Navigation – Plan du site
Notes critiques

PERRENOUD Philippe. Quand l’école prétend préparer à la vie… Développer des compétences ou enseigner d’autres savoirs ?

Issy-les-Moulineaux : ESF, 2011, 221 p.
Olivier Rey
p. 141-143
Référence(s) :

PERRENOUD Philippe. Quand l’école prétend préparer à la vie… Développer des compétences ou enseigner d’autres savoirs ? Issy-les-Moulineaux : ESF, 2011, 221 p.

Texte intégral

Texte intégral en libre accès disponible depuis le 15 juin 2016.

1L’auteur est communément considéré comme un des théoriciens des compétences à l’école, ayant développé des travaux sur cette question dès les années quatre-vingt-dix (Perrenoud, 1997). Depuis, l’expression de « compétences » a été mise au cœur de nombreuses réformes éducatives en Belgique (dans la Communauté française), au Québec, dans certains cantons suisses et bien évidemment en France avec le socle commun de connaissances et de compétences. Ainsi intégrée dans les politiques publiques, l’idée de compétences est devenue un objet de débats et de polémiques où l’on ne distingue pas toujours ce qui relève de l’argumentation pédagogique, didactique ou politique. Au sein même de la communauté scientifique francophone, on critique régulièrement la confusion qui caractériserait la notion de compétence, quand elle n’est pas condamnée par les réformes qui s’en réclament. Il était donc intéressant de lire ce que Philippe Perrenoud pouvait en dire à la lumière des développements actuels.

2Sans éluder complètement la question, l’auteur ne traite pas frontalement la question des réformes récentes, qu’il juge généralement d’une trop grande faiblesse conceptuelle pour être considérées comme des programmes basés sur les compétences. S’il se réfère fréquemment au socle commun français, c’est le plus souvent pour souligner la distance importante entre ce dernier et un curriculum réellement construit pour développer des compétences dans le cadre de la scolarité obligatoire (ou de l’éducation « fondamentale »). En fait, et c’est là l’objectif premier de l’ouvrage que souligne son titre, l’auteur entend interpeller d’abord sur les finalités de l’école et proposer, par conséquent, une méthodologie pour mener des réformes curriculaires : que doit-on enseigner ? Comment le déterminer ? En fonction de quels principes ? Même si des questions relevant des activités scolaires peuvent y être abordées, le lecteur ne doit pas s’attendre à y trouver de réflexions approfondies ou inédites sur ce que signifie un « apprentissage » ou une « évaluation » des compétences dans la classe en contraste avec d’autres pratiques pédagogiques. C’est la détermination des contenus de l’enseignement plus que leur mode d’enseignement qui est ici au cœur de la réflexion.

3L’idée centrale qui parcourt le livre peut se résumer à un constat et à une proposition. Le constat : les connaissances scolaires n’ont pas été choisies pour « préparer à la vie » mais pour préparer à la poursuite d’études supérieures au delà de la scolarité obligatoire. La proposition : les contenus d’enseignement devraient être définis en référence à des pratiques sociales cruciales pour la vie de la majorité des citoyens plutôt qu’en reprenant des savoirs prédéterminés.

4L’ouvrage est divisé en trois parties de nature assez différente. La première partie, consacrée à une définition des compétences, apparaîtra sans doute la plus familière au lecteur habitué aux travaux de recherche en éducation. Elle vise à dissiper un certain nombre de malentendus et à écarter quelques confusions conceptuelles. Philippe Perrenoud remet par exemple un peu de clarté dans les écheveaux qui opposent ou relient certains termes récurrents quand on parle de compétences, tels que compétences et disciplines, compétences et habiletés, compétences transversales, compétences et objectifs, compétences et constructivisme. Il s’emploie à remettre en cause l’idée d’une opposition entre connaissances et compétences, en soulignant que les premières sont des ressources essentielles que ces dernières doivent mobiliser, mais sans faire l’impasse sur le fait qu’un entrainement sérieux au transfert et à la mobilisation des connaissances conduit nécessairement à « faire le deuil d’une partie des connaissances qui figuraient au programme lorsqu’il n’était pas nécessaire d’exercer leur mise en synergie » (p. 62). Une fois ces précisions théoriques exposées, l’auteur les confronte aux « compétences » listées dans certains pays et au niveau européen (compétences-clés), pour mieux montrer comment l’absence de définitions de familles de situation liées aux compétences « institutionnelles » contrarie une traduction opérationnelle pour l’enseignement. Les compétences restent en effet parfois, comme dans le socle commun, à un niveau d’abstraction trop large ou « collent » aux contenus disciplinaires, comme en Belgique francophone mais, dans les deux cas, ont tendance à simplement reformuler ce que l’école enseigne depuis longtemps et ne permettent pas aux éducateurs de construire un pont entre les pratiques scolaires et les pratiques « de la vie ».

