Navigation – Plan du site
Notes critiques

COULANGEON Philippe & DUVAL Julien (dir.). Trente ans après La Distinction de Pierre Bourdieu

Paris : La Découverte, 2013, 424 p.
Éric Brun
p. 142-144
Référence(s) :

COULANGEON Philippe & DUVAL Julien (dir.). Trente ans après La Distinction de Pierre Bourdieu. Paris : La Découverte, 2013, 424 p.

Texte intégral

1Dirigé par Philippe Coulangeon et Julien Duval, Trente ans après La Distinction de Pierre Bourdieu fait suite à un colloque éponyme tenu à Paris en novembre 2010. Il entend examiner les différentes facettes de la postérité et de l’actualité du célèbre livre de Pierre Bourdieu (ci-après LD) paru en 1979 aux éditions de Minuit, dont l’influence demeure en effet très forte en France et à l’étranger, en particulier en sociologie de la culture.

2La première partie du livre réunit plusieurs contributions (auxquelles on peut adjoindre l’introduction rédigée par les deux directeurs de l’ouvrage) s’attachant à retracer les conditions sociales et historiques qui ont présidé à l’élaboration et au succès de LD. La seconde partie s’intéresse plus spécifiquement à la postérité de l’œuvre en sociologie de la culture. La troisième partie réunit quant à elle plusieurs contributions qui permettent d’évaluer la pertinence du transfert des analyses et outils conceptuels de LD dans des contextes nationaux autres que la France. La quatrième partie réunit des chapitres qui actualisent les analyses de LD concernant les classes sociales en France. La cinquième partie regroupe plusieurs contributions qui questionnent la pertinence des outils forgés dans le chapitre de LD intitulé « Culture et politique » et consacré à l’étude des « opinions » politiques. La dernière partie enfin rassemble plusieurs contributions s’appuyant sur les outils conceptuels de LD pour ouvrir des terrains empiriques laissés en friche par le livre, comme la construction sociale des problèmes publics ou encore la dimension spatiale des structures sociales. Compte tenu du nombre important de contributions réunies dans Trente ans après… (vingt-cinq) et du nombre important de questions et débats abordés, nous nous bornerons ici à présenter quelques-unes des problématiques transversales et quelques-uns des chapitres qui s’y rapportent.

  • 1 L’inflation depuis une dizaine d’années de l’usage des notions d’éclectisme et d’omnivorisme rend l (...)
  • 2 Notons que certaines contributions du livre illustrent par contre une tendance regrettable pour la (...)

3Examiner la postérité de LD dans la sociologie contemporaine en général et dans la sociologie de la culture en particulier expose aujourd’hui nécessairement à discuter les thèses développées depuis les années 1990 à la suite des travaux de Richard Peterson, thèses selon lesquelles le « snobisme culturel » des classes supérieures ferait place aujourd’hui à un « éclectisme culturel » et/ou à un « omnivorisme » : les classes dominantes se porteraient désormais, en matière de consommation culturelle, à la fois sur des genres traditionnellement « légitimes » et sur d’autres plus « populaires »1. À l’instar de Jean-Louis Fabiani ou encore de Louis Pinto, les auteurs rassemblés dans Trente ans après… prennent néanmoins le plus souvent le contre-pied de ces thèses. Ils reconnaissent généralement que le rapport à la culture des classes dominantes s’est transformé depuis les années 1970 : désaffection croissante pour ce qu’on désigne généralement, au risque de la rigidifier, comme la « culture savante », laquelle désaffection se repère par exemple à travers le vieillissement du public des concerts de musique « savante » ; inclusion de certains objets culturels traditionnellement « populaires » dans la culture légitime ; moindre propension à l’ascétisme en matière de pratiques culturelles et progression du rapport « informalisé » à la culture... Ils s’accordent néanmoins sur ce fait que la problématique de la hiérarchie et de la distinction culturelle conserve toute sa valeur2. Ils rappellent en effet le plus souvent que la tolérance affichée par les classes supérieures trouve en pratique ses limites et que, pour peu qu’on ne définisse pas la culture légitime de manière substantialiste mais bien relationnelle, on aperçoit aisément que les pratiques culturelles des classes dominantes se distinguent toujours de celles des classes dominées.

4C’est le cas par exemple de la contribution de Sylvie Tissot sur les préférences alimentaires des nouveaux habitants du South End (un quartier gentrifié de Boston). Quoique marquées par l’hybridation, l’exotisme, l’inclusion de certains plats traditionnellement « populaires », ces préférences dénotent néanmoins des dégoûts, des exclusions, et un art d’esthétiser les nourritures populaires, ce qui tend à confirmer l’opposition faite par Bourdieu dans LD entre forme et fonction, entre raffinement et substance. Comme le montrent également Jean-Baptiste Comby et Matthieu Grossetête dans une contribution captivante traitant de l’individualisation des problèmes publics (ici en l’occurrence la sécurité routière et les changements climatiques), les membres des catégories populaires, animés principalement par la nécessité économique, se caractérisent par une moindre propension à respecter la norme de prévoyance qui tend pourtant à s’imposer comme universelle à travers ces « problèmes publics ». Ils sont par conséquent portés à tomber sous le sceau de l’immoral (alors même que leur consommation énergétique par exemple est objectivement moindre que celle des classes supérieures). Ainsi que le résument les directeurs de l’ouvrage en conclusion, les classes populaires demeurent ainsi tendanciellement rejetées du côté du « barbare ».

