Navigation – Plan du site
Notes critiques

Felouzis Georges, Maroy Christian & van Zanten Agnès. Les marchés scolaires. Sociologie d’une politique publique d’éducation

Paris : PUF, 2013, 228 p.
Marianne Blanchard
p. 167-169

Texte intégral

1Comme le rappellent dès l’avertissement les trois auteurs, Georges Felouzis, Christian Maroy et Agnès van Zanten, cet ouvrage est né du constat de l’absence d’un « bilan de la littérature internationale sur les marchés scolaires ». Un des objectifs de ce livre est donc de fournir une synthèse en langue française de plus de 300 travaux, pour la plupart rédigés en anglais, qui traitent de la régulation de l’offre et de la demande scolaire aux niveaux primaire et secondaire, dans une douzaine de pays, allant de la Nouvelle-Zélande aux Pays-Bas, en passant par le Vietnam et l’Afrique du Sud.

2Au-delà de cet état des savoirs, les auteurs entendent prendre part au débat public, en apportant des réponses à la question suivante : « quelle place doit tenir l’État et quelles sont les modalités d’intervention de l’action publique qui puissent garantir tout à la fois une répartition efficace et équitable des biens éducatifs, la liberté de choix et la cohésion de la société ? » (p. 1-2). Plus précisément, alors que l’existence de marchés scolaires leur apparaît acquise, dans la mesure où ils reflètent des « attentes sociales en matière d’éducation et de liberté de choix » (p. 10), il s’agit de savoir comment l’action publique peut réguler ces marchés (p. 5). Dès l’introduction, les auteurs prennent ainsi clairement position pour un modèle favorisant le libre choix des familles, mais auquel serait associée une régulation étatique : « une intervention de la puissance publique est indispensable pour pleinement réaliser les buts collectifs de l’enseignement obligatoire : donner à tous un enseignement de qualité en limitant les inégalités d’apprentissage ». Ce faisant, ils s’opposent aux thèses d’auteurs comme J. Chubb et T. Moe (1990) qui, dans le contexte nord-américain, défendent l’idée qu’un marché éducatif fonctionnant selon le libre jeu de la concurrence serait une source d’amélioration de la qualité de l’offre éducative et de son adaptation aux besoins diversifiés des familles.

3L’ouvrage aborde la question des marchés scolaires à travers quatre angles, qui correspondent chacun à un chapitre, le premier chapitre étant consacré à la présentation d’une typologie fondée sur trois idéaux-types de marché : 1) les marchés privés, où le choix se fait entre écoles publiques et privées et où les établissements sont les acteurs prépondérants ; 2) les quasi-marchés scolaires où l’État joue un rôle central puisque c’est lui qui finance et évalue les établissements ; 3) enfin les marchés officieux où ce sont les familles qui constituent l’acteur central étant donné que ce sont elles qui prennent les décisions, dans un contexte de grande opacité. Tout en associant les différents types de marchés à des contextes nationaux (États-Unis pour le premier, Belgique et Royaume-Uni pour le second, France pour le dernier), les auteurs invitent à étudier les marchés au niveau local, et précisent que les différentes formes idéales-typiques se rencontrent au niveau de ces « micromarchés » (p. 38). De façon surprenante cette typologie n’est pas utilisée dans la suite de l’ouvrage.

4Dans le chapitre 2, consacré aux marchés « en action », les auteurs insistent sur l’interaction entre les dynamiques socio-spatiales et scolaires, autrement dit sur la façon dont les formes de ségrégation urbaine peuvent modifier le fonctionnement des marchés et leurs effets. Les auteurs s’intéressent également à l’évolution des marchés dans le temps, montrant que les établissements en concurrence pour le même type d’élèves, loin de chercher à se distinguer les uns des autres, tendent à adopter des comportements de mimétisme et à s’homogénéiser, contrairement à ce que prédisaient les défenseurs de la libre concurrence.

5Le chapitre 3 reprend pour une large part les conclusions des travaux antérieurs d’A. van Zanten sur les choix scolaires (2009), défendant l’idée qu’il existe des parents « choisissant », que l’on retrouve plutôt au sein des classes moyennes et supérieures et dont on peut expliquer les choix en articulant des facteurs objectifs (capital économique, culturel) et des représentations subjectives (visées instrumentales – l’école doit amener mon enfant le plus loin possible –, expressives – l’école doit épanouir et rendre heureux mon enfant –, et sociales – mon enfant doit fréquenter des enfants qui lui ressemblent). Ce chapitre s’intéresse aussi à la façon dont les parents produisent leurs jugements scolaires, en s’appuyant sur des données officielles, qui peuvent êtes produites par l’État, et/ou officieuses.

6Le chapitre suivant propose une synthèse de la littérature sur les stratégies effectives des écoles. Il soulève la question de savoir qui choisit lorsque le choix de l’établissement est faiblement régulé par l’État : certaines études ont de fait montré que les établissements et non les parents se trouvaient bien souvent en position de sélectionner leurs élèves, que ceci soit fait de façon ouverte ou officieuse. Des études montrent par ailleurs que la concurrence entre les établissements peut les amener à développer des stratégies de marketing à destination des familles, sans que cela ait d’incidence sur la qualité de l’offre scolaire.

