Navigation – Plan du site
Notes critiques

MILLET Mathias & MOREAU Gilles (dir.). La société des diplômes

Paris : La Dispute, 2011, 280 p.
Annie Vinokur
p. 142-144
Référence(s) :

MILLET Mathias & MOREAU Gilles (dir.). La société des diplômes. Paris : La Dispute, 2011, 280 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 mars 2016.

1Le diplôme, en tant qu’objet distinct des savoirs (capacités, compétences, etc.) qu’il certifie, est encore peu exploré. Il faut donc saluer la publication de cet ouvrage collectif de sociologues sur un sujet sensible en cette période critique de transformation des systèmes éducatifs et des systèmes d’emploi. À l’origine – diplomatique – du terme, ce « papier plié en deux » a une double fonction : conférer des droits et attester de la qualité du récipiendaire à les exercer. D’où, transposé dans le monde du travail, deux questions liées : de quelle autorité procède l’attestation de la valeur hors marché du titulaire du diplôme ? Quels droits confère-t-elle ? « La société des diplômes » utilise indifféremment le terme pour désigner : le diplôme, professionnel ou d’État, nécessaire et suffisant pour entrer non sur le marché du travail mais sur celui des biens et services (artisanat, professions libérales…) ; le titre d’accès au statut de fonctionnaire, qui ne relève pas du diplôme mais de la « carte d’entrée » du concours administratif ; le diplôme qui, adossé aux grilles des conventions collectives, sécurise le revenu du salarié embauché ; enfin les diplômes et certifications publiques ou privées diverses, signaux parmi d’autres de la qualité du titulaire, qui laissent au marché du travail et à ses « concours privés » la libre détermination de sa valeur marchande et de la sécurité de ses moyens d’existence. Les « droits » afférents à ces papiers sont donc aussi variables que l’espace de leur circulation : dans l’entreprise, la profession, la branche d’activités, l’espace national ou international.

2L’ouvrage prend implicitement pour principal objet les diplômes stricto sensu à l’interface du système éducatif français public et des entreprises privées. Les interrogations portent alors sur la construction et le devenir des diplômes professionnels, et sur leur valorisation dans la sphère capitaliste. L’apport de l’ouvrage sur ces deux aspects est très riche, mais l’ordonnancement des seize contributions ne laisse pas entrapercevoir de fil directeur ou de questionnement structuré. On suggèrera donc au lecteur le parcours guidé suivant.

3En premier lieu, les chapitres 6, 7, 8, et 10 qui portent sur la naissance, la vie et parfois la mort de diplômes d’État qui, sauf le CEP, sont tous professionnels (CAP, bac pro, BEP, BTS). Ces chapitres décrivent et analysent – avec parfois beaucoup de saveur – les conflits sociaux, économiques et politiques (entre l’État, les partenaires sociaux, les mouvements de la société civile) et les enjeux de pouvoir internes à l’appareil d’État (entre les ministères, entre l’État central et les collectivités locales, entre les ministères et le corps enseignant, etc.) qui président à la construction et au devenir de ces diplômes. Le chapitre 13 (« Un non-diplôme : l’examen de fin d’apprentissage artisanal ») n’aborde pas la question de la spécificité des certifications corporatives, « cartes d’entrée » des professions organisées et non diplômes, mais éclaire les processus de scolarisation des formations professionnelles et de centration sur les diplômes d’État caractéristiques de la France. Il faut lire en regard le chapitre 5 (« Le système suisse de diplômes ») : dans ce système piloté par les employeurs, c’est l’embauche préalable (comme apprenti) qui donne accès aux diplômes professionnels et non l’inverse. Mais avec la fin du plein emploi dans les années quatre-vingt-dix, la pénurie de places d’apprentis est à l’origine d’une scolarisation spécifique destinée à éponger le chômage des jeunes sortant de l’école obligatoire. La convergence se limite là ; cette scolarisation est non diplomante, à confronter à la hantise française des sorties sans diplôme (cf. p. 65, chapitre 3, sur l’effacement de la différence entre diplômés du niveau V et non-diplômés en France). Les chapitres 9, 11 et 12 sont à mettre à part, dans la mesure où ils portent davantage sur les contenus d’enseignement et les effets pédagogiques des diplômes professionnels que sur les diplômes eux-mêmes.

