Navigation – Plan du site
Notes critiques

RICH Joël. Les nouveaux directeurs d’école. Repenser l’encadrement des établissements scolaires

Bruxelles : De Boeck, 2010, 169 p.
Gilles Combaz
p. 149-150
Référence(s) :

RICH Joël. Les nouveaux directeurs d’école. Repenser l’encadrement des établissements scolaires. Bruxelles : De Boeck, 2010, 169 p.

Texte intégral

1Dès l’introduction, l’auteur indique que l’objectif de l’ouvrage est de mieux cerner le vécu des directeurs d’école et leurs capacités à mobiliser les enseignants pour que le système éducatif soit plus efficace. Certes ces aspects sont abordés mais, à la lecture, on peut se demander si l’objectif principal n’est pas plutôt celui qu’annonce le sous-titre : repenser l’encadrement des établissements scolaires. À cet égard, l’ouvrage permet de passer en revue de nombreux apports scientifiques susceptibles, selon l’auteur, de contribuer à la formation des futurs directeurs d’école. Pour le cas de la situation française, cet apport peut paraître décisif étant donné la création annoncée des futurs établissements d’enseignement publics primaires pour lesquels il faudra recruter et former des directeurs n’ayant pas le même statut qu’actuellement. De ce point de vue, l’ouvrage de Joël Rich pourra peut-être répondre en partie aux orientations préconisées par le rapport rédigé en 2010 par le député Frédéric Reiss et intitulé : « Quelle direction pour l’école du xxie siècle ? » (Reiss, 2010).

2Un premier chapitre historique permet de bien cerner la façon dont la fonction de directeur d’école a évolué en France. C’est le développement quantitatif de certaines écoles qui va conduire les autorités à mettre en place des directeurs. La loi Falloux de 1850 préconise qu’un directeur soit nommé dans chaque école de plus de 80 élèves. Le statut relatif à la fonction apparaît avec la loi organique du 30 octobre 1886. À cette époque, le directeur dispose d’une certaine autorité sur ses adjoints. Il veille à l’ordre, à la discipline et à l’hygiène. Il s’intéresse aussi aux méthodes pédagogiques mises en œuvre par ses adjoints. Ceci ne manque pas de créer quelques tensions qui, selon l’auteur, peuvent expliquer en partie la naissance du syndicalisme enseignant. Entre le début du xxe siècle et 1930, les méthodes autoritaires perdurent et les tensions avec les enseignants demeurent. De 1886 à 1965, être directeur est un titre reconnu et ceci se manifeste, entre autres, par une rémunération non négligeable. Le directeur devient un responsable administratif et, le cas échéant, un conseiller dans le domaine pédagogique. Dès 1966, le gouvernement en place réclame la création d’un grade spécifique. Cette proposition est vivement combattue par le Syndicat national des instituteurs (SNI). À la fin des années quatre-vingt, le ministre René Monory réitère la proposition en suggérant de mettre en place des « maîtres-directeurs » (qui auraient été vraisemblablement déchargés de classe). Là encore, le SNI s’oppose à cette proposition.

3L’analyse comparative mise en œuvre par l’auteur permet de mettre en perspective la situation des directeurs d’école en France avec celle de leurs homologues au Canada et en Belgique. Dans ces deux pays, les directeurs d’école sont plus proches, de par leur statut et leurs activités, des personnels de direction du second degré en France. Les directeurs d’école au Canada ont par exemple un niveau d’études assez élevé (maîtrise ou doctorat). En faisant état des résultats d’une étude réalisée par Blouin (2006), l’auteur montre que les 15 000 directeurs interrogés se montrent très satisfaits de leur développement professionnel, de l’appui de leurs supérieurs hiérarchiques et de leur autonomie professionnelle. Nombreux sont ceux qui souhaiteraient pouvoir recruter eux-mêmes les enseignants faisant partie de leur équipe. Pour la Belgique, l’auteur présente une étude menée par Boulvain (2006) à partir d’entretiens. Interrogés sur la manière dont ils conçoivent leurs rôles, les directeurs mettent l’accent sur les aspects relationnels et ceux qui sont relatifs à la gestion. Viennent ensuite le rôle d’animation pédagogique et les tâches administratives. La situation des directeurs français est appréhendée à travers une étude menée par la mutuelle générale de l’Éducation nationale (MGEN). Les 1 900 individus interrogés estiment que leur métier se dégrade. Ils font également état de l’écart croissant qui existe entre les tâches qui s’alourdissent progressivement et les moyens qui leur sont alloués.