  • 3 C’est nous qui soulignons.

5Dans le cadre des discussions autour des apports de LD, plusieurs contributeurs (comme Jean-Louis Fabiani, Frédéric Roux ou encore Annick Prieur et Mike Savage) insistent en outre sur la nécessité, pour qui cherche à appréhender les phénomènes de distinction et de légitimité culturelle, de ne pas focaliser son regard sur la nature des objets culturels consommés par les différents groupes sociaux mais de prendre en compte les rapports à la pratique, les modalités d’appropriation de ces objets. Rappelons à ce propos que Bourdieu lui-même, ainsi qu’on peut le lire dès les premières lignes de l’introduction de LD, repérait la légitimité culturelle dans les « différentes manières de s’approprier ceux d’entre ces biens qui sont considérés à un moment donné du temps comme des œuvres d’art3 » (1979, p. I). Les thèses de la « dissonance culturelle » développées par Bernard Lahire dans son livre La Culture des individus (2004) et résumées dans sa contribution à Trente ans après… nous semblent négliger cette dimension. Se fondant sur l’étonnement devant le fait que des personnes issues des classes dominantes peuvent consommer à l’occasion des biens culturels jugés a priori « peu légitimes » (comme le fait de regarder Les Grosses têtes à la télévision par exemple), l’entreprise de Lahire, qu’on peut voir comme une tentative d’éclairer les mécanismes sociaux de ces « dissonances », n’autorise qu’une attention périphérique aux différents modes d’appropriation des mêmes objets culturels selon les classes et fractions de classe. Elle s’expose du même coup à une surestimation de ces « dissonances ».

6De nombreux autres débats sont abordés dans ce livre. Plusieurs contributions par exemple reviennent sur le procès de « légitimisme » souvent intenté à Bourdieu depuis la parution du livre de Grignon et Passeron Le Savant et le populaire (1989). Une autre problématique transversale à plusieurs chapitres du livre et qui mérite d’être ici rapidement abordée est celle de la transposabilité des analyses de LD (en particulier de notions comme celle de capital culturel, dont on sait l’importance aujourd’hui en sociologie de l’éducation) à d’autres contextes nationaux. Des enquêtes réunies ici, on peut tirer la conclusion suivante, qui est peu ou prou celle formulée par Gisèle Sapiro en conclusion de son chapitre consacré plus spécifiquement à l’analyse de la carrière internationale de LD : pour peu qu’on prenne en compte l’historicité des phénomènes décrits par Bourdieu (comme la différenciation entre le capital culturel et le capital économique), ainsi que, à nouveau, le principe d’analyse relationnel adopté pour distinguer les différentes pratiques, le cadre analytique forgé dans ce livre peut tout à fait irriguer les recherches contemporaines portant sur d’autres contextes nationaux. Cela étant dit, il apparaît souvent difficile d’établir, à la lecture par exemple des contributions anglo-saxonnes réunies dans le livre, si les différences soulignées par rapport aux observations de LD tiennent effectivement aux spécificités du contexte national, à des transformations historiques concernant différents pays à la fois, ou encore à des manières singulières de construire l’objet.

  • 4 Voir à ce propos les ouvertures conclusives du chapitre de Louis Pinto, « Du bon usage de La Distin (...)

7On le voit, Trente ans après… n’est pas directement consacré à la recherche en éducation. Les spécialistes de ce domaine ne sont en effet guère représentés parmi les auteurs – à l’exception d’Agnès van Zanten qui, en s’inspirant des outils conceptuels de LD, propose une analyse tout à fait intéressante des stratégies éducatives adoptées par les membres de deux fractions des classes moyennes supérieures en fonction de la composition de leur capital (plus ou moins culturel ou économique). Pour autant, ce livre met en évidence l’importance stratégique de l’étude des transformations de l’institution scolaire (et universitaire) dans l’analyse des recompositions de la culture légitime et des modes de domination. Comme le souligne en effet Olivier Roueff dans son chapitre consacré à la notion d’homologie structurale chez Bourdieu, la correspondance régulièrement constatée statistiquement entre les classes de produits culturels et les classes de consommateurs – de même que son caractère le plus souvent imparfait – doivent être interrogées plus avant. Rendre raison de la fabrique des homologies structurales – et de leur caractère grossier – nécessite en l’occurrence d’étudier les opérations et procédures mises en œuvre par différentes catégories d’intermédiaires culturels (dont l’institution scolaire et ses agents qui jouent en effet un rôle de premier plan dans la fabrique des valeurs culturelles et l’inculcation du sens des homologies4), les luttes concurrentielles qui animent leurs activités, les moments et lieux de traduction des catégories prescriptives d’un champ ou d’un espace de sociabilité à l’autre.

