Navigation – Plan du site
Notes critiques

JELLAB Aziz. Sociologie du lycée professionnel. L’expérience des élèves et des enseignants dans une institution en mutation

Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 2008, 336 p.
Gilles Moreau
p. 135-136
Référence(s) :

JELLAB Aziz. Sociologie du lycée professionnel. L’expérience des élèves et des enseignants dans une institution en mutation. Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 2008, 336 p.

Texte intégral

1Il y a bien longtemps que le lycée professionnel (LP) n’a pas donné lieu en France à la publication d’un ouvrage. Lointain petit canton oublié de la sociologie de l’éducation, le LP n’est pas, en effet, une terre de mission des enquêtes sociologiques. C’est bien dommage, car ces établissements accueillent plus de 700 000 élèves et forment via le CAP, le BEP ou le bac professionnel la plupart des ouvriers et employés de demain, ce qui dit leur importance sociale et politique. Il convient donc de saluer l’initiative d’Aziz Jellab qui, avec cette Sociologie du lycée professionnel, met en perspective les travaux qu’il conduit depuis de nombreuses années sur les élèves de LP. Un intérêt qui ne doit rien au hasard puisqu’il s’articule avec sa biographie : Aziz Jellab dévoile discrètement dans son livre un passé de conseiller d’orientation qui, hasard des affectations de l’Éducation nationale, lui a fait découvrir les élèves accueillis dans les lycées professionnels (p. 16). Son livre, et la sociologie qui y est développée, attestent d’ailleurs cette histoire singulière qui le conduira du conseil en orientation à la sociologie : Aziz Jellab refuse en effet de ne voir dans les élèves de LP qu’une population scolairement dominée et, s’il reconnaît qu’il s’agit de « vaincus » du système (p. 18) qui vivent souvent avec amertume leur orientation, il souhaite avant tout réfléchir à la complexité des expériences qu’ils vivent, en mettant notamment l’accent sur le rapport aux savoirs et aux études (p. 13) et sur la diversité des modes d’affiliation aux études qui caractérise le monde des lycéens professionnels. Son empathie à l’égard des LP le conduit même à se fixer l’ambition « d’identifier les possibles marges d’action qui existent pour rendre plus attractif et plus efficace le lycée professionnel » (p. 14) et à revendiquer que les enseignements sociologiques qu’il propose aient des « retombées pratiques » pour « changer, voire réformer l’enseignement professionnel » (p. 268). Une prise de position qui peut surprendre tant elle sort la recherche sociologique de sa posture de distanciation, mais qui rappelle combien objet de recherche et trajectoire biographique sont souvent entremêlés chez les chercheurs.

2L’ouvrage, divisé en sept chapitres, propose une photographie d’ensemble des acteurs du lycée professionnel avec l’ambition d’en tenir les deux bouts, à savoir celui des élèves mais également celui les enseignants. Ce choix est méthodologiquement pertinent tant les expériences sociales des uns et des autres, certes différenciées par les statuts, l’âge, l’histoire sociale, etc., sont imbriquées et irrémédiablement liées. Ce qui conduit Aziz Jellab à faire l’hypothèse d’une proximité de condition entre les enseignants et leurs élèves (p. 144). Dès lors, partant des constats de Lucie Tanguy (1991) qui voyait dans le renouvellement des profils des enseignants de LP la fin d’une communauté d’habitus entre élèves et professeurs, il observe une proximité de substitution dont témoignent par exemple l’orientation subie par les élèves et l’entrée souvent « contrariée » des enseignants de LP dans leur métier, ou encore la concentration d’élèves et d’enseignants d’origine étrangère dans certains établissements ou certaines spécialités. C’est là un des points les plus originaux du livre proposé par Aziz Jellab car, s’il confirme le déclin de la culture ouvrière qui homogénéisait autrefois les lycées professionnels, il n’en conclut pas pour autant à la fin d’une « communauté » du fait de proximités de conditions (p. 80) et de proximités d’origine ethnique (p. 124), qui aujourd’hui feraient le lien entre enseignants et élèves de LP. Dès lors, ce qui se passe et se transmet dans ces établissements professionnels s’éloigne de plus en plus des savoirs et savoir-faire : « Le LP ne peut plus être identifié à sa seule mission de formation professionnelle » (p. 148) ; il a de plus en plus une vocation « socialisatrice » et « réparatrice » (p. 149). En découle tout un ensemble de constats : désormais inscrit dans un processus de massification scolaire, le LP est devenu une institution de « réparation » et de « réconciliation » d’un public avec l’école et les savoirs (p. 15) et, de fait, un « auxiliaire des défaillances de l’école » (p. 53). Il est vrai qu’il accueille un public de plus en plus défavorisé (p. 76), ayant une faible mobilité territoriale (p. 104), si bien que la socialisation à la forme scolaire y est parfois contrebalancée par une socialisation de type communautaire (p. 125), au point que le « savoir-être » devient une catégorie discursive surinvestie dans les LP (p. 131) qui contrecarre le savoir-faire (p. 225). D’ailleurs la forme professionnelle devient parfois une « ruse pédagogique afin de mieux réaffirmer l’importance de l’affiliation à la forme scolaire » (p. 136). Corrélativement, « la distance grandit entre le niveau scolaire des élèves et les référentiels [des diplômes] » (p. 229) même si les enseignants mettent toujours ces derniers « au premier rang de leur priorité » (p. 220), au point d’entretenir un curieux paradoxe qui veut que la réussite en voie professionnelle soit celle qui permette de rejoindre la voie technologique (p. 271).

3En refermant l’ouvrage d’Aziz Jellab, le lecteur a un sentiment partagé. D’un côté, il a beaucoup appris sur l’enseignement professionnel et c’est là la grande qualité du livre. Nourri par de nombreuses données d’enquête, quantitatives et qualitatives, le lecteur connaît mieux cette « réalité invisible » (p. 23) qu’est le lycée professionnel. L’exercice n’était pourtant pas simple tant, et l’auteur le rappelle souvent, cet univers est éclaté par les spécialités, les types d’établissement et corrélativement par les segmentations de genre, le métier ayant dans ces territoires un sexe particulier. D’un autre côté, la complexité étudiée donne au lecteur un sentiment d’inachevé tant la densité des points de vue et des interprétations laisse peu de place à la mise en exergue d’une thèse centrale. Il est vrai que le travail d’Aziz Jellab, porté par le rapport au savoir et aux études, enferme les lycées professionnels dans la sphère scolaire quand ils sont aussi à l’interface avec le travail et les politiques publiques, trop absents de l’analyse. Au final, pour qui veut mieux comprendre les élèves et les enseignants de lycée professionnel, l’ouvrage d’Aziz Jellab s’impose ; mais pour qui veut accéder, comme le titre le laisse accroire, à une sociologie du lycée professionnel, il lui faudra compléter ses lectures pour contrecarrer la pente scolaro-centrée de l’ouvrage.

Haut de page

Bibliographie

TANGUY L. (1991). L’enseignement professionnel en France. Des ouvriers aux techniciens. Paris : PUF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Moreau, « JELLAB Aziz. Sociologie du lycée professionnel. L’expérience des élèves et des enseignants dans une institution en mutation », Revue française de pédagogie, 177 | 2011, 135-136.

Référence électronique

Gilles Moreau, « JELLAB Aziz. Sociologie du lycée professionnel. L’expérience des élèves et des enseignants dans une institution en mutation », Revue française de pédagogie [En ligne], 177 | octobre -décembre 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rfp.revues.org/3466

Haut de page

Auteur

Gilles Moreau

Université de Poitiers, GRESCO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org