Navigation – Plan du site
NOTE DE SYNTHÈSE

Capital culturel et reproduction scolaire. Un bilan critique

Cultural capital and reproduction in education. A critical review
Hugues Draelants et Magali Ballatore
p. 115-142

Résumés

Le concept de capital culturel est un des concepts majeurs en sociologie de l’éducation. Il est en particulier classiquement mobilisé pour expliquer les inégalités scolaires et le rôle de l’école dans la reproduction sociale. Mais reste-t-il pertinent aujourd’hui ? Selon quelle définition et à quelles conditions ? À la lumière des transformations profondes intervenues ces quarante dernières années dans les structures et le fonctionnement des systèmes éducatifs, il est permis de se poser ces questions. Cette note de synthèse propose ainsi un bilan critique de l’apport du concept de capital culturel à la compréhension des processus actuels de reproduction scolaire.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Le débat sur l’étendue définitionnelle : définition restreinte versus définition large
La définition restreinte du capital culturel
La définition large du capital culturel
Reproduction sociale et capital culturel : la rentabilité scolaire du capital culturel en déclin ?
Les arguments avancés à l’appui de la thèse du déclin
Contre la thèse du déclin : l’argument de la définition flexible
Efficacité et transmissibilité du capital culturel : l’ouverture de la boîte noire
Du capital culturel au capital linguistique et cognitif
Une transmission culturelle pas seulement « osmotique »
La critique indirecte : interdépendance et convertibilité des capitaux
D’une transmission culturelle directe à une transmission culturelle indirecte
Des compétences cognitives aux compétences comportementales
L’exemple de la mobilité géographique et le capital culturel de type international
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Depuis les travaux décisifs de Bourdieu et Passeron en France (1964, 1970), les sociologues de l’éducation considèrent que les mécanismes de type culturel sont déterminants pour comprendre les inégalités scolaires et la reproduction sociale. L’explication classique avancée par ces auteurs suggère en effet que les enfants des classes supérieures hériteraient de leurs familles diverses ressources culturelles (langage, culture générale, outils intellectuels, dispositions corporelles et esthétiques, manière de se tenir et de parler, goûts raffinés…) qui s’accumuleraient et se transformeraient, dans le cadre de l’école, en avantages réels. Chose rendue possible parce que les contenus imposés aux élèves et les évaluations scolaires relèveraient d’une culture dite « légitime », c’est-à-dire constituée de produits symboliques valorisés socialement (les arts, les lettres, les sciences), émanant des groupes sociaux dominants qui exerceraient ainsi une forme de violence symbolique ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hugues Draelants et Magali Ballatore, « Capital culturel et reproduction scolaire. Un bilan critique », Revue française de pédagogie, 186 | 2014, 115-142.

Référence électronique

Hugues Draelants et Magali Ballatore, « Capital culturel et reproduction scolaire. Un bilan critique », Revue française de pédagogie [En ligne], 186 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rfp.revues.org/4430 ; DOI : 10.4000/rfp.4430

Haut de page

Auteurs

Hugues Draelants

Université catholique de Louvain, GIRSEF

Articles du même auteur

Magali Ballatore

Université catholique de Louvain, GIRSEF

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org