Navigation – Plan du site
Notes critiques

NORMAND Romuald. Gouverner la réussite scolaire. Une arithmétique politique des inégalités

Berne : Peter Lang et Lyon : ENS de Lyon, 2011, 260 p.
Éric Mangez
p. 136-138
Référence(s) :

NORMAND Romuald. Gouverner la réussite scolaire. Une arithmétique politique des inégalités. Berne : Peter Lang et Lyon : ENS de Lyon, 2011, 260 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 juin 2016.

1L’ouvrage Gouverner la réussite scolaire de Romuald Normand se situe dans un faisceau de travaux, résolument réflexifs, qui étudient le rôle des connaissances dans le développement, l’évaluation, le choix et la mise en œuvre de politiques éducatives. La particularité de cette contribution tient au fait qu’elle ne se construit pas au départ d’une enquête et d’une recherche spécifique, mais qu’elle prend plutôt pour objet les recherches existantes, de manière à évaluer le rôle (politique notamment) qu’elles ont joué, à les situer les unes relativement aux autres, à montrer les tensions, les ruptures mais aussi les continuités qui les relient et les liens qu’elles entretiennent avec la décision politique. L’ouvrage de Romuald Normand est, en ce sens, un livre d’histoire autant que de sociologie.

2L’ouvrage, structuré en trois parties comprenant chacune trois chapitres, est fort dense. La première partie intitulée comme le titre de l’ouvrage offre une forme de contextualisation historique de la « mesure » en éducation sur différents aires géographiques, en particulier la France, les États-Unis et l’Angleterre. On y montre que l’histoire des mesures en éducation (mesures des performances, mesures des inégalités, mesures du quotient intellectuel, etc.) ne peut se comprendre qu’en tant qu’elle est façonnée par des enjeux politiques, économiques et scientifiques. Au delà de la description minutieuse de multiples événements historiques, l’auteur identifie certaines tendances émergentes : la production de la connaissance « s’effectue de plus en plus en dehors de l’université » (p. 73) ; elle tend à se distribuer dans une diversité de lieux (universités, agences gouvernementales et intergouvernementales, think tanks, agence de consultants…). Le rôle joué par la connaissance ne consiste plus principalement à décrire et analyser, mais bien à prescrire et à décider. La production de connaissance constitue désormais en soi un moyen de gouverner (Ozga, 2008).

3La seconde partie de l’ouvrage traite de manière privilégiée les nouvelles sciences de gouvernement de l’éducation qui se déploient à l’échelle internationale. L’analyse du développement progressif d’une forme de gouvernement européen de l’éducation y tient une place importante. Le gouvernement de l’éducation européen qui se met en place n’a pas véritablement de centre et ne procède pas au moyen de normes hiérarchiques : il se réalise au travers d’un « ensemble d’institutions et d’agences dispersées, dans le secteur public comme dans le secteur privé » (p. 118), qui participent à la production de recommandations, de points de repères destinés aux responsables nationaux des systèmes éducatifs. Faisant écho notamment aux travaux de Dale (2006) et de Lawn et Lingard (2002), Romuald Normand rappelle ainsi que la dynamique d’européanisation de l’éducation, qui ne conduit pas nécessairement à une forme de standardisation des pratiques, se réalise principalement au moyen d’instruments de mesure, d’indicateurs, d’enquêtes internationales comparant les systèmes éducatifs, de nouvelles classifications européennes, de benchmarking, etc. Il souligne en outre que ces divers instruments sont en réalité souvent la traduction, dans le secteur de l’éducation et de la formation, d’impératifs liés à la stratégie européenne pour l’emploi (augmenter la productivité des jeunes, maintenir celle des plus âgés, développer le capital humain, etc.). Les choix (politiques) effectués par exemple par la Commission européenne substituent ainsi progressivement aux mesures d’inégalités de résultats en fonction des inégalités sociales d’origine des comparaisons de performance en fonction des systèmes éducatifs nationaux, des organisations ou des individus, rendus responsables (accountable) de leurs performances.

  • 1  En particulier l’article, publié avec Yariv-Mashal (Nóvoa & Yariv-Mashal, 2003) et intitulé : « Co (...)

4Le chapitre consacré aux travaux critiques qui ont questionné les nouvelles sciences de gouvernement (chapitre 6) constitue une pièce importante de cette seconde partie. Et Romuald Normand a certainement raison de conclure ce chapitre en soulignant que ces critiques n’ont finalement eu que peu d’effet sur le développement des politiques éducatives. Il va même plus loin lorsqu’il laisse entendre (p. 144-145) que les universitaires ont en réalité perdu une bonne partie de leur autonomie et de leur influence au profit de nouveaux espaces (agences, think tanks, réseau d’experts, etc.) qui produisent sans cesse davantage d’indicateurs, de comparaisons, de benchmarks. Au panorama fort riche des critiques dressées par Romuald Normand, il faudrait encore ajouter deux auteurs, Nóvoa1 et Schriewer (voir par exemple Schriewer, 2000), qui ont contribué de manière significative au débat relatif au rôle des comparaisons internationales en éducation.

