Navigation – Plan du site
Notes critiques

FELOUZIS Georges & HANHART Siegfried (dir.). Gouverner l’éducation par les nombres ? Usages, débats et controverses

Bruxelles : De Boeck, 2011, 232 p.
Marie Duru-Bellat
p. 139-141
Référence(s) :

FELOUZIS Georges & HANHART Siegfried (dir.). Gouverner l’éducation par les nombres ? Usages, débats et controverses. Bruxelles : De Boeck, 2011, 232 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 mars 2016.

1Doté d’un statut incertain – entre revue et ouvrage –, ce volume dirigé par un sociologue (Felouzis) et un économiste (Hanhart), tous deux professeurs à l’Université de Genève et spécialistes des questions d’éducation, a pour titre une question (im)pertinente : « Gouverner l’éducation par les nombres ? » Est-ce bien raisonnable, dira-t-on volontiers en France, tant chez les chercheurs que parmi le grand public ? Pourtant personne ne peut nier que l’évaluation – et une évaluation souvent « armée » par des nombres – est à présent au cœur des politiques publiques en général et de l’éducation en particulier. Mais comment sont construites ces évaluations et comment sont-elles utilisées ? Cette double question relève pleinement des sciences sociales et, qui plus est, ne peut-on considérer « que l’évaluation et les sciences sociales ne font après tout qu’une seule et même chose », comme se demandent les deux directeurs de l’ouvrage dans une longue introduction ? Suit une discussion documentée, qui frappe par sa neutralité dans un domaine – l’évaluation en éducation – où les ouvrages parus jusqu’alors étaient traversés par de fortes tensions entre les « pour » et les « contre » (cf. pour prendre un exemple récent l’ouvrage publié également chez de Boeck par Mottier et Crahay, et intitulé L’évaluation en tension). Une première originalité de l’ouvrage est donc sa tonalité en quelque sorte apaisée, ce qui ne veut pas dire que les « tensions » de l’évaluation y sont évacuées. Mais, notamment du fait des enjeux sociaux et politiques de l’évaluation, l’accent va être mis sur les conditions (méthodologiques) de sa « fabrication » et de son utilisation. En amont, ceci exige de définir ce dont on parle, notamment les notions d’efficacité et d’équité, ce qui n’est en aucun cas évident (en particulier, la distinction entre efficacités externe et interne est clairement présentée) ; en aval, on pourra au terme de cette démarche mieux comprendre les effets des évaluations elles-mêmes.

2Ayant ainsi exposé le cadre et les visées de l’ouvrage, les deux directeurs présentent ensuite rapidement les différentes contributions, au nombre de neuf ; une critique mineure est que, peut-être, dans un ouvrage collectif consistant de ce type, le lecteur s’y retrouverait mieux si les différentes contributions étaient regroupées en parties plus homogènes, dotées d’une introduction. Mais ici le lecteur est mis en appétit et c’est sans doute l’essentiel. Il serait fastidieux de reprendre une à une les contributions, de fait variées, entre des textes très généraux et d’autres qui présentent des recherches empiriques originales, émanant de collègues français, belges ou suisses. Assumons donc une sélection subjective !

3L’Université est assez souvent négligée par les recherches en éducation pour que l’attention soit accrochée par le texte de Paradeise et Thoenig sur la manière dont, dans un contexte de concurrence croissante, les établissements d’enseignement supérieur s’efforcent de se placer au mieux dans les multiples classements. La thèse présentée ici est que les établissements ne vont pas forcément jouer tous les mêmes cartes, certains jouant la carte de l’excellence, d’autres celle du prestige. Les auteurs élaborent sur cette base une typologie des stratégies possibles, mais le lecteur reste un peu sur sa faim car, s’agissant semble-t-il d’une recherche en cours, la typologie reste pour l’heure abstraite… mais prometteuse, et on attend de savoir comment les universités vont se positionner dans ce nouveau cadre non forcément gage, comme on le spécule trop rapidement, d’uniformité. On découvre par d’autres textes (notamment celui de Maroy et Mangez) comment les politiques éducatives et leurs corrélats en termes d’évaluation s’inscrivent dans des « catégories cognitives et normatives » qui évoluent, et pèsent autant que les problèmes objectifs auxquels ces politiques entendent explicitement s’attaquer. On peut ainsi parler d’un nouveau paradigme, dominé par une conception de l’école comme « système de production », dont il reste à prouver empiriquement, au-delà des concepts mobilisés, qu’il s’oppose frontalement, comme le suggèrent après d’autres les auteurs, à une conception de l’école comme institution. N’est-ce pas faire injure à cette dernière que d’avoir l’air de penser que toute notion d’efficacité, de qualité et de mesure des résultats lui étaient étrangères ?… Toujours est-il que la recherche se doit d’explorer par le menu ce qu’un changement de paradigme « sur le papier » entraîne comme changements dans le fonctionnement effectif de l’école, ce que proposent également d’autres textes.

