Navigation – Plan du site
Notes critiques

D’ENFERT Renaud & KAHN Pierre (dir.). En attendant la réforme. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la IVe République

Grenoble : Presses universitaires de Grenoble, 2010, 216 p.
Patricia Legris
p. 149-150
Référence(s) :

D’ENFERT Renaud & KAHN Pierre (dir.). En attendant la réforme. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la IVe République. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble, 2010, 216 p.

Texte intégral

1En attendant la réforme. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la ive République est un ouvrage auquel ont contribué quinze auteurs dirigés par Renaud d’Enfert et Pierre Kahn. Les treize contributions s’organisent en deux parties : la première porte sur les projets de réformes et les réformes éducatives, la seconde traite des disciplines scolaires. Beaucoup d’historiens de l’éducation présentent la ive République comme une « sorte de moment creux » (p. 7), quand ils ne vont pas jusqu’à la négliger dans l’histoire des institutions scolaires. Contrairement à la ve République, on ne peut pas en effet lui attribuer la paternité de grandes réformes éducatives. L’absence de réforme a contribué à diffuser l’image d’une stabilité dans le secteur éducatif entre la iiie et la ve Républiques. Or l’histoire des disciplines scolaires va à l’encontre de ces représentations. Cet ouvrage propose de montrer de manière stimulante que se produit un véritable « changement sans la réforme » (p. 10), par l’étude de ce qui se joue dans les coulisses ministérielles et sur le terrain. Une dizaine de projets de réformes sont discutés par les acteurs éducatifs qui observent alors l’« explosion scolaire », les mutations de la profession enseignante et du public scolaire. Les premiers chapitres mettent en lumière la tension entre la volonté d’adapter l’école française aux attentes du monde économique et social, ce qui passe par l’orientation et la recherche des aptitudes, et la promotion d’une école démocratique. Ces projets montrent ainsi la porosité des politiques éducatives aux transformations des autres politiques publiques.

2Les contributions présentent plusieurs autres intérêts. Le premier réside dans l’approche adoptée par les auteurs qui ne se penchent pas uniquement sur les textes officiels, mais étudient la genèse et la trajectoire des projets réformateurs, dont beaucoup remontent à l’entre-deux-guerres, comme le montrent André D. Robert concernant la démocratisation de l’école, Catherine Dorison au sujet de la notion d’aptitude et Antoine Savoye pour les classes nouvelles. Ces chapitres abordent des évolutions éducatives qui n’apparaissent que dans certaines pratiques pédagogiques. Les réformes de la ve République entérinent de ce fait des évolutions déjà visibles sur le terrain et recyclent des projets antérieurs, comme le souligne Jean-Michel Chapoulie au sujet des réorganisations institutionnelles. La déstabilisation du modèle éducatif de la iiie République et l’absence d’un projet consensuel de réforme crispent cependant certains acteurs dont l’identité est bouleversée. C’est particulièrement le cas pour l’enseignement primaire dont l’autonomie à l’égard du secondaire est ébranlée dès la Libération. Marie-France Bishop explique comment la direction du premier degré adopte progressivement des positions conservatrices, recommandant l’usage de méthodes pédagogiques traditionnelles. Elle fait ainsi apparaître comment l’apparente immuabilité de l’enseignement du français en primaire n’est aucunement un signe de sérénité. Selon Muriel Guedj et Pierre Kahn, l’inertie également visible pour l’enseignement scientifique primaire est liée à la volonté du monde primaire de ne pas se dissoudre dans le secondaire et de garder sa spécificité. L’étude de la mise en place du cursus universitaire de lettres modernes par Clémence Cardon-Quint révèle les clivages sur les méthodes et les finalités de l’enseignement du français dans le secondaire. Les débats qui précèdent la création d’un certificat d’aptitude à l’enseignement dans les collèges (CAEC) de lettres modernes témoignent de la crispation de l’enseignement des humanités classiques et des « incertitudes durables » concernant les compétences et les méthodes pour l’assurer.

