Navigation – Plan du site
NOTES CRITIQUES

BOISSIÈRE Joël, FAU Simon & PEDRÓ Francesc. Le numérique une chance pour l’école

Paris : Armand Colin, 2013, 240 p.
Cédric Fluckiger
p. 147-149
Référence(s) :

BOISSIÈRE Joël, FAU Simon & PEDRÓ Francesc. Le numérique une chance pour l’école. Paris : Armand Colin, 2013, 240 p.

Texte intégral

1Le numérique une chance pour l’école : le titre l’annonce, cet ouvrage est programmatique et militant. Ce positionnement clair, couplé à un appui effectif sur des résultats de recherche, alors que tant de discours institutionnels et médiatiques se contentent de slogans et de déclarations d’intentions, fait tout l’intérêt de cet ouvrage de synthèse sur les bouleversements institutionnels et économiques que la « révolution numérique » induit pour l’école.

2La thèse défendue est que l’école n’échappe pas aux bouleversements liés à la diffusion extrêmement rapide des technologies numériques, mais qu’elle « semble les subir plutôt que d’en tirer avantage ». Est ainsi pointée la révolution dans les processus de diffusion des savoirs, mais aussi dans ceux de leur production (plus largement et rapidement que ce qu’avait pu faire l’imprimerie sur plusieurs siècles). L’ouvrage vise donc à livrer des éléments de compréhension de ce contexte en mouvement, pour mieux adapter l’institution scolaire.

3La tâche est ardue tant est prégnante la force des discours des « prophètes », « marchands » et « innovateurs » identifiés dès les années 1970 par Dieuzeide (1982) sur les technologies éducatives, de l’invention de la radio et du cinéma (les auteurs rappellent justement la célèbre prophétie de Thomas Edison en 1913 : « Les livres seront bientôt obsolètes dans les écoles. Les élèves seront bientôt instruits par les yeux. Notre système scolaire sera complètement changé d’ici dix ans »), jusqu’à, cent ans plus tard, Internet et la fin toujours annoncée de « l’école telle que nous la connaissions ».

4De ce point de vue, le pari est réussi et l’ouvrage offre une approche des travaux de recherche et des enquêtes nationales et internationales, tout en maintenant l’orientation engagée, avec une grande clarté d’exposition, permettant de saisir les enjeux de la scolarisation du numérique. Bien qu’il ne s’appuie pas, ainsi qu’il est précisé, uniquement sur des travaux de recherche, l’ouvrage sait tirer parti du travail scientifique de déconstruction des notions parfois à la mode (de la « fracture numérique » à « l’efficacité » supposée des technologies numériques) permettant de nuancer et parfois de combattre les idées communément véhiculées.

5C’est ainsi, pour ne prendre qu’un exemple, qu’est abordée la question de « l’efficacité des TIC », dont Chaptal (2003) a pu montrer que si elle est une (bonne) question institutionnelle, elle n’est pas et ne peut pas être une bonne question de recherche. Cette question est traitée par l’exposé de cinq idées nettes (dont la première : « la seule présence de la technologie n’entraîne, en elle-même, aucune amélioration des résultats scolaires », p. 44), qui permettent au lecteur de s’y retrouver dans une question épineuse.

6La seconde partie, posant l’alternative de « maîtriser ou subir l’environnement numérique des élèves », rend compte de la nouvelle économie de la connaissance, où les institutions éducatives doivent désormais jouer avec de nouveaux acteurs industriels (fournisseurs de matériels ou de logiciels, fournisseurs d’accès et autres Google ou Microsoft), de nouvelles « communautés », de Wikipedia aux communautés d’enseignants comme Sésamath ou Weblettres, etc. Ce large panorama donne un bon aperçu de ces évolutions, même si la question demeure parfois de savoir en quoi précisément ces rapports ont changé, au-delà de l’apparition de nouveaux acteurs économiques. Plus précisément, ces évolutions sont surtout décrites sous l’angle des effets des évolutions technologiques. Certaines relations plus dialectiques entre école, politiques publiques, acteurs économiques et culturels, sont moins nettement abordées. Ainsi, dans ces changements opérant à l’échelle mondiale, se pose la question des relations dialectiques entre les évolutions technologiques et les outils de comparaisons comme les classements d’universités et autres programmes PISA, amplement mobilisés par les auteurs dans la description de ce monde en mouvement : ils en sont à la fois l’expression et l’un des moteurs, outils de comparaison et d’imposition, tant ils servent de prétextes aux évolutions institutionnelles qu’ils sont censés décrire.

7Enfin, la dernière partie se fait prospective et parfois prescriptive pour « poser de nouvelles fondations » dans ce contexte ainsi décrit. Ici encore, le propos reste nuancé et les grandes tendances analysées sans l’excès d’enthousiasme qui marque certains discours à la mode.