  • 5 Le chapitre de Bruno Cautrès, Flora Chanvril et Nonna Mayer par exemple, qui entend « nuancer l’hyp (...)

8En conclusion, Trente ans après… parvient, par le nombre et la qualité des contributions réunies, à faire honneur à l’étendue des domaines de spécialités embrassés par le livre La Distinction en son temps. Invitation à décloisonner les spécialités thématiques et à adopter un principe d’analyse relationnel – bien décrit ici par des auteurs comme Olivier Roueff ou Louis Pinto – contre le raisonnement substantialiste et ce qu’on peut appeler avec Philippe Coulangeon et Julien Duval la « sociologie des variables », ce livre illustre en outre l’intérêt heuristique des méthodes statistiques de l’analyse géométrique des données (en particulier de l’analyse des correspondances multiples). Celles-ci sont en effet très présentes parmi les enquêtes qui servent de support aux différents chapitres de l’ouvrage. De plus, en prenant soin judicieusement de resituer au préalable l’histoire de la production et de la réception de LD (à travers l’introduction réalisée par les deux directeurs de l’ouvrage et les différentes contributions rassemblées dans la première partie), en laissant du reste s’exprimer des auteurs qui, quoiqu’ils représentent différents types de rapport à l’œuvre de Bourdieu, en ont une connaissance fine (ceci est un jugement porté de manière générale, non sur le détail de chacun des auteurs5), Trente ans après LD réussit le coup de force de fournir un aperçu dépassionné des problèmes suscités – mais aussi des nombreux gains engendrés – par le transfert du cadre analytique de LD dans d’autres contextes socio-historiques que la société française des années 1960-1970.

Haut de page

Bibliographie

BOURDIEU P. (1979). La Distinction. Critique sociale du jugement. Paris : Éd. de Minuit.

GRIGNON C. & PASSERON J.-C. (1989). Le Savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature. Paris : Éd. du Seuil.

LAHIRE B. (2004). La Culture des individus. Dissonances culturelles et distinction de soi. Paris : La Découverte.

Haut de page

Notes

1 L’inflation depuis une dizaine d’années de l’usage des notions d’éclectisme et d’omnivorisme rend la description de ces thèses en quelques lignes malaisée. Certains insistent par exemple davantage sur la tolérance dont feraient preuve les classes supérieures, et y voient une atténuation voire une disparition de la distinction culturelle. D’autres à l’inverse insistent sur le fait que les classes dominantes se distinguent par leur « éclectisme » des classes dominées, cantonnées quant à elles à certaines pratiques peu légitimes.

2 Notons que certaines contributions du livre illustrent par contre une tendance regrettable pour la bonne compréhension du propos à parler de « goût omnivore » dès qu’un enquêté affiche une tolérance et/ou affirme consommer différents types de produits culturels, et ce alors même que ces enquêtés, manifestement, se caractérisent en pratique par des rejets, ont donc une palette de consommation certes relativement étendue mais néanmoins limitée.

3 C’est nous qui soulignons.

4 Voir à ce propos les ouvertures conclusives du chapitre de Louis Pinto, « Du bon usage de La Distinction », lequel est consacré plus spécifiquement à prévenir certaines lectures biaisées de LD ; ou encore la contribution d’Annie Collovald et Erik Neveu sur les lecteurs de roman polar.

5 Le chapitre de Bruno Cautrès, Flora Chanvril et Nonna Mayer par exemple, qui entend « nuancer l’hypothèse bourdieusienne de “l’homologie structurale” entre positions sociales et orientation politique », nous semble de ce point de vue en retrait, signe que les lectures biaisées et rigidifiées de certaines notions développées dans LD (ici en l’occurrence de la conception bourdieusienne de la position sociale) ne sont pas forcément le propre des lecteurs les plus exposés aux malentendus générés par la circulation internationale de l’œuvre.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Éric Brun, « COULANGEON Philippe & DUVAL Julien (dir.). Trente ans après La Distinction de Pierre Bourdieu », Revue française de pédagogie, 187 | 2014, 142-144.

Référence électronique

Éric Brun, « COULANGEON Philippe & DUVAL Julien (dir.). Trente ans après La Distinction de Pierre Bourdieu », Revue française de pédagogie [En ligne], 187 | avril-mai-juin 2014, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 23 mai 2017. URL : http://rfp.revues.org/4507

Haut de page

Auteur

Éric Brun

CESSP Paris

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org