Navigation – Plan du site
Notes critiques

FRAJERMAN Laurent. Les frères ennemis. La Fédération de l’Éducation nationale et son courant unitaire sous la 4e République

Paris : Institut de recherche de la FSU ; Éditions Syllepse, 2014, 414 p.
Jean-Yves Seguy
p. 144-146
Référence(s) :

FRAJERMAN Laurent. Les frères ennemis. La Fédération de l’Éducation nationale et son courant unitaire sous la 4e République. Paris : Institut de recherche de la FSU ; Éditions Syllepse, 2014, 414 p.

Texte intégral

1En conclusion de son ouvrage, Laurent Frajerman met en évidence la puissance de représentations durables, erronées et incomplètes construites à propos de la FEN (Fédération de l’Éducation nationale) et de ses courants. L’auteur s’emploie tout au long de son texte à dépasser ces représentations et à proposer une vision complexe, n’occultant aucune des ambiguïtés et contradictions qui traversent cette fédération dominant le syndicalisme de l’enseignement public jusqu’en 1992. En portant son attention sur cette période fondatrice, qui s’étale des lendemains de la seconde guerre mondiale à l’avènement de la Ve République, L. Frajerman nous donne à comprendre les débats qui se sont constitués à ce moment à propos du monde enseignant et de la société dans laquelle il est inséré, et nous propose des clés permettant de mieux comprendre la situation actuelle du syndicalisme.

2L. Frajerman est un spécialiste de l’histoire du syndicalisme enseignant et tout particulièrement de la FEN. De nombreux travaux ont été consacrés aux syndicats enseignants depuis quelques années (Bertrand Geay, Jacques Girault, André Robert…) et à la FEN (Guy Brucy par exemple). Un ouvrage de 2010 dirigé par Laurent Frajerman, Françoise Bosman, Jean-François Chanet et Jacques Girault a fait un état des lieux particulièrement riche de l’histoire de cette fédération. L’originalité de l’ouvrage de L. Frajerman réside dans la volonté d’étudier de manière fine un des courants de la FEN, le courant unitaire, et d’analyser les interactions qu’il entretient avec la fédération entre 1944 et 1959. Le terme générique unitaire utilisé pour caractériser ce courant minoritaire au sein de la FEN renvoie à la filiation avec la CGT unitaire entre 1921 et 1935, et à la préfiguration de l’actuelle Fédération syndicale unitaire (FSU).

3Au-delà de la connaissance de ce courant unitaire, l’enjeu de l’ouvrage est de rendre compte du fonctionnement général de la FEN, la connaissance de sa majorité s’enrichissant de la connaissance de la principale opposition évoluant en son sein. Il importe pour l’auteur d’étudier la FEN par le prisme de sa minorité et de mettre ainsi au jour un modèle syndical original faisant vivre, dans le cadre d’interactions complexes souvent conflictuelles, différents courants aux valeurs, représentations et conceptions du syndicalisme différentes. C’est en mettant en évidence cette articulation entre courants majoritaire et minoritaire qu’est révélée l’originalité du modèle FEN.

4L’ouvrage est organisé en deux parties. Dans le premier volet, l’auteur se livre à une présentation très détaillée de l’histoire de la FEN et de sa principale minorité. Dans le préambule est exposée la manière dont le syndicalisme enseignant sort des années de guerre, partagé entre la dénonciation d’attitudes ambiguës de certains et la révérence aux actions de résistance. L’auteur montre en particulier que la comparaison entre les actions résistantes revendiquées par les majoritaires et les unitaires tourne à l’avantage des seconds, les premiers se focalisant plus particulièrement sur les figures héroïques de Joseph Rollo et de Georges Lapierre. La manière de s’emparer de la mémoire de la Résistance enseignante joue assurément un rôle important lorsque se reconstitue le syndicalisme enseignant en 1944.

