Navigation – Plan du site
Notes critiques

d’ENFERT Renaud & KAHN Pierre (dir.). Le temps des réformes. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la Ve République

Grenoble : Presses universitaires de Grenoble, 2011, 206 p.
Patricia Legris
p. 135-136
Référence(s) :

d’ENFERT Renaud & KAHN Pierre (dir.). Le temps des réformes. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la Ve République. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble, 2011, 206 p.

Texte intégral

1Le temps des réformes. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la Ve République est la suite de l’ouvrage collectif En attendant la réforme (d’Enfert & Kahn, 2010) consacré aux années cinquante, dans lequel les auteurs avaient exposé les raisons de l’absence de réforme disciplinaire sous la Quatrième République. Ce nouveau volume porte sur les années soixante qui sont une décennie de changement notamment au niveau des structures éducatives. Ces réformes globales ont été étudiées par de nombreux travaux historiques qui se sont penchés sur les conséquences du prolongement de l’obligation scolaire jusqu’à 16 ans et sur les transformations touchant à l’organisation des établissements scolaires du premier cycle du second degré. En s’intéressant aux politiques disciplinaires, Le temps des réformes complète en cela une lacune historiographique.

2Les grandes réformes éducatives de la Cinquième République, pour beaucoup résultats de projets élaborés antérieurement, ne sont donc pas pensées ex nihilo. Comme durant les années qui suivent l’immédiat de la Libération, les compétences des élèves et la démocratisation de l’école se situent au cœur des préoccupations des réformateurs. La nouveauté de cette période est la collaboration dans l’élaboration des politiques éducatives des dirigeants politiques avec les hauts fonctionnaires de l’Éducation nationale et les acteurs économiques. La contribution de Vincent Troger (chapitre 1) présente ces relations ainsi que l’isolement progressif de hauts fonctionnaires comme Louis Cros et Roger Gal qui, en s’alliant avec les acteurs économiques, s’éloignent des réseaux réformateurs d’éducation nouvelle et ne parviennent pas à s’allier aux inspections générales disciplinaires, plutôt hostiles aux réformes des contenus et des méthodes pédagogiques. Le cas du français à l’école primaire étudié par Marie-France Bishop (chapitre 2) révèle également le caractère conservateur d’une partie de la direction des enseignements élémentaire et complémentaire ainsi que de l’Inspection générale de français.

3Le temps des réformes montre l’importance des changements structurels dans les premières années de la Cinquième République qui rendent alors nécessaires les transformations des politiques de contenus. Dans l’introduction, Renaud d’Enfert et Pierre Kahn expliquent que les réformes Berthoin de 1959 et Capelle-Fouchet de 1963, en modifiant le public scolaire dans le secondaire, amènent les acteurs éducatifs à s’interroger sur les savoirs transmis à des élèves de niveau moins hétérogène jusque-là. La démocratisation de l’enseignement du second degré (chapitre 5) devient dans ces années-là un problème saillant. Les finalités éducatives ainsi que les modalités de transmission des apprentissages dans le premier degré et le premier cycle du second degré sont dès lors questionnées et conduisent les hauts fonctionnaires à revoir la fonction de l’école primaire, permettant de cette façon des expériences pédagogiques qui conduisent ultérieurement aux activités d’éveil. Ces évolutions disciplinaires se font dans un contexte de débats concernant les pratiques pédagogiques et la formation des enseignants comme lors du colloque d’Amiens mais également au sein des syndicats enseignants (chapitre 10). Malgré ce bouillonnement réflexif, le lecteur constate la prégnance d’un modèle éducatif destiné aux « meilleurs » élèves, à ceux qui sont le plus adaptés aux normes pédagogiques en vigueur. Le chapitre de Xavier Sido (chapitre 8) sur les mathématiques enseignées en BEP témoigne de cet aspect.

