Navigation – Plan du site
Notes critiques

MALET Régis (dir.). École, médiations et réformes curriculaires. Perspectives internationales

Bruxelles : De Boeck, 2010, 264 p.
Hugues Draelants
p. 140-141
Référence(s) :

MALET Régis (dir.). École, médiations et réformes curriculaires. Perspectives internationales. Bruxelles : De Boeck, 2010, 264 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage a pour ambition d’analyser les transformations de l’école contemporaine à la lumière de la notion polysémique de médiation, qui connaît une vogue indéniable dans le champ des sciences sociales, mais qui demeure jusqu’ici peu exploitée par les chercheurs en éducation. Régis Malet, son coordinateur, présente en introduction trois manières de concevoir la notion de médiation, qui sont ensuite reprises pour organiser l’ouvrage et répartir en autant de parties les nombreuses contributions qui le composent. La première acception du terme qu’il propose renvoie à la transposition didactique, la médiation désignant ici « l’ensemble des moyens par lesquels un tiers – l’enseignant – favorise la rencontre entre l’élève et les savoirs scolaires » (p. 9). Le second sens réfère à la médiation comme vecteur de lien social ou activité destinée à créer et à faciliter les relations entre les acteurs de l’école. Le dernier sens soulève les dimensions politique et professionnelle de la médiation à travers les enjeux centraux que représentent la circulation des réformes curriculaires entre systèmes éducatifs et leur réception locale par les enseignants. À nos yeux, l’ouvrage aurait gagné à être davantage centré autour de cette troisième approche de la notion de médiation, d’ailleurs suggérée dans son titre. Souligner le fait qu’il existe des scènes, des processus et des acteurs intermédiaires qui jouent un rôle crucial dans la fabrication même des réformes, dans leur traduction et dans leur mise en œuvre effective, revient en fait à adopter ce qu’on appelle en analyse des politiques publiques une perspective d’implémentation. Perspective à laquelle nous souscrivons pleinement, même si, par rapport à cette problématique précise, la plus-value heuristique d’un lexique utilisant la médiation ne saute pas aux yeux.

2L’introduction, bien écrite et stimulante, trace donc des perspectives de recherches intéressantes. Malheureusement les chapitres qui suivent sont moins convaincants. Notre principale déception vient en effet de ce que la notion de médiation, pourtant d’emblée annoncée comme au cœur de la démarche, n’est guère reprise par la suite par les auteurs des chapitres qui se sont manifestement peu approprié cette notion. Confronté au sentiment d’être face à une compilation de textes plutôt qu’au fruit d’une véritable réflexion collective, le lecteur est d’ailleurs fondé à s’interroger quant aux conditions de production de l’ouvrage : comment les contributeurs ont-ils été sélectionnés ? Se sont-ils rencontrés ? Dans quel cadre ? Ont-ils dialogué entre eux ? L’ouvrage ne mentionne rien à ce propos. Compte tenu de ce côté « auberge espagnole », le lecteur acquiert alors progressivement le sentiment assez désagréable que la notion englobante de médiation est mobilisée a posteriori afin d’unifier de manière un peu artificielle des contributions au caractère extrêmement hétérogène et de qualité inégale. Le travers est courant dans ce type d’ouvrage. Il faut dire que celui-ci rassemble les contributions de vingt auteurs issus d’horizons géographiques et disciplinaires très variés. Par ailleurs, comme le parti a été pris de faire tenir 17 chapitres en à peine plus de 200 pages, l’espace attribué à chacun pour exposer ses travaux n’a guère permis aux auteurs de développer leur propos. D’autant qu’en raison du caractère international de l’ouvrage, les contributeurs, après avoir consacré plusieurs pages à contextualiser leurs terrains, n’ont généralement plus la possibilité de rentrer dans le détail des analyses et des résultats. Enfin, si l’on en juge par le nombre impressionnant de coquilles et de fautes d’orthographe retrouvées dans certains chapitres, l’ouvrage semble avoir été réalisé dans l’urgence. La bibliographie datée (elle s’arrête en 2006-2007) indique pourtant un délai important entre l’écriture et la parution de l’ouvrage. Au final, celui-ci s’apparente davantage à des actes de colloque rapidement compilés qu’à un ouvrage construit collectivement et de manière cohérente. On ne peut que le regretter quand on connaît par ailleurs l’intérêt intrinsèque des travaux de la plupart des contributeurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hugues Draelants, « MALET Régis (dir.). École, médiations et réformes curriculaires. Perspectives internationales », Revue française de pédagogie, 177 | 2011, 140-141.

Référence électronique

Hugues Draelants, « MALET Régis (dir.). École, médiations et réformes curriculaires. Perspectives internationales », Revue française de pédagogie [En ligne], 177 | octobre -décembre 2011, mis en ligne le 15 décembre 2011, consulté le 23 juin 2017. URL : http://rfp.revues.org/3473

Haut de page

Auteur

Hugues Draelants

Université catholique de Louvain (Belgique), GIRSEF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org