Navigation – Plan du site
Notes critiques

Ferracci Marc. Évaluer la formation professionnelle

Paris : Presses de Sciences Po, 2013, 120 p.
José Rose
p. 169-171

Texte intégral

1Cet ouvrage, court et dense, propose une synthèse utile de nombreuses évaluations réalisées dans divers pays, dont la France, et visant à mesurer les effets spécifiques de la formation professionnelle – celle des salariés et des demandeurs d’emploi mais pas celle des jeunes en formation initiale – sur l’emploi. Il apporte une réelle contribution aux nombreux travaux conduits ces dernières années sur l’évaluation des politiques publiques, notamment celles d’emploi et de formation. L’auteur s’inscrit dans une mouvance qui entend fonder en raison des politiques publiques en adossant les dispositifs sur une analyse scientifique d’impact. L’ambition est clairement annoncée d’emblée puisqu’il s’agit de « séparer le bon grain de l’ivraie » et d’« utiliser des méthodes crédibles qui permettent d’identifier une véritable relation de causalité entre le passage en formation et l’employabilité ».

2Pour ce faire, il convient de mettre en place une méthodologie d’évaluation pertinente. C’est l’objet du premier chapitre qui plaide en faveur de méthodes permettant de repérer l’effet causal de la formation en contrôlant les effets directs et indirects comme les facteurs observables et inobservables. Ces méthodes, popularisées ces dernières années dans divers domaines comme les politiques en faveur de la jeunesse, ont de grandes vertus mais aussi des limites. Ainsi, la méthode d’appariement construit deux populations ayant des caractéristiques similaires mais bénéficiant ou non de la mesure étudiée : ceci permet de contrôler les facteurs observables mais oblige à prendre en considération un grand nombre de variables explicatives sans être sûr pour autant que des facteurs inobservables n’ont pas biaisé l’estimation. L’expérimentation aléatoire pousse la logique encore plus loin en constituant, par tirage au sort, deux populations, l’une traitée, l’autre témoin. Outre les problèmes éthiques qu’elle pose, cette méthode est coûteuse en temps et susceptible d’affecter le programme sans contrôle des externalités. L’auteur conclut en signalant que « le choix des méthodes se révèle étroitement lié à la nature de la variable de résultats considérée et surtout à la qualité des données disponibles ».

3Le chapitre 2 observe « les effets hétérogènes de la formation des chômeurs ». Il apparaît d’abord que « la formation ne permet pas de réduire significativement la durée du chômage » mais la réponse n’est pas aussi « triviale » que cela si l’on prend en considération l’ensemble des effets possibles : menace, anticipation, enfermement, stigmatisation, productivité. À cela s’ajoute le constat d’une diversité des effets selon les publics, notamment selon leur niveau de qualification et leur parcours, et aussi l’influence différenciatrice de la durée et du contenu de la formation suivie. C’est dire la complexité du problème et « la nécessité d’un meilleur ciblage des formations », ce d’autant que certaines, l’apprentissage notamment, ont des effets positifs que d’autres n’ont pas.

4Le chapitre 3 se demande alors s’il convient de « former plus de chômeurs ». L’auteur rappelle d’abord que des politiques de formation professionnelle peuvent modifier le fonctionnement du marché du travail. Puis il met en évidence, à partir d’une évaluation sur données françaises, le poids des externalités conduisant au fait que « l’évaluation microéconomique des effets de la formation peut produire des résultats au niveau local qui diffèrent de l’effet du traitement évalué sur l’ensemble de la population ». Là encore, la complexité l’emporte.

5Le chapitre 4 analyse « les effets de la formation des salariés ». En s’appuyant sur des études américaines, anglo-saxonnes et françaises, l’auteur souligne d’abord « les faibles rendements salariaux de la formation » mais repère un lien sans doute positif avec la stabilité dans l’emploi qui reste toutefois sensible à la nature des formations suivies. Il signale aussi « un lien positif sur la productivité des firmes » ce qui conduit à la conclusion, pour la France tout au moins, que « la formation profite davantage aux entreprises qu’aux salariés ».

6Le chapitre 5 se demande pourquoi et comment « accroître la participation des salariés à la formation ». La première raison réside dans les externalités positives de la formation des salariés, liée notamment à l’innovation et à la diffusion des compétences ainsi acquises. Reste à voir « comment accroître la participation et réduire les inégalités d’accès à la formation » dont on sait qu’elles sont particulièrement fortes en France. Quant aux mesures à privilégier, l’auteur pense que « des dispositifs tels que les subventions, les comptes individuels de formation ou les déductions fiscales permettraient de réduire le coût de la formation pour les travailleurs et, en ce qui concerne la France, de simplifier considérablement le système de collecte et de redistribution des sommes allouées par les entreprises à la formation ». Au final, « il ressort des évaluations existantes que la participation peut être sensible à des incitations financières, mais seulement dans des conditions restrictives et lorsqu’elles sont correctement ciblées ».

