Navigation – Plan du site
Notes critiques

DUBET François, DURU-BELLAT Marie & VÉRÉTOUT Antoine. Les sociétés et leur école. Emprise du diplôme et cohésion sociale

Paris : Éd. du Seuil, 2010, 212 p.
Marc Demeuse
p. 132-133
Référence(s) :

DUBET François, DURU-BELLAT Marie & VÉRÉTOUT Antoine. Les sociétés et leur école. Emprise du diplôme et cohésion sociale. Paris : Éd. du Seuil, 2010, 212 p.

Texte intégral

1Comme François Dubet, Marie Duru-Bellat et Antoine Vérétout le soulignent, on attend aujourd’hui beaucoup de l’école, alors même que certains politiques semblent avoir renoncé à réduire les inégalités sociales et que la concurrence scolaire se durcit de manière à préparer les élèves à occuper les positions les plus en vue, voire simplement un emploi décent. Souvent, l’école est à la fois perçue comme une solution individuelle et comme un vecteur collectif d’élévation, un « devoir de salut », comme l’appellent les auteurs, même si beaucoup semblent se résigner à une relative impuissance face aux inégalités de la société elle-même. « Il est clair […] que les diplômes sont utiles à chacun de nous pour avoir un emploi et pour être mieux payé. Il est donc difficile de ne pas croire aux vertus du développement continu de l’éducation scolaire ; d’ailleurs les dirigeants qui en appellent “à la société de la connaissance” et les organisations syndicales qui réclament plus de moyens pour l’éducation partagent tous cette confiance dans l’école » (p. 8).

2C’est ce qu’affirment d’entrée de jeu les trois auteurs, même si Marie Duru-Bellat n’avait pas manqué de surprendre avec l’un de ses précédents ouvrages(Duru-Bellat, 2006), particulièrement critique par rapport à cette conviction très répandue que l’élévation globale du niveau des études conduit nécessairement à une élévation du niveau de vie, conformément aux idées sous-tendant la théorie du capital humain. Son livre montrera bien que ce qui est vrai à un niveau individuel ne l’est pourtant pas nécessairement au niveau de la société dans son ensemble.

3L’ouvrage de F. Dubet, M. Duru-Bellat et A. Vérétout ne se propose pas seulement de « critiquer cette conviction commune, mais de regarder si elle vaut partout et toujours en comparant les systèmes scolaires entre eux et les sociétés entre elles afin de savoir dans quelles conditions il est réaliste et sage d’attendre autant du développement des systèmes scolaires » (p. 8). Pour le dire autrement, à travers une approche comparative, les auteurs envisagent comment les systèmes éducatifs peuvent se montrer plus ou moins capables de produire équitablement une élévation des compétences qui correspondrait à une amélioration globale de la situation de chacun au sein de la société, mais ils considèrent aussi les rapports qui peuvent exister entre le caractère plus ou moins équitable des systèmes éducatifs et celui des sociétés qui les portent. Il ne s’agit pas, pour les auteurs, de croire soit à la toute-puissance de l’école comme levier de changement social (volontarisme scolaire), avec le risque de surresponsabiliser les « vaincus » de l’école, soit à l’incapacité totale de celle-ci face à la société qui la déterminerait entièrement et en limiterait toutes les ambitions (reproduction mécanique).

4Le parti pris de départ est d’admettre qu’il peut exister des sociétés relativement moins équitables que d’autres, alors qu’elles entretiennent des systèmes éducatifs qui sont, pour leur part, bien plus justes, et inversement. C’est ainsi que les auteurs mettent par exemple en évidence que « l’Allemagne et la Belgique ont des écoles plus inégalitaires que la société, alors que l’école finlandaise est moins inégalitaire que la société » (p. 108), même si celle-ci est particulièrement égalitaire. Malgré les idées souvent entendues, par exemple à la suite de la publication des résultats des vagues successives de l’enquête PISA, l’école finlandaise n’est pas uniquement le reflet d’une société équitable, résultat qu’il serait impossible d’atteindre dans d’autres sociétés, moins égalitaires. Il n’existe pas de lien de nécessité entre le caractère équitable ou non d’une société et la manière dont on peut définir son école par rapport à cette dimension.

5Ne se limitant pas à une discussion purement spéculative, les auteurs documentent très bien la réflexion, et de manière très lisible, dans une première partie consacrée aux concepts d’intégration et de cohésion, puis ils tentent de rendre ces concepts opérationnels à travers des indicateurs synthétiques qu’ils utilisent pour qualifier aussi bien les sociétés que les systèmes éducatifs. C’est sans doute à ce niveau que les lecteurs attentifs et particulièrement intéressés par les aspects méthodologiques resteront un peu sur leur faim, malgré l’intéressante, mais trop brève, annexe I qui donne, en quatre pages, une description des sources et des méthodes utilisées.

