Navigation – Plan du site
Notes critiques

ERLICH Valérie. Les mobilités étudiantes

Paris : La Documentation française, 2012, 224 p.
Magali Ballatore
p. 129-132
Référence(s) :

ERLICH Valérie. Les mobilités étudiantes. Paris : La Documentation française, 2012, 224 p.

Texte intégral

1Le programme de mobilité européen Erasmus a eu 25 ans en 2012 et a suscité de nombreuses publications, aussi bien savantes que profanes. L’ouvrage de synthèse de Valérie Erlich intitulé Les mobilités étudiantes arrive donc à point nommé. Il permet de rappeler que la mobilité étudiante se conjugue au pluriel et qu’elle ne peut être assimilée à un seul type particulier de mobilité, que l’on peut qualifier d’« organisé » ou d’institutionnalisé. Cet état des savoirs, en trois parties, qui reprend l’essentiel des recherches menées en Europe ces dernières décennies, s’intéresse d’abord à la construction d’un espace européen de l’enseignement supérieur, puis aux analyses comparatives sur les migrations étudiantes en Europe, pour terminer par l’étude des projets, des attentes et des expériences des étudiants « voyageurs ».

2Dans son introduction, l’auteure précise que cet ouvrage répond à une demande de l’Observatoire national de la vie étudiante, qui souhaitait une synthèse des principales enquêtes européennes effectuées en sciences sociales sur le sujet au cours des vingt dernières années. Et, en effet, le bilan proposé a le mérite de faire un état de l’art assez complet des recherches menées et publiées en Europe (en français, mais pas seulement) sur les questions de mobilités dans de nombreuses disciplines des sciences humaines et sociales. Elle rappelle que définir « la » mobilité étudiante n’a rien d’évident et qu’il convient de parler de « mobilités », ce qui implique aujourd’hui une « circulation migratoire » (Tarrius, 1996) n’étant pas a priori définitive, ni même figée d’un point A à un point B et qui n’engendre pas nécessairement de rupture. V. Erlich rappelle également les difficultés à dissocier, dans les analyses et les statistiques, « étudiants étrangers » et « étudiants internationaux ». Elle fait également un retour sur les politiques publiques européennes à l’origine des programmes de mobilité, peut-être un peu trop rapide, lorsqu’elle souligne que le « programme Erasmus est un indicateur de la recherche d’une plus grande compétitivité de l’Europe vis-à-vis d’autres régions du monde » (p. 23).

3Dans la première partie de cet état des savoirs, V. Erlich retrace les principales étapes de la construction d’un espace européen de l’enseignement supérieur et ses principaux enjeux, en privilégiant une analyse centrée sur les discours politiques et sociaux portés sur les mobilités étudiantes. Elle cite notamment un certain nombre de sociologues qui se sont penchés sur l’histoire des mobilités, se référant aux historiens et à l’histoire des universités notamment. L’auteure résume les trois traditions dans lesquelles s’inscrit la mobilité étudiante internationale (Zarate, 1999) : les traditions humaniste, coloniale et pacifiste (p. 35), ainsi que plusieurs analyses qui s’intéressent aux politiques européennes visant à faciliter la reconnaissance mutuelle des diplômes et le transfert des connaissances dans l’enseignement supérieur. Dans un paragraphe sur les « ajustements des universités européennes face à la croissance économique et à la productivité », elle rappelle les évolutions dans plusieurs pays européens, en adoptant le style de la restitution et relatant des affirmations comme celle de S. Halimi (2004), qui souligne que « la qualité » de l’enseignement britannique, attestée par des pratiques d’évaluation exigeantes, expliquerait son prestige auprès des étudiants étrangers. Elle précise cependant que les études commanditées sur l’impact de l’évolution des politiques évaluatives dans les universités britanniques aboutissent à des conclusions contrastées, certaines soulignent la « qualité des études » (qui n’est bien souvent pas définie), d’autres évoquent également une concurrence exacerbée entre universités et une centration sur la recherche au détriment de la pédagogie et de la formation. L’auteure s’intéresse également aux politiques européennes « d’excellence » et de compétition, qui découleraient mécaniquement d’un impératif d’uniformisation (p. 49-50). Des affirmations telles que « les programmes comme Erasmus ont réussi à faire que la mobilité ne soit plus une exception, mais devienne une option comme une autre dans le cursus universitaire des étudiants » sont cependant critiquables, étant donné que ce type de mobilité touche encore aujourd’hui moins de 5 % de l’ensemble des inscrits dans l’enseignement supérieur, mais elle ne revient sur cette réalité chiffrée que dans la seconde partie de son ouvrage.