3Le deuxième intérêt du livre est l’attention portée aux acteurs engagés dans les réformes disciplinaires et aux revues, porteuses des débats (Jean Lamoure). Renaud d’Enfert s’intéresse aux propositions de l’Association des professeurs de mathématiques de l’enseignement public (APMEP), inscrites dans un mouvement international en faveur des mathématiques modernes, en analysant le rôle de quelques professeurs militants pour imposer, malgré les résistances, leur conception de la réforme au sein de la corporation et auprès de l’inspection générale. La contribution d’Hélène Gispert est particulièrement riche car elle porte sur la circulation internationale de l’idée de réforme des mathématiques et sur sa traduction nationale. L’auteure revient sur des organisations encore peu étudiées comme la Commission internationale pour l’étude et l’amélioration de l’enseignement des mathématiques (CIEAEM), qui s’appuie sur un réseau d’acteurs expérimentateurs engagés à l’UNESCO, à l’OCDE ou au bureau international de l’éducation.

4L’ouvrage montre, troisièmement, que ces évolutions disciplinaires sont également liées au contexte global. Selon Joël Lebeaume, l’apparition à la Libération d’une nouvelle discipline intitulée « travaux manuels éducatifs » et « enseignement ménager », puis l’émergence d’un nouveau corps professoral spécialisé dans ces enseignements au milieu des années cinquante ne peuvent se comprendre sans tenir compte des évolutions du genre, du monde du travail et de la société. Les réformes de l’école doivent également être mises en relation avec les enjeux locaux. Michaël Attali et Jean Saint-Martin confrontent par exemple fructueusement les réformes institutionnelles venant du ministère et les débats et pratiques professionnelles des enseignants d’éducation physique et sportive. Ces derniers participent aux débats sur la place du sport dans cette discipline. Ce chapitre, tout comme celui de Pierre Savaton sur l’enseignement des sciences naturelles, montre les difficultés locales de mise en œuvre des réformes. En cela, ils mettent en évidence l’inefficacité de certaines directives centrales sur le terrain.

5Enfin l’ouvrage montre la spécificité des réformes du secteur éducatif qui sont dotées d’une temporalité propre. Alors que de vastes réformes sectorielles aboutissent dans les années cinquante (les politiques agricoles et médicales par exemple), les projets concernant l’éducation sont le plus souvent bloqués par l’absence de consensus sur ce que doit être la réforme. Les débats, dont l’intensité illustre la dimension symbolique de l’école, soulèvent de nombreuses questions relatives aux identités professionnelles, aux finalités éducatives et aux projets de société, au coût d’une réforme, etc. Une analyse plus fine des acteurs porteurs des réformes disciplinaires, mais aussi de ses détracteurs, aurait permis de mieux comprendre la dynamique morphologique des groupes professionnels, de mieux cerner les tensions, parfois implicites dans cet ouvrage, entre enseignements primaire et secondaire, entre humanités classiques et modernes. Des analyses des débats portés par des organisations internationales telles que l’UNESCO et le Conseil de l’Europe pourraient aider à comprendre la diffusion des réformes disciplinaires. Le principal manque de cet ouvrage est l’absence d’acteurs centraux comme les décideurs politiques dans l’élaboration et le blocage des réformes. On pourrait enfin regretter l’absence d’une conclusion synthétique présentant la pluralité des réformes éducatives de ces années. La publication prévue d’un deuxième volume traitant des réformes disciplinaires des années soixante qui prolongent, ou non, les projets présentés dans ce livre est donc la bienvenue.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Legris, « D’ENFERT Renaud & KAHN Pierre (dir.). En attendant la réforme. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la IVe République », Revue française de pédagogie, 175 | 2011, 149-150.

Référence électronique

Patricia Legris, « D’ENFERT Renaud & KAHN Pierre (dir.). En attendant la réforme. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la IVe République », Revue française de pédagogie [En ligne], 175 | avril-juin 2011, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rfp.revues.org/3130

Haut de page

Auteur

Patricia Legris

Université de Reims Champagne-Ardenne, IUFM de Champagne-Ardenne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org