Navigation – Plan du site
Notes critiques

Doussot Sylvain. Didactique de l’histoire. Outils et pratiques de l’enquête historienne en classe

Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2011, 316 p.
Didier Cariou
p. 147-149
Référence(s) :

Doussot Sylvain. Didactique de l’histoire. Outils et pratiques de l’enquête historienne en classe. Rennes : Presses universitaires de Rennes, 2011, 316 p.

Texte intégral

1L’ouvrage de Sylvain Doussot, rédigé à partir de sa thèse soutenue en 2009, marque une importante avancée pour la didactique de l’histoire. Il fait notamment progresser le débat sur la question de la rupture et de la continuité entre l’histoire scolaire et l’histoire universitaire (Lautier & Allieu-Mary, 2008).

2Il montre que le travail en classe d’histoire ne saurait se réduire à un ensemble de techniques rencontrées dans les situations habituelles de classe, décrites suivant le modèle de la discipline scolaire (Chervel, 1998) qui perçoit l’histoire scolaire comme éloignée de sa discipline de référence. Certains didacticiens envisagent en effet la continuité entre les démarches de l’histoire universitaire et celles de l’histoire enseignée. Comment dès lors penser une dialectique de la continuité et de la rupture, comment envisager les conditions de l’apprentissage de la pensée historienne en classe, tout en tenant compte des contraintes de la forme scolaire (p. 51) ? À cet effet, S. Doussot propose des pistes pour penser et travailler la référence savante en classe d’histoire.

3Ce travail s’intègre dans le cadre théorique de la problématisation élaboré par M. Fabre (2009). Il ne s’agirait plus d’envisager les savoirs comme le résultat de la résolution d’un problème construit par ailleurs et selon une dimension strictement propositionnelle du savoir (savoir que…). Il s’agirait plutôt d’envisager les savoirs comme étant liés à des problèmes et faisant état de nécessités (savoir qu’il ne saurait en être autrement). Ce questionnement engagerait un processus de problématisation analogue à celui des historiens quand il permet d’explorer les différents possibles qui expliquent une situation historique. Les élèves produiraient alors des hypothèses non seulement pour comprendre comment les choses se sont passées mais surtout pourquoi elles se sont passées ainsi et pas autrement (Koselleck, 1997, p. 217 et p. 229). De cette manière, la Révolution française n’est plus un évènement en soi dont il convient de connaître les principaux faits et personnages, sa connaissance devient – ou redevient – la réponse à des questions d’historiens qui en proposent des découpages temporels et des interprétations. On sortirait ainsi de l’aporie de la transposition didactique qui produit la réification des savoirs scolaires.

4À cet effet, S. Doussot analyse les échanges en classe, les documents utilisés et les productions d’élèves lors de trois séquences menées en classe de CM1 (la seigneurie au Moyen Âge), de quatrième (la chute de la monarchie constitutionnelle en 1792) et de troisième (la Guerre froide). Il décrit notamment l’usage par les élèves de listes et de tableaux, envisagé sous l’angle de l’instrumentation de pratiques qui ont à voir avec celles des historiens. L’objectif n’est pas seulement de conduire les élèves à prélever des informations dans des documents pour remplir des cellules de tableaux – comme l’exige la forme scolaire de l’histoire – mais à s’emparer de ces outils pour lister et classer des informations, pour faire jouer les données selon leur disposition spatiale afin d’en proposer des explications. Comme les cellules du tableau juxtaposent des éléments disjoints, il appartient aux élèves de restituer les contraintes et les contingences qui, par exemple, relient implicitement la fuite à Varennes, la déclaration de guerre et le manifeste de Brunswick, afin de proposer une explication de la chute de la monarchie (p. 202). La dimension bi-dimensionnelle de ces outils graphiques, disposant spatialement les données et les contraintes, matérialise un espace-problème pour explorer un problème historique (p. 23). Les élèves ne suivent pas un trajet qui les mènerait du faux au vrai par une recherche de la « bonne » réponse, ils réalisent un parcours qui leur permet de déterminer ce qui est possible et ce qui ne l’est pas, en examinant les différentes configurations historiographiques (Prost & Winter, 2004) du problème, en convoquant les données recueillies et les interprétations antérieures déjà validées par la classe. Conformément à la théorie anthropologique de l’écriture (Goody, 1979), à la théorie de la genèse instrumentale (Rabardel, 1999) et à l’approche socio-historique du langage (Jaubert, 2007), les savoirs ne sauraient donc se poser indépendamment des pratiques de leur mise en texte par les élèves (p. 95). Dans une étude de cas déjà publiée dans cette revue (Doussot, 2010), il apparaît que la continuité linéaire entre la fuite du roi à Varennes en juin 1791 et sa chute le 10 août 1792 n’explique rien car le problème est d’abord le suivant : pourquoi les Parisiens ont-ils mis fin à la royauté en août 1792 et pas en juin 1791 ? Il devient nécessaire de travailler sur ce que les Parisiens savaient et pensaient des intentions du roi au fil des évènements pour construire le registre des contraintes et des explications de l’évènement. La disposition spatiale des données dans un tableau – qui intègre la déclaration de guerre et le manifeste de Brunswick dans cette succession temporelle – fait apparaître que les Parisiens ne prirent conscience de la trahison du roi qu’à l’été 1792, avec la publication du manifeste de Brunswick (p. 115).