4V. Erlich s’intéresse aussi aux liens entre mobilité étudiante et mobilité professionnelle, en citant notamment des études comparatives telles que celle effectuée par M. E. Lindberg (2009). Elle rappelle que les universités ont perdu un certain monopole de la production et de la diffusion des savoirs et se confrontent aujourd’hui à un pilotage mercantile, à une diversification de l’offre de financements et à une professionnalisation et une « autonomisation » accrue (Rey, 2007). V. Erlich note dans le chapitre 3 que l’enseignement supérieur européen se trouve ainsi soumis aux principes généraux « économiques » du marché ouvert, de la concurrence, de la compétitivité et de l’efficacité (Schultheis, Roca i Escoda & Cousin, 2008). Ce qui entraîne de grandes inégalités entre les étudiants et des écarts considérables entre les établissements, plus que jamais en compétition. Dans le chapitre 4, qu’elle intitule « Un ordre inégalitaire », elle rappelle, avec M. Ballatore, que les déséquilibres migratoires et économiques persistent en Europe, en ce qui concerne les échanges universitaires, qui devraient se baser sur un principe de réciprocité. Confrontant les données sur les étudiants étrangers et la mobilité institutionnalisée, elle montre aussi en quoi la politique d’accueil des étudiants étrangers dans les années soixante-dix en Europe est devenue sans arrêt plus restrictive, alors que se créaient les programmes européens de mobilité. La France, n’ayant pas, semble-t-il, comme le Royaume-Uni, opté pour une politique sélective par le filtre financier, s’est appuyée sur une politique de sélection des étudiants internationaux basée sur le renforcement de la mobilité encadrée et sur le verrou des visas (Terrier, 2009, p. 254-255). V. Erlich évoque également la question de la zone de continuité d’ampleur variable difficilement repérable et mesurable entre deux flux : celui des étudiants en mobilité et celui des diplômés qui débutent leur carrière professionnelle dans le pays d’accueil.

5La deuxième partie de cet état des savoirs est consacrée aux mobilités estudiantines en Europe, dans une perspective comparative. V. Erlich rappelle ici que, rapporté aux effectifs totaux d’étudiants, le taux moyen de mobilité internationale des étudiants s’élève en 2005 à 1,7 % dans le monde. Elle nomme ici la mobilité internationale des étudiants qui ne sont pas sous contrat d’échanges « d’autonome », alors qu’il conviendrait peut-être de parler plutôt de mobilité non institutionnalisée, non organisée, qui connaît, indépendamment du type de mobilité, une forte polarisation, puisque quelques pays concentrent l’essentiel des flux entrants et sortants. Elle évoque les caractéristiques sociales et scolaires de la population des étudiants mobiles et son caractère genré, en évoquant entre autres une étude de N. Cattan, qui s’intéresse aux motivations des étudiants et qui affirme qu’il existerait une dissymétrie par genre, attestant une position différenciée des pays vis-à-vis des pratiques migratoires féminine et masculine (Cattan, 2004). Mais V. Erlich rappelle justement que le rôle de la filière et des établissements est indéniable, comme celui des enseignants. Les chercheurs du CEREQ ont notamment montré que la corrélation entre mobilité enseignante et étudiante est avérée (Agbossou, Carel-Bergeon & Caro, 2007). L’auteure évoque également l’ensemble des études qui se sont penchées sur le « capital migratoire » ou les « compétences migratoires » ou encore sur la « prise de conscience d’un espace élargi d’action » des étudiants en mobilité (Murphy-Lejeune, 2003 ; Garneau, 2006, entre autres). Elle souligne cependant que les recherches aujourd’hui sur les étudiants mobiles en Europe concernent davantage les étudiants en échange que les étudiants en mobilité « spontanée ». Les analyses concernant les modes de financement des études à l’étranger sont encore plus rares, mais existent sur certains pays. V. Erlich omet de citer quelques résultats intéressants à ce sujet dans trois pays pour le programme Erasmus (Ballatore, 2010) et les dernières propositions en matière de financements émanant de la DG EAC (Direction générale de l’éducation et de la culture) de la Commission européenne.

6Enfin, la troisième partie de cet ouvrage de synthèse présente la littérature concernant les expériences des étudiants européens, abordées à travers leurs projets et attentes, leurs conditions de vie et d’études, mais également leurs expériences interculturelles et leur rapport à l’espace et aux territoires. L’auteure souligne à juste titre qu’il est difficile de démêler les différents facteurs qui poussent au départ et de distinguer ce qui est de l’ordre de l’envie personnelle de ce qui est contraint par des situations ou des personnes, de différencier en somme « mobilité subie » et « mobilité choisie ». La mobilité se construit tout au long du parcours biographique de l’individu et les motivations individuelles des étudiants évoluent également en fonction des opportunités structurelles et institutionnelles qui se présentent. En outre, les impacts d’un séjour à l’étranger restent difficiles à évaluer, nécessitant la mise en place de démarches comparatives (entre étudiants mobiles et non mobiles) et longitudinales (suivi de parcours) rarement mises en œuvre (Terrier, 2009). D’après les chercheurs du projet VALERA (Value of Erasmus Mobility), la valeur professionnelle d’une période temporaire d’études à l’étranger a nettement diminué au cours des années (Bracht, Engel, Janson et al., 2006). Il faut également rappeler que la transition vers l’emploi ne peut être analysée uniquement sous le prisme de la migration, d’autres facteurs tels que l’origine sociale, le choix de la filière d’étude, de l’établissement jouent un rôle très important. Dans un chapitre que V. Erlich nomme « Expériences interculturelles et constructions identitaires », l’auteure se penche sur les études plus controversées qui parlent de « l’identité européenne ». Toute la rhétorique et une partie de la littérature sur « l’esprit d’ouverture » des étudiants en mobilité sont ici évoquées. Dans les derniers chapitres de son ouvrage, l’auteure expose des résultats fragmentés d’enquêtes sur les conditions de vie et d’études des étudiants européens en mobilité, qui sont encore des champs largement à explorer. Les résultats d’enquêtes existantes ne permettent pas vraiment de discerner les différences existant à l’intérieur de la catégorie « étudiants européens », lorsqu’il est souligné que ce sont ces derniers qui rencontrent le moins de difficultés matérielles et financières par rapport aux étudiants provenant d’autres zones géographiques (Ennafaa & Paivandi, 2008). De même, parler de « culture des sorties » qui caractériserait les Américains et les Européens (contrairement aux Africains, aux Asiatiques et aux étudiants issus du Moyen-Orient) nous paraît une simplification culturaliste discutable.

