Navigation – Plan du site
NOTES CRITIQUES

PINTO Vanessa. À l’école du salariat. Les étudiants et leurs « petits boulots »

Paris : PUF, 2014, 330 p.
Romuald Bodin
p. 155-157
Référence(s) :

PINTO Vanessa. À l’école du salariat. Les étudiants et leurs « petits boulots ». Paris : PUF, 2014, 330 p.

Texte intégral

1Pour qui s’intéresse à la sociologie des étudiants et/ou de l’enseignement supérieur, les ouvrages à explorer ne manquent pas. Pour autant, dans cet espace de production scientifique déjà bien alimenté, et qui n’échappe pas aux redondances, le travail de Vanessa Pinto semble destiné à tenir une place importante et cela pour deux raisons au moins.

2Premièrement, la recherche dont rend compte ce livre surprend par son originalité et l’étendue de ses investigations. V. Pinto y réunit en effet une socio-histoire de l’emploi étudiant, une utile synthèse des transformations de l’enseignement supérieur, une compilation et une analyse secondaire de nombreuses données statistiques (INSEE, IRIS, Céreq et, surtout, OVE), ainsi que les résultats de trois longues enquêtes ethnographiques (observations participantes et entretiens approfondis, parfois renouvelés dans le temps ou complétés par des recherches sur le devenir des personnes en question une ou plusieurs années après) sur trois terrains très différents : la restauration rapide, les centres d’appel, l’animation. Comme si cela ne suffisait pas, ce travail mobilise par ailleurs trois domaines de la sociologie : sociologie de l’éducation, sociologie du travail et sociologie de la jeunesse. L’ampleur du labeur réalisé force le respect mais en fait aussi l’originalité : la sociologie de l’éducation éclairant ici l’emploi étudiant et, inversement, la sociologie du travail éclairant les parcours de formation dans l’enseignement supérieur. Tout cela étant pensé dans le cadre des définitions sociales de la jeunesse et dans celui, si l’on peut dire, d’un « devenir adulte » socialement différencié. Bref, différents angles s’articulent autour d’un même objet, ce qui conduit finalement à largement dépasser l’objet lui-même.

3Deuxièmement, ce travail apparaît exemplaire du point de vue de sa présentation et de sa construction. Il faut en effet souligner l’importance accordée par V. Pinto à la construction de son objet et l’effort d’explicitation comme de réflexivité qui entoure la présentation de sa méthodologie tout au long de l’ouvrage. D’une part, une présentation aussi précise des méthodes employées et des conditions de leur utilisation n’est pas si fréquente. D’autre part, V. Pinto interroge continûment les outils qu’elle mobilise et offre au jugement du lecteur ses propres « solutions » (plutôt que des réponses définitives).

4Une fois cela dit, soulignons que la richesse empirique de l’ouvrage, les nombreux problèmes soulevés, la diversité des enjeux touchés du doigt rendent difficile toute tentative de listage systématique des « résultats ». Malgré cela, on peut essayer de décrire de façon (trop) générale la structure de l’ouvrage en insistant sur quelques-uns des points les plus développés. Celui-ci est constitué de trois parties (pour sept chapitres). La première partie, intitulée « Les contours de l’emploi étudiant », articule d’abord (chapitre 1) une analyse de l’évolution des discours sur l’emploi étudiant et une analyse des transformations conjointes de l’enseignement supérieur et du marché de l’emploi. On y découvre comment la définition sociale de l’emploi étudiant est progressivement passée de celle d’un handicap pour la réussite des études à celle d’une « expérience professionnelle » bénéfique. « Au fond, tout se passe comme si, avec la “professionnalisation” de l’enseignement, le système productif reprenait la main sur ce que le mouvement de scolarisation lui avait soustrait. “Apprenante” au même titre que l’Université, l’entreprise acquiert un droit de regard et un pouvoir symbolique qui lui avaient été retirés avec l’autonomisation du système éducatif » (p. 43).

5Dans un second temps (chapitre 2), une description statistique de l’emploi étudiant permet de saisir la diversité des situations (et donc l’impossibilité de parler comme on le fait de l’emploi étudiant « en général ») et d’insister sur l’importance de distinguer entre des « activités intégrées aux études (internes, ATER, etc.) » et des emplois « dépourvus de lien avec les études » (souvent non qualifiés). Preuve à nouveau de la richesse de l’ouvrage, cette première distinction est ensuite réinscrite dans une approche diachronique des parcours étudiants (autour de trois phases : dépendance, émancipation progressive, établissement), puis articulée à la variation des taux d’activité selon les filières et les caractéristiques sociales des étudiants (ce qui permet de constituer encore trois pôles : taux d’activité très faible ; taux d’activité élevé avec emplois sans lien avec les études ; taux d’activité élevé avec emplois intégrés aux études).