8Remarquable synthèse lorsqu’il s’intéresse aux politiques publiques ou aux macro-acteurs, le livre montre quelques lacunes lorsqu’il aborde les acteurs humains (élèves, enseignants, parents) du système éducatif. Certes, ceux-ci sont moins centraux dans le propos, mais dire qu’il existe peu d’études systématiques en France sur la cohabitation des cultures « classiques » et « numériques » est un peu rapide au regard des travaux riches et variés sur les évolutions culturelles à l’œuvre, sur les pratiques culturelles, numériques et classiques, des usagers du système éducatif (Pasquier, 2005 ; Octobre, 2004 ; Metton, 2010…). De même, les travaux sur les pratiques d’enseignement/apprentissage instrumentées, tant dans le primaire, le secondaire que le supérieur (voir la littérature actuelle sur le TBI, les Ipads, les ressources numériques utilisées par les enseignants, les usages du Web social en cours de langue, etc.) ne sont pas mobilisés, alors même qu’ils permettent, au niveau des élèves et des enseignants, de mettre en évidence les effets de ces politiques publiques, parfois leurs limites ou les difficultés effectives induites.

9Un regret encore : l’ouvrage véhicule malgré lui une certaine vision des institutions scolaires à laquelle nous ne pouvons souscrire. Un symptôme en est l’absence de distance par rapport à une étude comme PISA, alors que les problèmes méthodologiques soulevés ont maintes fois été commentés, jusqu’à la conception implicite dans PISA de ce que pourrait être le « réel » (voir notamment les travaux de Bart, 2013). Surtout, est véhiculée l’idée, formulée ou induite à plusieurs reprises, que le numérique amènerait à une « co-construction des savoirs » qui romprait avec les mécanismes classiques de « transmission » à l’école. Cette conception doit être remise en cause pour au moins deux raisons majeures. D’une part parce que de nombreux travaux en pédagogie et en didactiques montrent précisément que cette « transmission » n’en est pas une, que les connaissances se co-construisent, que l’enseignement n’est plus (s’il l’a jamais été) purement transmissif, que l’école ne fait pas que « transmettre des savoirs », mais co-construit des « élèves », porte et construit des valeurs, des attitudes, des rapports au savoir, des savoir-faire, etc. D’autre part, parce que l’idée d’une école transmissive remise en cause par le numérique peut être interrogée par les travaux (parfois anciens mais constamment renouvelés) qui montrent que les technologies ne sont pas un moteur de transformation pédagogique en elles-mêmes, et ont même parfois un rôle de renforcement des pratiques pédagogiques anciennes.

10Au final, il faut redire l’essentiel : l’ouvrage constitue un plaidoyer scientifiquement étayé de ce que l’école peut et doit, pourrait et devrait faire, face à cette révolution du numérique. Ouvrage clairement militant donc, se concluant sur l’espoir que « ce livre devrait inciter » à « transformer et adapter une réalité protéiforme », mais dont la clarté d’exposition et la connaissance des domaines de recherche sur la scolarisation des technologies permet de balayer les idées reçues dans un domaine où les désirs institutionnels (destinés souvent à justifier des investissements répondant à d’autres logiques que strictement pédagogiques) et les discours médiatiques prennent souvent le pas sur les conclusions plus mesurées de la recherche.

Haut de page

Bibliographie

BART D. (2013). « La littéracie dans PISA : entre essentialisation du réel et mobilisation diffuse de contenus disciplinaires ». Spirales, no 53, p. 111-120.

CHAPTAL A. (2003). L’efficacité des technologies éducatives dans l’enseignement scolaire. Analyse critique des approches française et américaine. Paris : L’Harmattan.

DIEUZEIDE H. (1982). « Marchands et prophètes en technologie de l’éducation ». In Actes du colloque : Les formes médiatisées de la communication éducative. École Normale supérieure de Saint-Cloud, p. 78-82. En ligne : <http://edutice.archives-ouvertes.fr/docs/00/02/92/61/PDF/dieuzeide82.pdf> (consulté le 19 septembre 2014).

METTON C. (2010). « L’autonomie relationnelle. SMS, “chat” et messagerie instantanée ». Ethnologie française, vol. 40, no 1, p.101-107.

OCTOBRE S. (2004). Les loisirs culturels des 6-14 ans. Paris : DEPS.

PASQUIER D. (2005). Cultures lycéennes. La tyrannie de la majorité. Paris : Autrement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cédric Fluckiger, « BOISSIÈRE Joël, FAU Simon & PEDRÓ Francesc. Le numérique une chance pour l’école », Revue française de pédagogie, 186 | 2014, 147-149.

Référence électronique

Cédric Fluckiger, « BOISSIÈRE Joël, FAU Simon & PEDRÓ Francesc. Le numérique une chance pour l’école », Revue française de pédagogie [En ligne], 186 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 26 mai 2017. URL : http://rfp.revues.org/4437

Haut de page

Auteur

Cédric Fluckiger

Université Lille 3, Cirel

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org