6Il s’agit néanmoins d’une approche particulièrement puissante, bien que corrélationnelle, et qui permet de sortir d’une observation exclusivement « micro » ou d’une approche spéculative peu outillée et « macro ». Elle permet ainsi de tester un modèle conceptuellement bien construit, contrairement à certaines études bien ficelées d’un point de vue méthodologique, mais dont il est difficile de tirer parti, au-delà d’une description minutieuse, faute d’une telle construction conceptuelle solide. C’est cette analyse qui donne à l’ouvrage toutes ses qualités. On retrouve, dans des domaines proches, avec une méthodologie semblable à celle de F. Dubet et ses collègues, les travaux initiés par le Groupe européen de recherche sur l’équité des systèmes éducatifs (GERESE) dans le domaine des indicateurs européens d’équité, des travaux antérieurs menés à l’IREDU ou ceux de Nathalie Mons dans le domaine des sciences politiques, par exemple. Pour avoir été personnellement impliqué dans les travaux du GERESE, je dois souligner le mérite des auteurs face à la très grande difficulté de rassembler des données pertinentes au niveau international et de les rendre comparables.

7Ce travail de sociologie comparée est sans doute facilité lorsqu’on dispose d’un modèle intégrateur, mais encore faut-il parvenir, comme c’est bien le cas ici, à le rendre opérationnel de manière convaincante, sans sacrifier à la facilité qui consisterait à assembler des « indicateurs » hétéroclites en fonction du « marché ».

8Pour bien comprendre ce qui se joue, il faut à la fois considérer comment s’acquièrent les compétences à l’école, mais aussi comment elles peuvent, à travers les diplômes, être rétribuées dans la vie adulte. Cela conduit à prendre en compte la manière dont l’accès au diplôme peut s’opérer, compte tenu de l’origine sociale de chacun, mais aussi l’importance que revêt le fait d’être ou non porteur d’un diplôme élevé pour obtenir un meilleur salaire ou un emploi plus prestigieux au sein d’une société donnée. Cette dimension, baptisée « emprise scolaire », est certainement la plus intéressante et celle qui permet le mieux aux auteurs de poursuivre les réflexions qu’ils ont développées dans leurs travaux antérieurs, notamment à propos de l’école méritocratique. En effet, comme ils le montrent bien, « plus l’emprise scolaire est forte, plus les mécanismes paradoxaux de l’égalité des chances méritocratiques sont rigides » (p. 190). Pour reprendre leurs termes, « trop d’école tue l’école, elle en réduit le sens à des utilités et hypertrophie les injustices » (ibid.). À côté de ce « trop d’école », face aux imperfections de ce mode de sélection, il convient sans doute de multiplier les formes indépendantes de sélection et les filets de sécurité extrascolaires, comme des formations professionnelles permettant véritablement de s’insérer sur le marché du travail, plutôt que de ne compter que sur l’enseignement scolaire. La recherche d’une école plus juste ne doit pas se limiter à rendre la compétition plus juste, elle doit aussi permettre d’interroger les hiérarchies sociales et la distance qui sépare les différentes positions sociales. « L’éducation scolaire n’est pas tenue de sauver le monde ; il lui suffirait d’être la meilleure possible et ce ne serait déjà pas si mal » (p. 193), voilà donc une manière à la fois optimiste et volontaire de positionner le débat en l’instruisant utilement. Une tâche parfaitement accomplie par les trois auteurs de cet ouvrage qui ne manquera pas susciter d’autres travaux.

Haut de page

Bibliographie

DURU-BELLAT M. (2006). L’inflation scolaire. Les désillusions de la méritocratie. Paris : Éd. du Seuil/La République des idées.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marc Demeuse, « DUBET François, DURU-BELLAT Marie & VÉRÉTOUT Antoine. Les sociétés et leur école. Emprise du diplôme et cohésion sociale », Revue française de pédagogie, 176 | 2011, 132-133.

Référence électronique

Marc Demeuse, « DUBET François, DURU-BELLAT Marie & VÉRÉTOUT Antoine. Les sociétés et leur école. Emprise du diplôme et cohésion sociale », Revue française de pédagogie [En ligne], 176 | juillet-septembre 2011, mis en ligne le 15 septembre 2011, consulté le 28 septembre 2016. URL : http://rfp.revues.org/3243

Haut de page

Auteur

Marc Demeuse

Université de Mons, Belgique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo ENS Éditions
  • Logo ENS de Lyon
  • Revues.org