5La troisième partie de l’ouvrage, intitulée « L’État managérial et les politiques d’obligation de résultats en éducation », montre comment la notion d’obligation de résultats a contribué au retrait relatif de l’État et à la montée en puissance de principes marchands aux États-Unis et en Angleterre : évaluation des établissements (suivie de récompenses ou de sanctions), diversification de l’offre, liberté de choix, subventions diverses ou réductions fiscales pour des élèves défavorisés mais performants, etc. Romuald Normand montre ensuite que la situation française, même si elle s’ancre au départ dans un modèle de l’État nettement plus affirmé, s’est transformée selon des dynamiques analogues à celles observées dans les contextes anglo-saxons.

6Cet ouvrage, sans équivalent, fournit un ensemble de constats empiriques relatifs à l’histoire récente des politiques éducatives, assorti de réflexions critiques. Ce qui frappe dans ce travail, c’est cette alternance entre développements descriptifs richement documentés et moments analytiques et critiques assez vifs. Par endroits, la densité des informations livrées au lecteur rend d’ailleurs difficile le suivi du fil conducteur critique. Celui-ci est cependant régulièrement repris dans les conclusions des différents chapitres. Certains lecteurs regretteront peut-être que le cadre d’analyse qui sous-tend ce travail ne soit toujours apparent. L’auteur entend emprunter un langage de description à la théorie de l’acteur réseau. Et la notion de traduction est effectivement importante dans ce travail : comment des savoirs scientifiques sont-ils incorporés et transformés (parfois détournés) lors de leur « traduction » en politiques publiques ? Comment les idées circulent-elles non seulement entre sciences et politiques mais aussi d’un pays à l’autre, voire d’un continent à un autre ? Cependant le cadre d’analyse de l’acteur réseau demeure peu structurant et peu apparent. Et on peine à percevoir de quelles manières il pourrait servir de support au renouvellement de la sociologie critique que Romuald Normand appelle de ses vœux dans la conclusion générale. Si, comme le suggère l’auteur, la sociologie critique de l’éducation devrait se donner pour tâche d’identifier et d’étudier les nouvelles « fonctions des systèmes éducatifs dans la globalisation » et d’examiner le degré d’« autonomie relative des politiques d’éducation » vis-à-vis des entités supranationales et des demandes externes issues de domaines connexes (emploi, politiques sociales, formation, marché…), ne devrait-elle pas s’équiper d’outils théoriques critiques davantage susceptibles de servir l’analyse du pouvoir et des rapports de forces (et de sens) à l’échelle internationale ?

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

DALE R. (2006). « Construire l’Europe en bâtissant un espace européen de l’éducation ». Éducation et sociétés, no 18, p. 35-53.
DOI : 10.3917/es.018.0035

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

LAWN M. & LINGARD B. (2002). « Constructing a European policy space in educational governance: The role of transnational policy actors ». European Educational Research Journal, vol. 1, no 2, p. 290-307.
DOI : 10.2304/eerj.2002.1.2.6

NÓVOA A. & YARIV-MASHAL T. (2003). « Comparative research in education: A mode of governance or a historical journey? » Comparative Education, vol. 39, no 4, p. 423-438.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

OZGA J. (2008). « Governing knowledge: Research steering and research quality ». European Educational Research Journal, vol. 7, no 3, p. 261-272.
DOI : 10.2304/eerj.2008.7.3.261

SCHRIEWER J. (2000). « World-system and interrelationship-networks ». In T. Popkewitz (dir.), Educational knowledge. Changing relations between the state, civil society and the educational community. Albany : Suny Press.

Haut de page

Notes

1  En particulier l’article, publié avec Yariv-Mashal (Nóvoa & Yariv-Mashal, 2003) et intitulé : « Comparative research in education: A mode of governance or a historical journey? ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Mangez, « NORMAND Romuald. Gouverner la réussite scolaire. Une arithmétique politique des inégalités », Revue française de pédagogie, 179 | 2012, 136-138.

Référence électronique

Éric Mangez, « NORMAND Romuald. Gouverner la réussite scolaire. Une arithmétique politique des inégalités », Revue française de pédagogie [En ligne], 179 | avril-juin 2012, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 23 octobre 2014. URL : http://rfp.revues.org/3729

Haut de page

Auteur

Éric Mangez

Université catholique de Louvain, GIRSEF et CIRTES

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo ENS Éditions
  • Logo ENS de Lyon
  • Revues.org