Navigation – Plan du site
Notes critiques

LANGLOIS Roberte. Les précurseurs de l’oralité scolaire en Europe. De l’oral à la parole vivante

Mont-Saint-Aignan : Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012, 257 p.
Loïc Chalmel
p. 133-134
Référence(s) :

LANGLOIS Roberte. Les précurseurs de l’oralité scolaire en Europe. De l’oral à la parole vivante. Mont-Saint-Aignan : Presses universitaires de Rouen et du Havre, 2012, 257 p.

Texte intégral

1Il y a, dans le système éducatif français, quelque chose qui ne va pas avec l’oral, comme un malentendu entre l’école, la parole et le monde. Soulevant la question de l’héritage républicain, tout en mettant simultanément au jour un réseau européen de pédagogues autour du dénominateur commun de la parole vivante, Roberte Langlois propose aux éducateurs contemporains une réflexion particulièrement féconde et actuelle sur les enjeux et la dimension anthropologique de l’oralité scolaire.

2L’intérêt historique et la qualité scientifique des résultats présentés dans cet ouvrage sont incontestables. L’étude réalisée dépasse manifestement, par son ampleur, le cadre singulier de l’école française, et la contribution à la recherche qu’elle nous propose donne incontestablement sa tessiture à une parole de portée plus universelle.

3Entre « tension et déséquilibre », la première partie de l’ouvrage donne l’opportunité au lecteur de repenser, dans une double perspective diachronique et synchronique, le rapport de la parole vivante avec l’école. R. Langlois déplace cette question dans le temps et dans l’espace, contribuant à définir une grille de lecture hypertextuelle, reliant entre elles les sources, les connectant à d’autres, leur attribuant un sens nouveau en fonction des systèmes de valeurs de référence des acteurs, des connaissances théoriques disponibles et de la perception qu’ils expriment des pratiques éducatives antérieures.

4La seconde partie de l’ouvrage entraîne le lecteur en quête d’héritage, à la recherche du testament perdu des pédagogues de l’oralité, dans les traditions luthériennes piétistes scandinaves puis judaïques. Gründvigt et Bubber s’imposent rapidement, mais la découverte de Kold ainsi que le lien avec le catholique français Marcel Jousse sont plus inattendus. Le marquage religieux, s’il est avéré à l’origine, transcende cependant l’appartenance communautaire, pour inscrire son discours dans une perspective humaniste et anthropologique. Et l’héritage qu’il partage est bien celui de « parole vivante ». R. Langlois nous permet à cet égard d’entrer dans une littérature mal connue, et pourtant déterminante pour comprendre comment et pourquoi la question de la parole enseignante évolue au fil du temps.

5Nullement déroutée par l’exigence d’immersion dans la complexité qu’elle a choisi d’assumer, R. Langlois s’emploie à restituer la cohérence interne des différentes facettes du concept de « parole vivante » que renvoient tour à tour ces discours pédagogiques, philosophiques, anthropologiques, linguistiques, imbriqués les uns dans les autres. Elle joue à la fois de leur cohérence et de leurs tensions. Et plus que les réponses, ce sont bien les questions qui importent au final : comment les idées nouvelles adviennent-elles ? par quels canaux cheminent-elles ? comment caractériser cette circulation : capillarité, contagion, imitation, amalgame ? qui les fait durer ? qui en abrège le pouvoir ? qui les articule à des pratiques effectives ? comment la transmission s’opère-t-elle et qui en sont les médiateurs ?

6Si la connaissance s’appuie sur les faits, la recherche est un art. R. Langlois jette dans cet ouvrage précieux des ponts au-dessus des fleuves du temps et des sociétés en vue d’interpeller ses contemporains. Au final, la parole vivante, interface nécessaire à la mise en place, dans l’école d’aujourd’hui, d’une communication intergénérationnelle véritable, s’incarne dans la figure de pédagogues du passé (dépassés ?). Que penser dès lors de la formation des professeurs des écoles, au sein de laquelle la posture de l’enseignant paraît pour le moins dominante, au détriment de celles d’éducateur et de pédagogue ? Comment former au vivant ?

7L’ouvrage de R. Langlois présente l’immense avantage de redonner aux héritiers contemporains des pédagogues de l’oralité la teneur de l’héritage, pour se défier des fausses évidences, principales conséquences de l’oubli.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Loïc Chalmel, « LANGLOIS Roberte. Les précurseurs de l’oralité scolaire en Europe. De l’oral à la parole vivante », Revue française de pédagogie, 181 | 2012, 133-134.

Référence électronique

Loïc Chalmel, « LANGLOIS Roberte. Les précurseurs de l’oralité scolaire en Europe. De l’oral à la parole vivante », Revue française de pédagogie [En ligne], 181 | 2012, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rfp.revues.org/3946

Haut de page

Auteur

Loïc Chalmel

Université de Lorraine, laboratoire LISEC Alsace-Lorraine

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org