4L’ouvrage présente par ailleurs plusieurs contributions sur les usages des évaluations par le politique. Usage à la limite de la mauvaise foi, suggèrent courageusement Bressoux et Lima à propos de l’effet de la taille des classes : alors que la recherche en éducation s’en est longtemps tenue au constat selon lequel la taille de la classe n’affectait guère les acquisitions des élèves, ils présentent une enquête inédite passionnante montrant que l’effet bénéfique d’une réduction de la taille des classe a été jusqu’alors sous-estimé car on ne tenait pas compte des caractéristiques des maîtres affectés aux classes de petite taille (souvent moins expérimentés). Or la capacité des maîtres à faire progresser les élèves, notamment les plus faibles, est aussi liée à leur ancienneté : « deux années d’expérience supplémentaires de leur enseignant au CP dépassent l’effet d’un élève en moins par classe ». Un possible arbitrage existe donc, mais pour les pouvoirs publics en quête d’économie, on s’en tient aux travaux plus anciens ! Au-delà des pistes qu’elles suggèrent en termes de discrimination positive (cibler la réduction de la taille des classes sur les publics les plus fragiles, pour suivre les résultats de Bressoux et Lima), les évaluations standardisées pourraient faire l’objet d’une utilisation tout autre, dès lors qu’elles s’avèrent moins marquées par des biais sociaux que les notes courantes (comme le souligne Ramirez). Sans doute, mais dans l’immédiat, Mons et Crahay concluent plutôt à un usage modéré de ces évaluations, avant tout pour « déporter les responsabilités de l’action publique du niveau central vers le local » tandis que, sur des bases empiriques, Barrère, et Cattonar et Lessard pour le Canada, montrent comment du point de vue des chefs d’établissement on perçoit parfaitement ce glissement de la chaîne du commandement vers le bas… en l’occurrence vers eux, ce qui n’est pas pour leur déplaire, « son de cloche » assez original !

5Original aussi est le texte émanant de l’économiste de l’éducation Falter, certes un peu décalé par rapport au reste de l’ouvrage, parce que centré sur la valeur pronostique des évaluations standardisées eu égard à l’insertion des jeunes sur le marché du travail. Il part d’un constat assis sur les données PISA, qui interroge la notion même d’efficacité interne ou externe de l’école : la Finlande, bon élève au vu des performances de ses élèves, l’est bien moins en termes d’efficacité externe puisque le taux de chômage des jeunes y est supérieur à la moyenne de l’OCDE. Et effectivement, les compétences appréhendées par PISA ne permettent pas de pronostiquer de manière fiable le devenir professionnel des jeunes (sauf dans les cas extrêmes), sans doute parce que des compétences « non cognitives » non mesurées comme certaines attitudes (confiance en soi par exemple) interviennent, mais aussi parce que tout ce qui prend place après la formation initiale (la formation en cours de vie active en premier lieu) est au total plus important que le bagage scolaire mesuré à 15 ans, ce que l’école et ses acteurs ont, de par leur position, tendance à oublier !

6Si ce livre apparaît donc novateur sur certains points, on y retrouve aussi des débats plus classiques, toujours ouverts, tels que la question des rapports entre science et expertise (discutée notamment dans le texte de Solaux, Huguenin, Payet et Ramirez à propos de l’enseignement primaire genevois). Cet ensemble, certes un peu hétéroclite, illustre les multiples manières d’aborder la question de l’évaluation en éducation, de manière théorique en s’ouvrant aux sciences politiques, ou de manière plus empirique, ce dont les politiques ont encore plus besoin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Duru-Bellat, « FELOUZIS Georges & HANHART Siegfried (dir.). Gouverner l’éducation par les nombres ? Usages, débats et controverses », Revue française de pédagogie, 178 | 2012, 139-141.

Référence électronique

Marie Duru-Bellat, « FELOUZIS Georges & HANHART Siegfried (dir.). Gouverner l’éducation par les nombres ? Usages, débats et controverses », Revue française de pédagogie [En ligne], 178 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 15 mars 2016, consulté le 21 décembre 2014. URL : http://rfp.revues.org/3613

Haut de page

Auteur

Marie Duru-Bellat

Institut d’études politiques de Paris, OSC et université de Bourgogne, IREDU

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo ENS Éditions
  • Logo ENS de Lyon
  • Revues.org