Navigation – Plan du site

Les intellectuels tunisiens de première génération : des « transfuges structurels » ?

Are the paths of Tunisian intellectuals from poor backgrounds exclusively due to structural changes?
Abir Kréfa
p. 81-95

Résumés

L’article montre que les parcours scolaires d’écrivains tunisiens nés en milieux populaires s’éclairent au croisement de transformations structurelles, de configurations locales et familiales originales et de socialisations convergentes. Si l’élargissement tant de l’offre scolaire que des possibles statutaires après l’indépendance a accru la mobilité sociale, la prise en considération des investissements scolaires parentaux, de la place symbolique de l’enfant au sein de la famille et des contextes locaux de scolarisation s’avère importante. Ces trajectoires apparaissent surtout masculines, ce qui tient en partie à la persistance d’inégalités genrées d’accès à l’instruction.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Des transformations structurelles propices à un élargissement du recrutement des élites scolaires
Un espace des possibles mentaux et statutaires considérablement ouvert
Inégalités de genre et sur-sélection sociale des élites féminines
Les conditions familiales et locales des réussites scolaires
Des configurations locales et familiales originales
Une place singulière dans la fratrie
Le Coran au kuttâb : l’acquisition de dispositions linguistiques et scolaires
Les contextes micro-sociaux des carrières scolaires : des socialisations convergentes
L’internat, le lycée et la bibliothèque
Mobilité sous contrôle entre le domicile familial, le lycée et la bibliothèque
Des lycéens et lycéennes distingués par les enseignants de lettres
Conclusion

Aperçu du début du texte

« J’ai émergé dans un milieu analphabète, cela arrive. C’était peut-être une vocation » : c’est en ces termes que l’universitaire et écrivain tunisien de langue arabe Mahmoud Tarchouna concluait, en 2008, l’entretien qu’il m’a accordé sur sa trajectoire socio-biographique et ses activités littéraires. Né en 1941 à Kerkennah de parents commerçants en déclassement et analphabètes, il a son actif quatre romans et une dizaine d’ouvrages de critique littéraire et cumule les titres de noblesse scolaire : normalien (de Tunis), il est agrégé (de France) et docteur en lettres (de la Sorbonne). Une telle trajectoire scolaire et sociale l’a autorisé à s’investir dans l’univers de la création littéraire, où le sentiment de singularité constitue l’une des conditions de la « vocation » (Suaud, 1974). Objectivant son parcours, l’intellectuel emploie cependant le terme avec une certaine hésitation, car il n’est pas sans savoir que sa trajectoire est loin d’être unique. Les écrivains de langue arabe...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Abir Kréfa, « Les intellectuels tunisiens de première génération : des « transfuges structurels » ? », Revue française de pédagogie, 187 | 2014, 81-95.

Référence électronique

Abir Kréfa, « Les intellectuels tunisiens de première génération : des « transfuges structurels » ? », Revue française de pédagogie [En ligne], 187 | avril-mai-juin 2014, mis en ligne le 30 juin 2017, consulté le 30 avril 2017. URL : http://rfp.revues.org/4488 ; DOI : 10.4000/rfp.4488

Haut de page

Auteur

Abir Kréfa

EHESS/CMH, équipe PRO

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org