Navigation – Plan du site

Les enseignants face au redoublement : ceux qui y croient et ceux qui n’y croient pas

Étude de leurs conceptions psychopédagogiques et de leur connaissance des recherches
Teachers′ opinions about grade retention: those who believe in it and those who don′t. Study of teachers′ psychopedagogy concepts and knowledge of research
Marcel Crahay, Élisabeth Issaieva et Christian Monseur
p. 35-53

Résumés

La présente recherche, subventionnée par le Fonds national suisse, a pour objectif de décrire les liens entre, d’une part, les croyances des enseignants à l’égard du redoublement et, d’autre part, leurs croyances et conceptions psychopédagogiques dans d’autres domaines : apprentissage, intelligence, évaluation et principes de justice. Il s’agit aussi d’étudier dans quelle mesure la connaissance des recherches sur les effets du redoublement affecte les croyances des enseignants à ce propos. Un questionnaire a été soumis à 125 enseignants du primaire du canton de Genève (Suisse). Les réponses obtenues ont été traitées par des analyses factorielles exploratoires, afin de valider une série d’échelles destinées à les mesurer. Deux croyances relatives au redoublement se dégagent : il offre une seconde chance aux élèves en difficulté et il n’a pas d’effet socio-affectif négatif. Utilisant des méthodes corrélationnelles, y compris la régression linéaire, nous avons examiné les relations entre ces deux croyances et les différentes conceptions psychopédagogiques identifiées ainsi qu’entre ces croyances et la connaissance des recherches et la crédibilité qui leur est accordée, afin de mettre à l’épreuve des faits sept hypothèses formulées en fonction de nos travaux antérieurs. Enfin, distinguant quatre groupes d’enseignants en fonction de leurs croyances relatives aux effets du redoublement, nous avons examiné dans quelle mesure les enseignants qui croient et ceux qui ne croient pas ou plus au redoublement se distinguent par leurs conceptions psychopédagogiques. Deux résultats principaux ressortent de ces analyses. D’une part, il apparaît que la connaissance des recherches portant sur les effets du redoublement influence les croyances des enseignants à propos de cette pratique, les amenant à douter de ses bienfaits ou à en reconnaître les méfaits. D’autre part, contrairement à plusieurs de nos hypothèses, les croyances des enseignants à propos du redoublement ne sont pas (ou relativement peu) affectées par leurs conceptions en matière d’apprentissage et d’intelligence. Ces résultats sont discutés en relation avec les théories classiques postulant que les croyances et représentations sociales sont organisées en systèmes.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Hypothèses
La méthode de recherche
L’échantillon d’enseignants interrogés
Les constructs mesurés à partir du questionnaire
Résultats
Mise à l’épreuve empirique de nos hypothèses
Corrélations et coefficients de régression linéaire entre les différentes échelles
Connaissances et croyances relatives aux effets du redoublement
Relations entre les croyances relatives au redoublement et une série de conceptions psychopédagogiques
Quelles croyances distinguent les enseignants favorables et défavorables au redoublement ?
Discussion et conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

Dans de nombreux pays, en particulier dans les pays francophones, mais aussi dans ceux du Sud de l’Europe (Eurydice, 2011) et en Amérique latine (Labé, Bell, Guadalupe et al., 2012), les enseignements adhèrent et recourent abondamment au redoublement, bien que de nombreuses études concluent à son inefficacité, voire à ses effets négatifs (voir Crahay, 2005, 2007). Crahay et Donnay (2001, 2002) notamment s’étonnent qu’apparemment les convictions et les pratiques des enseignants résistent aux démonstrations scientifiques ainsi qu’aux tentatives de réforme. Ceci amène certains chercheurs à poser la question : « Mais pourquoi continuent-ils à faire redoubler ? » (Marcoux & Crahay, 2008). Et par rebondissement, ils emboîtent le pas à Mannoni (1998, p. 31) pour investiguer « les mécanismes psychologiques qui servent de support aux représentations constitutives des croyances » des enseignants.

Assurément le redoublement s’ancre dans une conception traditionnelle de l’école car, ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marcel Crahay, Élisabeth Issaieva et Christian Monseur, « Les enseignants face au redoublement : ceux qui y croient et ceux qui n’y croient pas », Revue française de pédagogie, 187 | 2014, 35-53.

Référence électronique

Marcel Crahay, Élisabeth Issaieva et Christian Monseur, « Les enseignants face au redoublement : ceux qui y croient et ceux qui n’y croient pas », Revue française de pédagogie [En ligne], 187 | avril-mai-juin 2014, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rfp.revues.org/4467 ; DOI : 10.4000/rfp.4467

Haut de page

Auteurs

Marcel Crahay

Université de Genève, université de Liège

Articles du même auteur

Élisabeth Issaieva

Université de Genève

Articles du même auteur

Christian Monseur

Université de Liège

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org