4En second lieu : les chapitres 2, 3, 14, 15 et 16 qui traitent de la valeur des diplômes sur le marché du travail. On conseillera de commencer par le dernier (« Diplômes et conventions collectives : un lien en voie de délitement »), qui traite (enfin !) des aspects juridiques du diplôme, soit des droits attachés aux diplômes d’État dans le système de référence des conventions collectives, de la dilution depuis une dizaine d’années du diplôme dans la notion de « certification professionnelle », qui inclut les titres privés et les certificats de qualification professionnelle (CQP) délivrés par les partenaires sociaux, de la « déscolarisation » du diplôme par la validation des acquis de l’expérience, pour déboucher sur la suppression en 2008 du lien entre diplôme et classifications professionnelles dans le Code du travail. Sont ainsi actés juridiquement l’affaiblissement du rôle de l’État dans la négociation collective, la montée des certifications privées et l’individualisation de la relation salariale. Les chapitres 14 et 15 illustrent ces évolutions dans les entreprises : « concours privés » où le diplôme – toujours nécessaire – n’est qu’un signal parmi d’autres, gestion par les compétences, certifications patronales, exigence du diplôme à l’entrée en apprentissage, formation interne plus axée sur l’adhésion aux valeurs de l’entreprise que sur l’acquisition de savoirs professionnels. Il est clair que les entreprises souhaitent recruter des employés immédiatement productifs sans frais, et la preuve de leur capacité à y parvenir est donnée par la redéfinition des référentiels des diplômes scolaires en termes de compétences, au moment même où la gestion par les compétences en entreprise s’affaiblit (p. 230 sqq.).

5Les chapitres 2 et 3 enfin traitent de la valeur marchande relative des diplômes, mais sous un angle particulier : « la valeur du diplôme paraît en effet varier selon l’état de la concurrence entre diplômés pour l’accès aux emplois offerts à un moment donné » (p. 52). C’est la question bien connue de l’« inflation » des diplômes. Le débat serait plus clair si les termes de dévaluation, dévalorisation, déclassement, sur(dé)qualification, valeurs nominale, d’usage et marchande du diplôme étaient clairement définis et utilisés de la même manière dans les deux contributions. Par ailleurs les données de salaires par niveau de diplôme sont transversales et par construction hors chômage, ce dernier n’étant convoqué que pour rappeler que le taux de chômage est à un moment donné, sauf exception, inversement corrélé avec le niveau du diplôme, ce qui conforte l’idée reçue de la responsabilité de l’insuffisance de l’instruction scolaire dans la genèse du chômage. On peut s’interroger surtout, au regard de l’apport des chapitres cités précédemment, sur l’actualité de cette formulation du problème.

6L’introduction et le premier chapitre, qui apportent une excellente synthèse historique, renforcent cette impression de décalage par rapport aux enjeux présents. Peut-on, au milieu du gué, continuer à raisonner sur des catégories en voie d’extinction ? Les diplômes nationaux sont en voie de disparition et la négociation collective s’affaiblit ; les diplômes « internationaux » progressent ; les établissements scolaires, y compris publics, se « privatisent » comme les certifications de la force de travail ; les universités pratiquent le branding, établissant ainsi des hiérarchies mouvantes de qualité de leurs « produits » à niveau donné de diplôme ; la question des espaces de circulation des titres nationaux se pose de plus en plus à l’échelle internationale comme à l’échelle infranationale ; l’industrie transnationale for-profit de l’enseignement construit ses propres systèmes de certification ; la subordination du secteur de l’enseignement aux besoins immédiats des entreprises implique la flexibilité des référentiels de certification et l’abandon progressif de la certification des savoirs « inutiles » ; l’excédent global de diplômés par rapport aux besoins immédiats de l’accumulation, combiné avec la polarisation des revenus, la contrainte budgétaire et le report sur les ménages du financement des études dessinent la perspective de l’éclatement des systèmes éducatifs entre diplômes d’universités prestigieuses à un extrême, de traitement social low cost (certifié ou pas) des surnuméraires à l’autre, et entre les deux l’enchevêtrement mouvant de certifications d’origines multiples « tout au long de la vie ». En résumé, La société des diplômes est un ouvrage ressource qui suscite autant de questions qu’il apporte de réponses.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annie Vinokur, « MILLET Mathias & MOREAU Gilles (dir.). La société des diplômes », Revue française de pédagogie, 178 | 2012, 142-144.

Référence électronique

Annie Vinokur, « MILLET Mathias & MOREAU Gilles (dir.). La société des diplômes », Revue française de pédagogie [En ligne], 178 | janvier-mars 2012, mis en ligne le 15 mars 2016, consulté le 24 octobre 2014. URL : http://rfp.revues.org/3618

Haut de page

Auteur

Annie Vinokur

Université Paris Ouest-Nanterre-La Défense

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo ENS Éditions
  • Logo ENS de Lyon
  • Revues.org