7Il nous semble que, de manière générale, une partie des résultats des recherches exposés dans cet ouvrage laisse trop à penser que les mobilités passagères seraient des formes de « tourisme approfondi » et auraient peu à voir avec d’autres formes de mobilité non encadrées. L’« acculturation » des étudiants serait tout aussi passagère que leur séjour. Mais ces mobilités seraient-elles prédictives d’autres mobilités ? Participent-elles à la construction de profils européens ou internationaux ? Ces questions que pose Catherine Agulhon en préface de l’ouvrage mériteraient d’être posées plus systématiquement. Nous souhaiterions conclure également, avec V. Erlich, en soulignant qu’en Europe le paradigme de la compétition semble l’avoir emporté sur celui de la coopération, à la base des échanges, et qu’il manque encore aujourd’hui beaucoup d’études et de données fiables permettant de comparer mobilité organisée et mobilité non encadrée, mobilité étudiante et mobilité professionnelle, ainsi que plus généralement des recherches sur les migrations qualifiées en Europe.

Haut de page

Bibliographie

AGBOSSOU I., CAREL-BERGEON S. & CARO P. (2007). « Les échanges européens Erasmus... Accroître la mobilité des enseignants pour développer celle des étudiants ». Bref du CEREQ, no 246.

BALLATORE M. (2010). Erasmus et la mobilité des jeunes européens. Paris : PUF, coll. « Éducation et société ».

BRACHT O., ENGEL C., JANSON K., OVER A., SCHOMBURG H. & TEICHLER U. (2006). The professional value of Erasmus Mobility. Kassel (Allemagne) : INCHER, University of Kassel. En ligne : http://ec.europa.eu/education/erasmus/doc/publ/evalcareer.pdf.

CATTAN N. (2004). « Genre et mobilité des étudiants en Europe ». Espace populations sociétés, no 1, p. 15-27.

ENNAFAA R. & PAIVANDI S. (2008). Les étudiants étrangers en France : enquête sur les projets, les parcours et les conditions de vie. Paris : La Documentation française.

GARNEAU S. (2006). « Mobilités étudiantes et socialisations professionnelles en France et au Québec ». SociologieS, Premiers textes. En ligne : http://sociologies.revues.org/342.

HALIMI S. (2004). L’enseignement supérieur au Royaume-Uni. Paris : Ophrys.

LINDBERG M. E. (2009). « Student and early career mobility patterns among highly educated people in Germany, Finland, Italy, and the United Kingdom ». Higher Education, vol. 58, no 3, p. 339-358. 

MURPHY-LEJEUNE É. (2003). L’étudiant européen voyageur, un nouvel étranger. Paris : Didier.

REY O. (2007). « Les “petits mondes” universitaires dans la globalisation ». Dossier d’actualité Veille et analyses, no 29. En ligne : http://ife.ens-lyon.fr/vst/DA-Veille/29-septembre-2007.pdf

SCHULTHEIS F, ROCA i ESCODA M. & COUSIN P.-F. (dir.) (2008). Le cauchemar de Humboldt. Les réformes de l’enseignement supérieur européen. Paris : Raisons d’agir.

TARRIUS A. (1996). « Territoires circulatoires et espaces urbains ». Annales de la recherche urbaine, no 59-60, p. 50-59.

TERRIER E. (2009). Mobilités et expériences territoriales des étudiants internationaux en Bretagne. Thèse de doctorat, sciences de l’homme et société, université Rennes 2.

ZARATE G. (1999). « La mobilité transnationale en éducation : un espace de recherche ». Revue française de pédagogie, no 129, p. 65-72.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Magali Ballatore, « ERLICH Valérie. Les mobilités étudiantes », Revue française de pédagogie, 181 | 2012, 129-132.

Référence électronique

Magali Ballatore, « ERLICH Valérie. Les mobilités étudiantes », Revue française de pédagogie [En ligne], 181 | 2012, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 22 mai 2017. URL : http://rfp.revues.org/3940

Haut de page

Auteur

Magali Ballatore

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org