Navigation – Plan du site
Notes critiques

MORLAIX Sophie. Compétences des élèves et dynamique des apprentissages

Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2009, 124 p.
Olivier Cosnefroy
p. 152-154
Référence(s) :

MORLAIX Sophie. Compétences des élèves et dynamique des apprentissages. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2009, 124 p.

Texte intégral

1À l’heure où la maîtrise des sept compétences du socle commun devient indispensable à l’obtention du diplôme national du brevet, l’ouvrage de Sophie Morlaix offre un temps de réflexion sur les compétences des élèves de l’école élémentaire, leurs constructions et développements au cours du temps. Projet ambitieux tant le terme est polysémique et les débats nombreux, l’auteur relève la gageure en s’inscrivant dans une approche originale, interdisciplinaire et empirique, visant à mettre à jour les compétences clés liées à la réussite scolaire. L’ouvrage se décline en quatre grandes parties équilibrées. Le premier chapitre offre une présentation synthétique de la nature des paradigmes employés par les chercheurs en sociologie et économie de l’éducation et de leur convergence dans la mise au jour des déterminants de la réussite scolaire. Dans ce paradigme économique de l’analyse du fonctionnement du système éducatif, la présentation des grands facteurs de la fonction de production scolaire est informative, tant pour le chercheur que pour le professionnel de l’éducation : qu’il s’agisse de variables liées à l’élève, son environnement familial ou son contexte scolaire, l’auteur décline les facteurs d’importance et leur poids relatif dans l’explication de la réussite scolaire, envisagés ici comme les acquisitions des élèves. Une alternative est proposée pour améliorer la fonction de production éducative. Il peut s’agir de centrer ses intérêts sur les « entrées » en invoquant des facteurs plus fins, issus par exemple de l’interaction des premiers ou, en définissant mieux la « sortie ». C’est ce dernier choix que l’auteur fait dans la seconde partie de ce chapitre, qui présente donc assez naturellement l’intérêt de remplacer une opérationnalisation des résultats de la fonction de production scolaire sous forme de niveaux d’acquisition par une opérationnalisation plus riche sous forme de compétences. L’organisation de la présentation des différentes conceptualisations et acceptions liées à ce terme permet au lecteur de s’orienter dans cette « caverne d’Ali Baba conceptuelle » (Crahay, 2006, p. 17).

2La notion de compétence est au centre du deuxième chapitre qui passe en revue les avantages et limites propres, d’une part, aux manières dont les acteurs du système éducatif évaluent les élèves et, d’autre part, aux modèles de mesure qui supportent ces évaluations. Qu’il s’agisse de notes données par l’enseignant ou des scores standardisés proposés par les enquêtes à grande échelle, nationales et internationales, l’auteur liste les nombreux biais susceptibles de rendre cette évaluation inéquitable. On retrouvera dans un premier temps une présentation structurée des limites de la notation liées aux caractéristiques des élèves, des enseignants, de la classe et de l’établissement. Le second temps est consacré à la mesure des compétences dans le cadre des évaluations nationales. La distinction entre évaluation bilan et évaluation diagnostique est nécessaire puisque c’est sur ce dernier type d’évaluation que vont porter les analyses du chapitre suivant. Cependant l’auteur entrevoyait le caractère éphémère de cette présentation dans la mesure où « l’apparition de la notion de socle commun de compétence interroge la pertinence et surtout la pérennité de ces deux types d’évaluation nationales » (p. 28). Sans entrer plus avant dans les détails, la partie qui s’avérait très informative du point de vue de la compréhension de la nature des évaluations nationales est aujourd’hui malheureusement obsolète tant les changements ont été conséquents ces deux dernières années. Cette remarque ne vaut pas pour la présentation des différentes évaluations internationales qui fournit en quelques pages un rapide historique et une vision claire de leurs fonctions, limites et intérêts. Le deuxième chapitre se clôt par une présentation accessible de trois grands modèles de mesures : théorie classique du score vrai, théorie des réponses aux items et modèle d’analyses en structures de covariance. C’est ce dernier modèle qui sera privilégié, dans le troisième chapitre, pour entrer dans le cœur de l’étude.