4Une autre partie de l’ouvrage aborde un certain nombre de concepts et de notions qui pourraient faire l’objet de modules de formation pour les directeurs d’école. Pour chaque concept et chaque notion, l’auteur présente des travaux scientifiques susceptibles d’éclairer de manière originale les problématiques professionnelles des directeurs d’école. Ces apports doivent contribuer selon l’auteur à former un praticien réflexif. Pour atteindre cet objectif, il passe en revue les notions suivantes (dont certaines sont très à la mode) : la gouvernance, le nouveau management public, le travail en équipe, la coopération, le projet d’école, l’évaluation. Comme le mentionne très justement l’auteur, les deux premières sont relativement polysémiques et peuvent avoir, selon les circonstances, une connotation très libérale. Afin d’éviter le flou, il propose quelques orientations. Pour la gouvernance, il s’agit pour le directeur de « créer les conditions dans lesquelles les personnels qu’il dirige assument eux-mêmes de plus grandes responsabilités, avec plus de communication, de transparence, d’égalité, de liberté, de respect et de contrat » (p. 45). L’auteur semble convaincu de la nécessité pour les directeurs et leurs équipes d’intégrer pleinement les apports du nouveau management public. À ce propos, il écrit : « La formation d’un directeur éclairé et en position critique vis-à-vis des pratiques liées à un nouveau management public pourrait paraître indispensable […] pour assurer la promotion, dans son équipe, d’une indispensable innovation. » (p. 127) Un peu plus loin, il ajoute : « Le directeur est […] celui qui doit contribuer à donner une visualisation nécessaire pour que les personnels dont il a la charge réalisent les objectifs qu’ils se sont fixés dans un sens partagé. » (p. 134) Il n’est pas du tout certain que les enseignants français du premier degré soient prêts à entendre et à accepter ce type de discours.

5Le chapitre 6 dont on peut penser qu’il constitue le fil directeur de l’ouvrage est consacré à des propositions concernant la formation universitaire et professionnelle des futurs directeurs d’école. Du point de vue des supports scientifiques, l’auteur préconise trois types d’apports : des sciences humaines et sociales ; des sciences de gestion et des sciences de l’administration.

6À cet égard, nul doute que le livre de Joël Rich constitue une ressource appréciable pour former les futurs directeurs d’école. On peut cependant regretter l’aspect trop prescriptif de l’ensemble. Davantage de prudence et de nuance aurait sans doute été nécessaire. Du point de vue méthodologique, il est dommage que l’auteur n’ait pas lui-même recueilli des données originales répondant à une problématique spécifique centrée sur la situation des directeurs actuels en France. Les entretiens qu’il mobilise sous forme d’extraits ont été collectés pour un tout autre projet : ce sont les travaux qu’il a consacrés aux projets d’école. Par ailleurs, la multiplicité des champs scientifiques mobilisés peut dérouter quelque peu le lecteur, même si cette multiplicité illustre le caractère pluriel des sciences de l’éducation au sein desquelles se situe le travail de l’auteur.

Haut de page

Bibliographie

BLOUIN P. (2006). « Profil des directeurs d’écoles primaires et secondaires au Canada : premiers résultats de l’enquête auprès des directeurs d’école de 2004-2005 ». Questions d’éducation : le point sur l’éducation, l’apprentissage et la formation au Canada, vol. 3, n° 2. Disponible sur Internet à l’adresse : http://www.statcan.gc.ca/pub/81-004-x/2006002/9249-fra.htm (consulté le 26 janvier 2011).

BOULVAIN M. (2006). « Un directeur à l’école primaire, quels rôles dans la gestion de la qualité ? » 8e biennale de l’éducation et de la formation, INRP, Lyon. Disponible sur Internet à l’adresse : http://www.inrp.fr/biennale/8biennale/contrib/longue/88.pdf (consulté le 26 janvier 2011).

REISS F. (2010). « Quelle direction pour l’école du xxie siècle ? ». Rapport à M. le Premier ministre. Paris : Assemblée nationale. Disponible sur Internet à l’adresse : http://media.education.gouv.fr/file/2010/86/8/Rapport-Quelle-direction-pour-ecole-XXI-siecle_155868.pdf (consulté le 26 janvier 2011).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Combaz, « RICH Joël. Les nouveaux directeurs d’école. Repenser l’encadrement des établissements scolaires », Revue française de pédagogie, 174 | 2011, 149-150.

Référence électronique

Gilles Combaz, « RICH Joël. Les nouveaux directeurs d’école. Repenser l’encadrement des établissements scolaires », Revue française de pédagogie [En ligne], 174 | janvier-mars 2011, mis en ligne le 15 mars 2011, consulté le 23 avril 2017. URL : http://rfp.revues.org/2777

Haut de page

Auteur

Gilles Combaz

Institut français de l’éducation, École normale supérieure de Lyon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org