5La deuxième partie est très ambitieuse, peut-être trop, car elle vise à faire l’inventaire des disciplines existantes ou des « éducations » (qu’on appelle aussi souvent « éducation à… ») susceptibles d’être présentes dans un curriculum, pour examiner dans quelle mesure elles permettent de préparer à la vie et sont intégrées ou non dans les programmes scolaires actuels. Il fait peu de doute que les spécialistes de telle ou telle discipline trouveront matière à s’étonner de la présentation parfois un peu rapide de leur champ, ou que d’autres s’indigneront qu’on classe par exemple l’éducation physique dans les « éducations » plutôt que dans les « disciplines installées sur un champ de savoir ». L’argument essentiel de cette partie réside néanmoins dans le recensement d’un certain nombre de disciplines, majoritairement dans le champ des sciences sociales, dont l’auteur observe de façon plutôt convaincante que leur absence ou leur faible présence dans les programmes de la scolarité obligatoire tranche avec leur importance dans la vie collective actuelle : psychologie, sociologie, sciences politiques, sciences économiques, droit, urbanisme… Alors que l’on reproche parfois aux compétences d’être liées à une approche « utilitariste » de l’éducation, opposée à un modèle plus élevé de la connaissance réflexive voire critique sur le monde, Perrenoud montre que sur des sujets essentiels pour l’émancipation du citoyen, les curriculums traditionnels se préoccupent finalement bien peu d’armer les jeunes adultes. Comment dès lors faire place à ces autres champs de connaissances ? Sachant que la quantité d’enseignement qu’on peut dispenser n’est pas infinie, l’auteur reconnaît immédiatement la difficulté consistant à ménager une place à ces nouvelles disciplines, gagée sur la réduction des dotations horaires des disciplines existantes !

6Les difficultés prévisibles pour une telle réforme nourrissent d’ailleurs la troisième partie de l’ouvrage, plus courte et parfois relativement pessimiste. Ici, Philippe Perrenoud présente une méthodologie pour penser de vrais changements curriculaires, tout en soulignant que des intérêts aussi divers que nombreux se dresseront pour défendre aussi bien les territoires disciplinaires existants que la logique même d’une école méritocratique organisée pour la reproduction des élites plutôt que pour la préparation du plus grand nombre à la vie. Parmi les obstacles envisagés, il considère que l’entrée par les situations et le développement des compétences devrait concerner en priorité la fin de la scolarité, donc l’enseignement secondaire, où les jeunes sont les plus proches de la vie adulte, alors que l’enseignement primaire devrait être plutôt consacré à des apprentissages fondamentaux. Or, l’enseignement disciplinaire est paradoxalement le plus traditionnel dans les lycées et les « petits lycées » que constituent les collèges, pendant que l’approche par compétences est plus souvent expérimentée durant les premières années de la scolarité ! Il plaide, ceci dit, pour la mise en place de grandes enquêtes et d’observatoires à large échelle des pratiques sociales, visant à identifier les problèmes et situations auxquels sera confrontée la grande majorité des jeunes adultes, afin d’en déduire une liste sélective de compétences et de ressources devant présider à la reconstruction du curriculum.