7Le dernier chapitre s’intéresse aux conséquences « sociales » des marchés éducatifs. Les auteurs se montrent ici très prudents : le marché n’est ni bon ni mauvais en soi, tout dépend des contextes nationaux et surtout locaux, dans la mesure où une même politique peut avoir des effets variés selon l’espace ou le type de population considéré. Néanmoins, deux enseignements peuvent être tirés des travaux existants : en premier lieu il ne semble pas y avoir de lien solide entre l’efficacité des systèmes d’enseignement et la possibilité de libre choix des écoles ; en second lieu le marché scolaire ne résorbe pas les inégalités. En conclusion, les auteurs en appellent donc à nouveau à une politique de choix régulée.

8Au final, Les marchés scolaires apparaît comme un ouvrage utile et stimulant. Utile parce que, même si la succession de références en rend parfois la lecture difficile, les contextes nationaux n’étant pas systématiquement présentés voire mentionnés, cette synthèse fournit un corpus de référence aux personnes – chercheurs, praticiens – intéressées par ces questions. Stimulant parce qu’il pose plus de questions qu’il n’en résout. En effet, les deux objectifs affichés en introduction – produire une synthèse et offrir des réponses aux débats publics – portent en eux une ambiguïté qui traverse l’ensemble de ce livre : tout en insistant à de nombreuses reprises sur la grande diversité empirique des marchés scolaires et sur la nécessité d’en faire des études contextualisées, les auteurs s’efforcent dans le même temps d’extraire des travaux analysés des résultats généralisables.

9Cette ambiguïté apparaît également liée au flou qui entoure tout au long de l’ouvrage la notion même de « marché scolaire », en dépit d’un premier chapitre consacré à l’analyse de cette notion. De fait, les auteurs font ici un pari ambitieux : subsumer sous l’unique concept de marché la diversité des cas empiriques rassemblés dans cet ouvrage. Or cette entreprise peut se heurter à des obstacles épistémologiques et empiriques qui, s’ils sont rappelés, ne sont pas toujours franchis de manière convaincante.

10En premier lieu, on peut s’interroger sur le rôle que peut jouer dans le raisonnement sociologique l’importation d’un concept emprunté à l’économie (Passeron, 1982), en particulier lorsqu’il s’agit d’un concept aussi équivoque que celui de marché (Ben Ayed & Broccolichi, 2001). Dans Sociologie des marchés (2008), P. François défend l’usage du concept de marché en sociologie, qui désigne une configuration stabilisée et spécifique de relations entre acteurs, tout en en restreignant la portée empirique : pour lui, on ne peut parler de marché que s’il y a un prix. Conscients de ce type d’arguments, les trois auteurs s’inspirent des travaux de L. Karpik (2007) sur l’économie de la qualité et les marchés-jugement et mettent en avant le fait que ce qui est en jeu dans le cadre de l’école n’est pas le prix mais la qualité et que la rencontre entre l’offre est la demande est organisée par le jugement.

11En second lieu, on peut se demander s’il est d’une part pertinent, d’autre part possible, de regrouper sous une seule appellation l’ensemble des situations évoquées dans l’ouvrage. Les auteurs répondent dès l’introduction par l’affirmative à ces deux questions, en soulignant que l’accent mis sur la qualité et le rôle des jugements constitue un point commun à tous les cas étudiés et que ce concept de marché est heuristique dans la mesure où il permet de « penser à la fois les politiques scolaires […], les stratégies de choix de l’établissement par les familles ainsi que les modes d’action des établissements » (p. 15). Néanmoins, cette affirmation de départ est difficilement concrétisée dans la suite du texte. On peut tout d’abord regretter que le choix de parler de « marché » n’ait pas conduit les auteurs à aller voir du côté de la sociologie économique et à établir des parallèles avec d’autres types de marchés-jugement. Par ailleurs, d’autres concepts sont mobilisés à côté de celui de marché (« arènes de compétition », « grappes d’interdépendances », « circuits de scolarisation », « espaces de concurrence », « aires approximatives de compétition », « interdépendances compétitives dans un espace local de scolarisation »), sans que l’articulation entre eux soit réellement travaillée. De fait, à la diversité et à la richesse des travaux mentionnés répondent celles de leurs cadres théoriques, mais ceux-ci sont plus souvent juxtaposés que réellement discutés et confrontés les uns aux autres. La question de la possibilité et de la pertinence d’une « théorie générale des marchés scolaires » reste dès lors ouverte.

Haut de page

Bibliographie

BEN AYED C. & BROCCOLICHI S. (2001). « Quelques remarques concernant les usages de la notion de “marché” dans le champ scolaire ». Revue du Centre de recherche en éducation – Questions éducatives, no 20, p. 17-55.

CHUBB J. E & MOE T. M (1990). Politics, Markets and America’s Schools. Washington : The Brooking Institution.

FRANÇOIS P. (2008). Sociologie des marchés. Paris : Armand Colin.

KARPIK L. (2007). L’économie des singularités. Paris : Gallimard.

PASSERON J.-C. (1982). « L’inflation des diplômes. Remarques sur l’usage de quelques concepts analogiques en sociologie ». Revue française de sociologie, no 23, p. 551-584.

van ZANTEN A. (2009). Choisir son école. Stratégies familiales et médiations locales. Paris : PUF.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Blanchard, « Felouzis Georges, Maroy Christian & van Zanten Agnès. Les marchés scolaires. Sociologie d’une politique publique d’éducation », Revue française de pédagogie, 185 | 2013, 167-169.

Référence électronique

Marianne Blanchard, « Felouzis Georges, Maroy Christian & van Zanten Agnès. Les marchés scolaires. Sociologie d’une politique publique d’éducation », Revue française de pédagogie [En ligne], 185 | 2013, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://rfp.revues.org/4321

Haut de page

Auteur

Marianne Blanchard

ESPE Midi-Pyrénées, CERTOP

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org