7La conclusion rappelle l’effet limité de la formation professionnelle des adultes car, « contrairement aux idées reçues, elle ne permet pas de sortir plus vite du chômage, ni d’accroître de manière significative les salaires de ceux qui en bénéficient ». Mais l’on peut tout de même « améliorer l’efficacité des sommes colossales dédiées à la formation, en évaluant systématiquement ses effets et en réformant notre système pour n’y laisser subsister que les prestataires de formation apportant une réelle valeur ajoutée aux individus et aux entreprises ». Conclusion roborative s’il en est !

8Le diagnostic, adossé à une présentation systématique de nombreuses études empiriques, est conduit de façon très méthodique et la prudence des commentaires et recommandations, souvent réitérée, est à la hauteur de la rigueur de l’analyse des recherches disponibles.

9L’ouvrage est d’abord intéressant pour la discussion méthodologique qu’il ouvre. Si les méthodes privilégiées ici ont des vertus, elles ne peuvent être la panacée. En effet, elles ne sont pertinentes que sur de gros effectifs et leur neutralité apparente laisse oublier le fait qu’il y a forcément un choix de variables de résultats et de référents de l’évaluation qui renvoie à un modèle théorique implicite. De plus, en se limitant à l’analyse des résultats, ces méthodes ne prennent pas suffisamment en considération les processus et les relations entre les acteurs qui génèrent ces résultats. Et la généralisation d’une mesure peut provoquer des effets différents de ceux observés en phase expérimentale. C’est ici que d’autres méthodes, plus qualitatives mais tout aussi rigoureuses, et non évoquées dans l’ouvrage, peuvent avoir un intérêt. La discussion pourrait aussi porter sur le choix des variables de résultat. Il est ici de nature économique puisque l’analyse d’impact prend comme référents la durée du chômage, le salaire, la durée de l’emploi retrouvé et la productivité. Mais l’on pourrait également fonder l’analyse sur d’autres variables qui prendraient par exemple en considération les trajectoires professionnelles, rapidement mentionnées, la qualité des emplois occupés, l’évolution du contenu du travail effectué, voire les transformations organisationnelles qui peuvent être induites dans les entreprises ou les organismes impliqués.

10Le deuxième intérêt de l’ouvrage réside dans l’objet même car la formation professionnelle des adultes est présente dans le débat public depuis plusieurs décennies et suscite beaucoup d’interrogations. L’analyse proposée dans cet ouvrage est intéressante dans la mesure où elle se réfère à la fois aux personnes, salariés ou demandeurs d’emploi, et aux entreprises. D’autres recherches pourraient être évoquées, notamment celles qui abordent la formation continue sous l’angle non seulement des inégalités de ressources entre les personnes mais aussi des capacités à les mobiliser ou encore celles qui s’intéressent à la place de la formation continue dans les stratégies des entreprises. Mais on ne peut demander à un ouvrage d’aborder tous les sujets et celui-ci a le mérite de traiter de façon précise une question bien délimitée.

11Le troisième intérêt de l’ouvrage se situe dans les orientations politiques qui peuvent en être déduites. Certes, l’auteur reste prudent mais il a bien l’intention de s’adresser aux acteurs publics et d’avancer quelques propositions. Cela est bien venu compte tenu de l’ampleur des dépenses allouées à la formation continue. Cet ouvrage pourrait ainsi intéresser non seulement les décideurs publics, tant nationaux que locaux, mais aussi les responsables de formation dans les entreprises, les acteurs de la politique de l’emploi qui orientent les personnes vers les formations, et les formateurs qui en assurent la réalisation. Ceci est particulièrement bien venu dans une période où l’on ne cesse de réformer le système de financement de la formation professionnelle. Toutefois, une analyse des logiques politiques s’imposerait pour comprendre comment des mesures, pourtant jugées empiriquement efficaces, ne sont pas mises en œuvre tandis que perdurent des dispositifs n’ayant pas d’effet positif avéré. Ainsi complétée par une analyse des processus à l’œuvre, économiques certes mais aussi sociologiques et politiques, la thèse défendue gagnerait encore en force de conviction.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

José Rose, « Ferracci Marc. Évaluer la formation professionnelle », Revue française de pédagogie, 185 | 2013, 169-171.

Référence électronique

José Rose, « Ferracci Marc. Évaluer la formation professionnelle », Revue française de pédagogie [En ligne], 185 | 2013, mis en ligne le 31 décembre 2013, consulté le 24 mai 2017. URL : http://rfp.revues.org/4322

Haut de page

Auteur

José Rose

Aix-Marseille Université, LEST-CNRS

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org