4L’essentiel des contributions porte sur les réformes du français, des mathématiques, de la technologie, des sciences naturelles et de l’éducation physique et sportive. Chacune de ces disciplines scolaires évolue selon sa propre temporalité et à des degrés d’intensité variés. Des chapitres reviennent sur la volonté de l’époque de modifier la hiérarchie entre disciplines. L’exemple le plus révélateur concerne la technologie que de hauts fonctionnaires tentent d’imposer comme nouvelle matière fondamentale mais qu’un grand nombre d’acteurs de terrain perçoivent négativement et enseignent généralement aux élèves les moins « doués ». Certaines transformations disciplinaires amènent également à des recyclages de personnels et de projets pédagogiques comme le montrent Joël Lebeaume (chapitre 4) et Martine Paindorge (chapitre 9). D’autres disciplines, comme l’éducation physique et sportive, gagnent en « respectabilité » (chapitre 7). Pierre Savaton revient quant à lui sur la conquête du second cycle du second degré par les sciences naturelles, qui deviennent une discipline obligatoire (chapitre 6). Les mathématiques, considérées à ce moment-là comme une matière plus démocratique que le latin, comme l’explique Renaud d’Enfert, jouissent désormais d’une véritable considération. La lecture de l’ouvrage montre aussi que des commissions de réforme sont mises en place pour les disciplines les plus prestigieuses (mathématiques, français), contrairement aux disciplines peu considérées (sciences naturelles, éducation physique et sportive). Un chapitre final synthétisant les raisons d’une telle différence aurait permis au lecteur de mieux comprendre la pluralité des réformes disciplinaires.

5Un des principaux intérêts du livre est de questionner le levier de changement que constitue, ou non, l’épisode de Mai 1968. Les auteurs se demandent si cet événement est une rupture et un accélérateur du changement. Les réponses apportées permettent de nuancer les choses et de comprendre que toutes les réformes qui aboutissent à la fin des années soixante ne sont pas dues uniquement à Mai 1968 mais ont germé le plus souvent quelques années auparavant. Le temps des réformes présente les acteurs à l’origine des transformations disciplinaires qui peuvent être les commissions (exemple du français), l’inspection générale (le cas des sciences naturelles), de hauts fonctionnaires et des enseignants (l’éducation physique) mais plus rarement les représentants d’enseignants (syndicats et associations de spécialistes) qui semblent constituer davantage des freins à la réforme. Enfin, le rôle joué dans les réformes par l’Institut pédagogique national ou par des figures comme René Haby dans le réseau des réformateurs est abordé. Malheureusement, le personnage de Georges Pompidou, pourtant central dans les réflexions concernant le français et dans le blocage des réformes de l’histoire-géographie, n’apparaît pas suffisamment.

6On aurait aimé davantage de justifications concernant le choix des disciplines présentées dans ce volume car, à la lecture des chapitres, on serait tenté de croire que la réforme touche l’ensemble du secondaire. Or, pour certaines disciplines scolaires, comme l’histoire-géographie, la réforme semble impossible. Sans souhaiter une analyse exhaustive, il manque dans le livre une typologie présentant les degrés et les raisons de la réforme disciplinaire (ou de son absence). Pour terminer, il aurait été stimulant de montrer davantage le délitement des « humanités classiques » au profit d’un enseignement moderne fondé sur les mathématiques et les sciences économiques et sociales naissantes. Malgré ces quelques regrets, Le temps des réformes permet d’éclairer la force réformatrice des années soixante et constitue en cela un ouvrage-clé pour qui désire mieux comprendre les évolutions éducatives des Trente Glorieuses.

Haut de page

Bibliographie

d’ENFERT R. & KAHN P. (dir.) (2010). En attendant la réforme. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la IVe République. Grenoble : Presses universitaires de Grenoble, coll. « Enseignement et réforme ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patricia Legris, « d’ENFERT Renaud & KAHN Pierre (dir.). Le temps des réformes. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la Ve République », Revue française de pédagogie, 180 | 2012, 135-136.

Référence électronique

Patricia Legris, « d’ENFERT Renaud & KAHN Pierre (dir.). Le temps des réformes. Disciplines scolaires et politiques éducatives sous la Ve République », Revue française de pédagogie [En ligne], 180 | juillet-août-septembre 2012, mis en ligne le 26 février 2013, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://rfp.revues.org/3833

Haut de page

Auteur

Patricia Legris

Université Rennes 2, CERHIO (UMR 5862)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org