7Perrenoud lui même se permet d’avancer à titre d’exemple une liste de compétences indispensables que l’école devrait développer, comprenant par exemple le fait de savoir se défendre contre les dépendances (alcool, drogues, technologies, croyances, publicité…), savoir défendre ses droits (travail, harcèlement, discrimination), savoir trouver sa place dans une action collective (négocier des compromis, savoir se faire entendre…), etc. La tâche proposée peut paraître immense, parfois utopique, voire peu crédible au regard des modes existants de fabrication des contenus scolaires. Elle semble se justifier par l’idée qu’une société démocratique ne pourrait laisser ses jeunes quitter la scolarité obligatoire sans leur donner les moyens de construire et développer des compétences dans un certain nombre de domaines critiques pour leur vie personnelle, professionnelle et citoyenne. Pour l’auteur, cela reviendrait sinon à laisser au milieu social et familial d’origine le soin de préparer les jeunes à la vie, pendant que l’école préparerait uniquement à la poursuite d’études… alors même que la vie dans les sociétés modernes exige des compétences qui peuvent difficilement s’acquérir hors de l’école. On redoublerait ainsi les inégalités sociales et scolaires traditionnelles pour les jeunes qui n’ont pas accès aux niveaux les plus élevés de l’enseignement, au delà de la scolarité obligatoire.

8Une autre approche pourrait aussi consister à estimer qu’il est possible d’élargir la réussite scolaire au plus grand nombre ou, autrement dit, de permettre une démocratisation des savoirs qui permettrait à tous de disposer des moyens de construire leurs compétences par la suite. La grande question finalement pourrait être de savoir si l’on estime que les contenus de l’enseignement actuel posent problème uniquement car ils sont plus ou moins « réservés » à une partie des élèves (provenant essentiellement des classes sociales favorisées), ou s’ils posent problème aussi parce qu’ils préparent principalement à leur propre reproduction, sans tenir grand compte du reste de la société. Les contenus scolaires méritent-ils d’être interrogés uniquement car ils sont socialement ségrégatifs ou aussi parce qu’ils sont articulés autour d’une vision limitée et dépassée des savoirs académiques ? On peut également être plus ou moins convaincu par la plaidoirie de l’auteur pour des contenus pilotés par les situations de la vie réelle.

9Des philosophes, à l’image d’Habermas (1973), ont développé une conception de l’école dans laquelle la poursuite de la connaissance pour la connaissance fournit un modèle de vie suffisant, sans qu’il soit nécessaire d’asseoir la légitimité de l’école sur une fonction de préparation à la vie « en dehors » de l’école, ni d’aligner les contenus scolaires sur le cours d’une société qui est loin de représenter un idéal dans son état présent.

10L’ouvrage permet en tout état de cause de pointer la faible réflexion sur la définition des contenus d’enseignement en France. La recherche en éducation francophone, en général, a peu de travaux qui mettent en leur centre la question des réformes curriculaires, et ce n’est que depuis la fin du siècle dernier que la sociologie anglaise du curriculum, par exemple, commence à être connue et discutée. À l’heure où se pose sérieusement la question de savoir aussi bien qui doit décider des programmes d’enseignement que celle de savoir sur quels principes les appuyer, le livre de Philippe Perrenoud apporte une contribution stimulante.

Haut de page

Bibliographie

HABERMAS J. (1973). La technique et la science comme idéologie. Paris : Gallimard.

PERRENOUD P. (1997). Construire des compétences dès l’école. Issy-les-Moulineaux : ESF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Rey, « PERRENOUD Philippe. Quand l’école prétend préparer à la vie… Développer des compétences ou enseigner d’autres savoirs ? », Revue française de pédagogie, 179 | 2012, 141-143.

Référence électronique

Olivier Rey, « PERRENOUD Philippe. Quand l’école prétend préparer à la vie… Développer des compétences ou enseigner d’autres savoirs ? », Revue française de pédagogie [En ligne], 179 | avril-juin 2012, mis en ligne le 15 juin 2016, consulté le 25 juillet 2014. URL : http://rfp.revues.org/3731

Haut de page

Auteur

Olivier Rey

ENS de Lyon, Institut français de l’Éducation

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo ENS Éditions
  • Logo ENS de Lyon
  • Revues.org