le plan historique, est montré par exemple le rapport entre, d’une part, une volonté militante de penser les contenus d’enseignement, les valeurs patrimoniales et sociales, la construction de soi dans la perspective d’une démocratisation de l’enseignement et, d’autre part, l’émergence, dans les années quatre-vingt, d’une didactique du « français » venant se substituer à une pédagogie de l’enseignement des « lettres ». Sur un plan théorique, la question est dès lors posée : quel rôle la didactique peut-elle jouer face à l’inégal accès à l’école, compte tenu de la globalité de l’ensemble des élèves ? Sont en jeu autant la constitution des objets d’enseignement que les processus d’apprentissage et les conditions d’appropriation.

2Une des contributions de l’ouvrage porte sur les « déterminants socioculturels de la réussite scolaire ». Elle montre le rôle crucial qu’a joué la notion de « pratique culturelle » propre à certains milieux sociaux dans l’évolution de l’école. S’y affirme, notamment, un « pluriel des cultures » : une vision hiérarchisée des valeurs culturelles fait place à une conception « différentialiste » de celles-ci. L’auteur de cette recherche pose alors la question de l’acculturation à propos de laquelle devront se jouer inévitablement des rapports de force culturels et sociaux.

3Cet axe historico-théorique en croise un autre, celui de la recherche de pratiques diversifiées susceptibles de toujours mieux prendre en compte les différences sociales et culturelles entre les élèves. L’enjeu est celui de la construction d’objets scolaires en fonction de variables liées à l’origine social ou au contexte culturel. L’apport des contributeurs est éclairant. Il s’agit souvent de travaux de comparaison entre publics scolaires situés différemment et même parfois disposés sur un axe où s’oppose par exemple la population d’un lycée général classique situé en milieu résidentiel et celle d’un lycée polyvalent de banlieue. La recherche évoquée ici porte sur des approches théâtrales de grands classiques par le biais de méthodes ludiques innovantes. La conclusion est que le recours à ces séquences nouvelles transcende la différence entre filières. Plus généralement, ces travaux montrent que, pour l’essentiel, un accès commun est souvent possible malgré les différences culturelles et sociales : dans de bonnes conditions d’enseignement, ces différences tendent à s’estomper.

4Un troisième axe traverse l’ouvrage, celui de la présentation des traces du socioculturel dans les programmes, les manuels, les représentations des savoirs et savoir-faire chez les acteurs de l’enseignement. À ce propos, il est beaucoup question des textes à lire, de leur appartenance à la tradition ou non, des normes et des valeurs. Ce qui est en jeu, à ce niveau, c’est l’organisation disciplinaire de l’école qui, par exemple, construit des images de ce qu’est un texte légitime, un discours, une écriture, une lecture. Il apparaît que le poids de ces représentations constitue souvent un obstacle pour l’appropriation des compétences d’ordre scriptural. Une étude menée au sein d’un lycée professionnel le montre particulièrement. La prégnance de la « langue de l’école » a un effet paralysant, notamment dans le domaine de l’écriture.

5La forme et l’organisation disciplinaires apparaissent donc comme un lieu essentiel d’intervention didactique : il s’agit de réorganiser les objets produits et reçus à l’école, de les confronter à ceux dont on a besoin pour s’intégrer socialement. Il s’agit aussi de redécouper la discipline elle-même ; on rencontre alors le vaste champ des sous-domaines du français : écriture, littérature, oralité, lecture, grammaire et orthographe. Une étude portant sur l’attribution du prix des lycéens met en évidence une méthodologie visant à échapper au phénomène de sacralisation de la culture par l’établissement d’une séparation entre les types de texte et les modes d’appropriation de ceux-ci. Les représentations habituelles associent mauvais genres, mauvaises lectures, mauvais lecteurs. Une redistribution « différentielle » des catégories littéraires et lectorales « hiérarchisées » diminuerait l’impact des déterminations sociales : on retrouve ici la notion de culture plurielle.

6Une dernière dimension est également présente dans l’ouvrage. Elle est plus descriptive et porte sur la présentation de pratiques concrètes dans l’espace de la classe. Certaines de ces contributions ne s’inscrivent pas vraiment dans la thématique de l’ouvrage. Le lien avec le socioculturel y est parfois plus ténu que dans les autres axes du livre. Mais l’intérêt n’en est pas moins réel. Le lecteur de l’ouvrage y découvrira des relations rigoureuses et minutieuses de pratiques concrètes susceptibles d’être transposées et transférées dans de nouveaux contextes. La variété des approches et leur cohérence confèrent, on l’aura compris, une valeur « sommative » à cet ouvrage. Sa lecture et son analyse permettent un tour assez complet et actualisé de la problématique socioculturelle de la didactique. Abordée sous cet angle, la didactique du français apparaît ici porteuse d’une force, trop peu connue, au service du renouveau de l’école. À ce titre, l’ouvrage intéressera tous ceux qui, pédagogues ou responsables institutionnels, jouent un rôle dans le fonctionnement de l’institution scolaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Paul Laurent, « Daunay Bertrand, Delcambre Isabelle & Reuter Yves (dir.). Didactique du français, le socioculturel en question », Revue française de pédagogie, 173 | 2010, 134-135.

Référence électronique

Jean-Paul Laurent, « Daunay Bertrand, Delcambre Isabelle & Reuter Yves (dir.). Didactique du français, le socioculturel en question », Revue française de pédagogie [En ligne], 173 | octobre-décembre 2010, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 24 juillet 2017. URL : http://rfp.revues.org/2502

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Laurent

CEDOCEF, Université de Namur, Belgique

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org