6La deuxième partie de l’ouvrage (« La place de la main-d’œuvre étudiante au sein du marché du travail ») étudie « les usages sociaux qu’ont les employeurs de la main-d’œuvre étudiante » (p. 197). Il s’agit en effet de montrer comment celle-ci « a tous les traits d’une main-d’œuvre idéalement adaptée à certains secteurs » priorisant la flexibilité, les contrats à temps partiel, la disponibilité de la main-d’œuvre, les horaires inhabituels, les faibles salaires. Mais, là encore, on ne peut se contenter de cette vision générale. Outre les emplois les plus intégrés aux études universitaires, non étudiés ici, il faut encore distinguer au sein de cet espace de l’emploi étudiant un « pôle culturel » et un « pôle commercial » (le concept de pôle indique que des situations intermédiaires existent). Ces deux pôles (dans les exemples étudiés : l’animation pour le premier cas, la restauration rapide et les centres d’appel pour le second) n’impliquent pas la mobilisation des mêmes dispositions sociales (esprit de compétition, capacités relationnelles, etc.). Les diverses fractions des étudiants salariés y sont donc inégalement ajustées. C’est tout l’objet de cette seconde partie de montrer comment se réalise ou non l’ajustement entre certains profils étudiants et certains types d’emplois.

7Au sein de la troisième partie (« Les usages sociaux de l’emploi étudiant »), il s’agit non plus seulement de la place des étudiants au sein du marché du travail (parties 1 et surtout 2) mais de la place de ces emplois au sein des trajectoires individuelles et des parcours de formation. Ainsi, en portant attention « aux modes d’exercice de ces emplois et aux modes d’occupation de ces positions » et en les mettant « en rapport avec les trajectoires sociales, les parcours scolaires et les dispositions à l’égard de l’avenir » (p. 198), V. Pinto montre que le même poste n’a pas la même signification, et ne produit pas les mêmes effets d’aspiration et/ou de contraintes, selon les caractéristiques sociales et scolaires des étudiants. Elle distingue à nouveau trois pôles, constituant les trois chapitres de cette dernière partie. Le premier est celui dit du « provisoire », c’est-à-dire du « travail à côté », au nombre d’heures limité et/ou ponctuel, « alimentaire », et qui pourra rapidement être abandonné. Le second est celui de « l’anticipation », de l’emploi en lien avec les aspirations professionnelles. Contrairement, au premier qui n’a pas (ou moins) d’effet, cet emploi peut consolider la formation dans laquelle l’étudiant est engagé, renforcer ses dispositions et aspirations (même s’il peut aussi, dans certaines conditions, écarter de l’investissement scolaire et conduire à glisser vers le troisième pôle). Le dernier, enfin, est celui de « l’éternisation », où les « étudiants se prennent au jeu et donc au piège de l’emploi », qui conduit au « décrochage » des études. Ces trois pôles sont à chaque fois étudiés à travers une, deux ou trois situations individuelles précisément décrites (trajectoire sociale et scolaire, valeurs revendiquées, justifications données, rapport à l’avenir, hexis, style vestimentaire, poste occupé, conditions de travail, etc.). En lien avec la partie précédente, V. Pinto montre que tous les étudiants n’ont pas la même probabilité de se retrouver dans l’un ou l’autre de ces trois pôles, et que, par conséquent, bien loin de faciliter leur future insertion ou d’être une solution aux inégalités économiques, l’emploi étudiant et sa diversité participent surtout à renforcer les inégalités sociales dans le supérieur.

8Le lecteur est invité à se référer directement à l’ouvrage pour accéder à plus de détails que ceux que l’on peut exposer ici. Mais soulignons pour conclure l’intérêt que représentent ces analyses pour tous ceux qui s’intéressent à l’enseignement supérieur. Car, outre les nombreux éclairages spécifiques qu’apporte cette recherche, comme celui que constitue l’étude de la relation en trompe-l’œil entretenue à l’emploi par les étudiants au pôle de « l’éternisation » pour expliquer certaines formes de « décrochage » (pas toutes), ce que montre V. Pinto, c’est aussi la lente redéfinition des missions de l’enseignement supérieur. L’Université notamment, dans le cadre de l’injonction à la « professionnalisation » qui lui est faite, semble se détourner de plus en plus des savoirs disciplinaires au profit des « savoir-être » et de l’« employabilité », ce qui la conduit à réorganiser ses priorités, ses hiérarchies et son fonctionnement en cohérence avec ce renversement de valeurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Romuald Bodin, « PINTO Vanessa. À l’école du salariat. Les étudiants et leurs « petits boulots » », Revue française de pédagogie, 186 | 2014, 155-157.

Référence électronique

Romuald Bodin, « PINTO Vanessa. À l’école du salariat. Les étudiants et leurs « petits boulots » », Revue française de pédagogie [En ligne], 186 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2014, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://rfp.revues.org/4449

Haut de page

Auteur

Romuald Bodin

Université de Poitiers, GRESCO

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org