5En lien avec l’épistémologie bachelardienne de la problématisation, les outils graphiques apparaissent comme les instruments de la rupture (à ne pas confondre avec la coupure car elle n’exclut pas la continuité) entre le sens commun et la science. S. Doussot propose ainsi une réponse aux débats qui agitent la communauté des didacticiens de l’histoire en montrant que la rupture ne se situe pas entre les élèves et les historiens, mais entre les savoirs quotidiens mobilisés spontanément par les élèves et les savoirs des historiens (p. 54). En effet, les représentations initiales des élèves peuvent aussi bien constituer un appui qu’un obstacle à la construction du savoir. Instrumenter les pratiques des élèves avec des listes et des tableaux conduit ces derniers à parcourir un espace-problème pour explorer d’autres possibles (le roi peut trahir ses sujets pour des raisons politiques et des intérêts personnels) et engager éventuellement une rupture avec les représentations et le sens commun (le roi est nécessairement le protecteur de ses sujets). L’obstacle épistémologique au sens de Bachelard ne consisterait pas en un savoir trop éloigné des élèves et masqué par leurs représentations premières. Il se tiendrait au cœur du savoir lui-même. Il peut être surmonté par l’émission de nouvelles hypothèses instrumentées par des outils graphiques. En tant que « technologie de l’intellect » (Goody, 1979), ces derniers sont des instruments de la secondarisation du savoir qui se tient également au cœur du « modèle intermédiaire d’apprentissage de l’histoire » (Lautier, 1997).

6Au total, S. Doussot considère que, pour rapprocher les pratiques scolaires des pratiques historiennes, il est nécessaire d’instituer la classe en une « communauté historienne scolaire » (Bernié, 2002), en un espace d’échanges et de controverses où se construiraient l’enquête et les pratiques textuelles des élèves (p. 281). Il propose d’orienter l’enseignement de l’histoire selon une logique post-moderne qui met l’accent sur la négociation dans la classe de la signification des différentes versions du passé (p. 260-262). L’enseignement de cette histoire problématisée opérerait ainsi la médiation entre la communauté des historiens et la communauté historienne scolaire qu’il souhaite faire advenir dans sa classe.

7Ces propositions, appuyées sur un matériau empirique d’une très grande richesse et armées par un cadre théorique rigoureux, semblent d’une grande portée. Elles ouvrent de nombreuses pistes de recherche sur la nature du savoir historique, sur le renouvellement possible de la forme scolaire, sur l’articulation de l’histoire enseignée à l’historiographie et à l’épistémologie de l’histoire. De notre point de vue, elles pourraient ouvrir au moins deux types de questionnement. Ce cadre – nécessairement « contraint » afin d’introduire les élèves à une démarche de problématisation – laisse en suspens la question de l’effectivité des apprentissages dans les situations habituelles de classe. Il pose également la question des croisements possibles ou impossibles entre la théorie de la problématisation et des autres cadres théoriques mobilisés en didactique de l’histoire.

Haut de page

Bibliographie

BERNIÉ J.-P. (2002). « L’approche des pratiques langagières scolaires à travers la notion de “communauté discursive” : un apport à la didactique comparée ? ». Revue française de pédagogie, no 141, p. 77-88.

CHERVEL A. (1998). La culture scolaire. Une approche historique. Paris : Belin.

DOUSSOT S. (2010). « Pratiques de savoir en classe et chez les historiens : une étude de cas au collège ». Revue française de pédagogie, no 173, p. 85-104.

FABRE M. (2009). Philosophie et pédagogie du problème. Paris : Vrin.

GOODY J. (1979). La raison graphique. La domestication de la pensée sauvage. Paris : Éd. de Minuit.

JAUBERT M. (2007). Langage et construction de connaissances à l’école. Un exemple en sciences. Bordeaux : Presses universitaires de Bordeaux.

KOSELLECK R. (1997). L’expérience de l’histoire. Paris : Gallimard ; Seuil.

LAUTIER N. (1997). À la rencontre de l’histoire. Villeneuve d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion.

LAUTIER N. & ALLIEU-MARY N. (2008). « La didactique de l’histoire ». Revue française de pédagogie, no 162, p. 95-131.

PROST A. & WINTER J. (2004). Penser la Grande Guerre. Un essai d’historiographie. Paris : Seuil.

RABARDEL P. (1999). « Le langage comme instrument ? Éléments pour une théorie instrumentale élargie ». In Y. Clot (dir.), Avec Vygotski. Paris : La Dispute.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Cariou, « Doussot Sylvain. Didactique de l’histoire. Outils et pratiques de l’enquête historienne en classe », Revue française de pédagogie, 182 | 2013, 147-149.

Référence électronique

Didier Cariou, « Doussot Sylvain. Didactique de l’histoire. Outils et pratiques de l’enquête historienne en classe », Revue française de pédagogie [En ligne], 182 | 2013, mis en ligne le 28 août 2013, consulté le 17 août 2017. URL : http://rfp.revues.org/4046

Haut de page

Auteur

Didier Cariou

Université de Bretagne occidentale, CREAD EA 3875

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org