Navigation – Plan du site
Notes critiques

Carnus Marie-France & Terrisse André (dir.). Didactique clinique de l’EPS. Le sujet enseignant en question

Paris : Éd. EP&S, 2013, 160 p.
Gérard Vergnaud
p. 146-147
Référence(s) :

Carnus Marie-France & Terrisse André (dir.). Didactique clinique de l’EPS. Le sujet enseignant en question. Paris : Éd. EP&S, 2013, 160 p.

Texte intégral

1Voici un ouvrage novateur, qui ouvre un champ de recherches sur l’éducation jusqu’alors peu développé et peu connu. La didactique clinique est présentée dans cet ouvrage comme une problématique de recherche pleine et entière : elle est appliquée aux enseignants d’EPS et est conduite de manière systématique auprès d’une vingtaine d’entre eux, dont l’enseignement concerne une dizaine de sports différents. C’est un projet ambitieux.

2L’équipe d’André Terrisse et de Marie-France Carnus, qui s’est forgée et développée à l’IUFM de Toulouse, a réuni autour d’elle des chercheurs motivés. Ils ont adopté le point de vue de la psychanalyse pour solliciter et interpréter la parole d’enseignants, qui ont investi leur métier avec toute leur subjectivité : projet, histoire personnelle, ambition pour autrui. C’est cette subjectivité qu’il s’agit d’interroger. Une douzaine de chapitres traitent de plusieurs thèmes de l’activité des enseignants d’EPS, mais, derrière les différences entre les objets étudiés, existe un cadre théorique commun, que l’on retrouve dans chaque chapitre.

3Trois concepts fondamentaux, empruntés surtout à Freud et Lacan, structurent la problématique de l’équipe, ceux de « déjà-là », d’« épreuve » et d’« après-coup », et permettent de donner du sens à d’autres idées importantes comme celles de « sujet supposé savoir » et d’« impossible à supporter ». Ce ne sont pas les concepts ordinaires de la didactique, et la question se pose donc de la facilité/difficulté de la communication de l’équipe avec la communauté des chercheurs et celle des enseignants. Certains lecteurs seront surpris par une problématique à leurs yeux « étrange ». Et pourtant l’ouvrage est très intéressant : passée la surprise initiale provoquée chez le lecteur par les catégories utilisées, celui-ci s’intéressera aux propos tenus par les enseignants dont le témoignage est recueilli, et qui illustrent les attitudes et les représentations plus ou moins conscientes qui orientent la subjectivité des enseignants dans leur activité.

4Le « déjà-là » désigne les filtres hérités de l’expérience passée, qui modifient et biaisent les objectifs de l’enseignant ainsi que son interprétation des observations qu’il peut faire dans sa classe. La comparaison entre un entretien avant le cours et un entretien après met assez aisément en évidence le décalage entre les objectifs institués et ceux de l’enseignant. En d’autres termes, l’enseignant n’est pas maître dans son institution.

5Le terme « épreuve » désigne l’activité de l’enseignant en situation, avec ce qu’elle comporte d’ajustement à l’imprévu et d’écart éventuel avec l’attente de l’enseignant. On n’est pas éloigné cette fois de l’idée de contrat didactique ? L’après-coup permet de mettre cet écart en évidence.

6Si l’enseignant est « supposé savoir », il ne peut qu’être surpris par les difficultés qu’il rencontre et par son embarras pour les surmonter, mais il lui est aussi « impossible de supporter » certaines faiblesses des élèves, par exemple leur faible engagement dans l’activité sportive que, justement, il privilégie lui-même en raison de son histoire personnelle.

7Mettre ces différents phénomènes en évidence dans une variété d’activités sportives comme la gymnastique, la boxe française ou le volley-ball suppose évidemment que l’on tienne compte des spécificités de chaque activité, mais, dans tous les cas le « je » de l’enseignant est bel et bien un facteur important d’orientation de son activité et de son jugement. L’expertise professionnelle n’est pas l’expérience personnelle, les deux semblant plutôt s’infléchir l’une l’autre.

8Plusieurs autres thèmes intéressent l’équipe de didactique clinique, comme l’évaluation ou encore l’introduction dans les programmes de contenus nouveaux, l’éducation à la santé par exemple.

9Les préoccupations concernant la personne de l’enseignant commencent à être étudiées de plusieurs manières dans la recherche, en raison de la dualité des fonctions de l’activité de travail, à la fois une fonction productive (effets sur le monde extérieur) et une fonction constructive (effets sur la personne elle-même) ; aussi en raison du retour réflexif sur l’action, qui donne à l’expérience personnelle un véritatable statut conceptuel ; aussi en raison de la défense personnelle que doit assurer l’enseignant au cours de son interaction avec les élèves.

10Les considérations méthodologiques occupent une bonne partie des contributions à l’ouvrage, notamment les considérations concernant le choix et la construction des cas individuels retenus pour l’analyse. La didactique clinique de l’EPS représente donc, à mon avis, un apport original à la didactique, et ajouterai-je, à la psychologie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Vergnaud, « Carnus Marie-France & Terrisse André (dir.). Didactique clinique de l’EPS. Le sujet enseignant en question », Revue française de pédagogie, 182 | 2013, 146-147.

Référence électronique

Gérard Vergnaud, « Carnus Marie-France & Terrisse André (dir.). Didactique clinique de l’EPS. Le sujet enseignant en question », Revue française de pédagogie [En ligne], 182 | 2013, mis en ligne le 28 août 2013, consulté le 23 avril 2017. URL : http://rfp.revues.org/4043

Haut de page

Auteur

Gérard Vergnaud

Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis, laboratoire Paragraphe

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org