3Ce chapitre est bien entendu le plus central puisqu’il présente un travail exploratoire extrêmement conséquent qui vise non seulement à extraire des compétences structurantes en CE2 et en 6e, mais également à mettre ces dernières en relation pour apprécier la dynamique des apprentissages. Le lecteur est dans un premier temps convié à comprendre la démarche adoptée par l’auteur. Il s’agit de s’affranchir de toute organisation a priori, en termes de compétences et de disciplines (à l’origine en CE2, 171 items de français et mathématiques répartis en 7 champs), pour redéfinir des compétences en s’appuyant sur les liens empiriques qu’entretiennent entre eux les items. Un ensemble d’opérations (transformations des échelles de mesure) et de choix portant, d’une part, sur la sélection des coefficients de corrélation les plus élevés entre items (ou variables latentes) et, d’autre part, sur l’amélioration de la qualité d’ajustement des modèles exploratoires, autorise l’auteur à passer successivement de 171 items à 63 compétences, puis 12 compétences réparties en 3 grands blocs (attentionnel, orthographique et calcul mental). Après le repérage des compétences les plus prédictives de la réussite scolaire en CE2, l’auteur propose une hiérarchie propre à rendre compte de leur ordre d’acquisition. Cette « structure pyramidale des compétences des élèves en CE2 » offre une redéfinition empirique d’un ensemble de compétences clés pouvant fournir « des indications didactiques et pédagogiques pour l’enseignement au cycle 2, en amont du CE2 » (p. 53). Une démarche identique est proposée pour mettre au jour les compétences centrales de la réussite scolaire en 6e. Sur cette base, l’auteur établit naturellement les relations qu’entretiennent ces compétences au cours du temps : entre le CE2 et la 6e, puis sur l’ensemble de l’école primaire, en ajoutant des données de CP et en respectant la même méthodologie. L’auteur conclut ici l’intérêt de cette nouvelle définition des résultats de la fonction de production scolaire.

4Le dernier chapitre propose une ouverture sur un autre paradigme permettant de mieux apprécier la complexité des processus étudiés. Le corps du propos repose sur la présentation du paradigme des processus médiateurs et des recherches sur les capacités cognitives susceptibles de rendre compte de l’effet des facteurs de la fonction de production sur les résultats de l’apprentissage. Après avoir proposé un rappel des modèles et des mesures de la mémoire de travail, l’auteur présente un ensemble de résultats portant sur l’effet indirect de l’origine sociale sur la progression des élèves entre le CE2 et la 6e, médiatisé par les capacités des élèves en mémoire de travail. Ces capacités sont ensuite mises en relation avec les compétences évaluées en CE2 et en 6e. Une synthèse conclut ce chapitre sous forme de discussion portant sur les implications et perspectives, respectivement en matière de recherche en éducation et de politiques éducatives.

5Si la lecture de l’ouvrage est particulièrement riche, c’est qu’il expose de manière accessible de nombreuses perspectives, théories, modélisations et surtout de nombreux résultats, fruits de plusieurs années de recherches. Le corollaire est que le lecteur pourra, ça et là, se prendre à vouloir obtenir davantage de précisions pour mieux apprécier la portée de ces résultats, à vouloir réinterroger ceux-ci en imaginant un autre ensemble d’items de départ, etc. Doit-on se focaliser sur les résultats ou sur la manière dont ils ont été mis au jour ? Il semble que l’auteur ne se contente pas de renouveler l’étude des compétences des élèves et de la dynamique des apprentissages. Au-delà de « stimuler la réflexion quant à l’intérêt de la prise en compte de la notion de compétences » (p. 85), l’ouvrage donne à réfléchir sur ses propres cadres de pensée. Tour à tour, l’auteur nous invite à nous distancier de nos ancrages paradigmatiques, méthodologiques et théoriques privilégiés pour mieux rencontrer ceux des autres : c’est en effet ce choix de l’interdisciplinarité qui trouve dans cet ouvrage un terreau particulièrement fécond pour penser la notion de compétence.

Haut de page

Bibliographie

CRAHAY M. (2006). « Dangers, incertitudes et incomplétude de la logique de la compétence en éducation ». Revue française de pédagogie, n° 154, p. 97-110.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Cosnefroy, « MORLAIX Sophie. Compétences des élèves et dynamique des apprentissages », Revue française de pédagogie, 175 | 2011, 152-154.

Référence électronique

Olivier Cosnefroy, « MORLAIX Sophie. Compétences des élèves et dynamique des apprentissages », Revue française de pédagogie [En ligne], 175 | avril-juin 2011, mis en ligne le 15 juin 2011, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rfp.revues.org/3134

Haut de page

Auteur

Olivier Cosnefroy

Université de Nantes, laboratoire de psychologie « Éducation, cognition, développement »

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org