5La période considérée est ensuite découpée en trois parties, chacune caractérisée par un mode de relation particulier entre la FEN et le courant unitaire. Entre 1944 et 1946 s’établit un consensus éphémère. Il s’agit de concilier les attitudes visant à construire une forme d’unité (très présentes dans les AG départementales en 1945) et les attitudes demandant une clarification des appartenances de courant. Petit à petit, les tendances se cristallisent dans le cadre de jeux d’alliances complexes de certains courants (en particulier du courant majoritaire et d’École émancipée). Mais c’est le débat sur l’indépendance de la FEN vis-à-vis de la tutelle exercée par la CGT qui marque la fin de cette période de consensus. Dans le contexte de scission de la CGT, qui conduit à la naissance de FO, se pose en effet la question du maintien de la FEN au sein de la nouvelle CGT. Les hésitations, dont L. Frajerman rend compte de manière très précise, entre les majoritaires qui établissent des liens avec FO et les unitaires qui souhaitent rester au sein de la CGT auraient pu conduire à l’éclatement du syndicalisme enseignant. « Un choix original, celui de l’autonomie, permet au syndicalisme enseignant de conserver son unité : la FEN n’adhère plus à aucune confédération. Cette décision capitale engage l’avenir du syndicalisme enseignant » (p. 63). La seconde période, de 1948 à 1952, est marquée par l’affrontement original entre la logique autonome portée par la FEN et la logique de maintien dans la CGT, matérialisée par l’existence d’une organisation soumise à ce que L. Frajerman nomme une « posture hybride », la FEN-CGT. L’auteur montre que cette expérience de la FEN-CGT, même si elle est éphémère et porteuse de paradoxes insurmontables, constitue une « expérience vitale pour le courant unitaire » (p. 108). La troisième période enfin, entre 1953 et 1959, se caractérise par la pleine intégration du courant unitaire dans le modèle FEN. Les changements statutaires qui ont lieu à ce moment contribuent à rigidifier le système des tendances qui s’est finalement constitué à la FEN. Les unitaires, tout en affirmant leurs propres analyses, tentent de s’insérer dans la logique générale prônée par la fédération, la majorité ne saisissant toutefois pas, selon L. Frajerman, la main tendue, ce qui a pour lui des conséquences importantes la décennie suivante, lorsque le changement de régime politique conduit, du fait de l’éviction partielle de la fédération de la gestion de l’Éducation nationale, à l’affaiblissement du modèle FEN.

6Dans le deuxième volet de l’ouvrage, l’auteur décrypte les différents aspects de ce modèle FEN. Il montre en particulier comment, sur des questions importantes – le service public de l’école, l’innovation pédagogique, la démocratisation de l’enseignement, la colonisation, l’affrontement des deux blocs mondiaux… –, se constitue un jeu complexe d’adhésions et de rejets subtils exprimés par le courant unitaire face au courant majoritaire. Outre son intérêt pour la connaissance du syndicalisme enseignant, cette partie permet d’appréhender certains des débats essentiels qui animent la société française durant cette période. Pour ne prendre qu’un exemple, le chapitre consacré aux positionnements des syndicats à l’égard de la colonisation est tout à fait passionnant car il conduit à percevoir des clivages complexes, évoluant tout au long des années 1950. On y voit une fédération confrontée à la nécessaire prise en compte d’une situation dans laquelle de nombreux enseignants sont syndiqués dans les colonies, une tentative de justification « humaniste » de la logique de colonisation supposée émancipatrice, l’expression d’une crainte des dangers d’une décolonisation trop rapide, les prises de position distinctes du courant unitaire qui, tout en se déclarant clairement anticolonialiste, refuse pendant un temps d’encourager les aspirations indépendantistes des peuples colonisés. Le déclenchement de la guerre d’Algérie fera évoluer l’ensemble de ces positions.

7Au terme de la lecture de cette somme impressionnante de travail, on perçoit toute la richesse et la complexité du modèle FEN et de son évolution. Ce qui frappe en premier lieu, c’est cette construction d’une autonomie de la fédération, héritière des associations professionnelles du début du xxe siècle. Bien qu’autonome, elle ne se replie pas sur elle-même et entretient tout au long de son histoire des relations avec les autres organisations syndicales : CGT du fait de la présence des unitaires, ou FO en lien avec la polarisation exercée par cette organisation sur les majoritaires. La FEN apparaît en second lieu comme un partenaire privilégié de l’administration de l’Éducation nationale, coopérant avec l’État dans la gestion du système éducatif public. Cette logique réformatrice portée par le courant majoritaire dans un univers de référence socialiste-républicain autorise la FEN et tout particulièrement le SNI (Syndicat national des instituteurs, prépondérant dans la fédération) à entretenir des relations privilégiées avec la SFIO. La force de la fédération permet en outre la fourniture de services aux adhérents, en particulier à travers les formes offertes par le mutualisme et le tissu associatif. L. Frajerman montre que, dans ce contexte, le courant unitaire, qui entretient des liens privilégiés avec le PCF, est perpétuellement tiraillé entre adhésion au modèle FEN et dissidence, ce qui le conduit à construire une forme de « souplesse identitaire » contribuant au maintien de l’identité de la FEN.

8Le livre de L. Frajerman constituera assurément une référence importante pour tous les chercheurs travaillant sur le syndicalisme, enseignant ou non. On peut à ce propos regretter que ce puissant outil de travail ne soit pas doté d’un index des noms des syndicalistes qui traversent cet ouvrage. Les petites notices biographiques qui émaillent le texte se révèlent quant à elles particulièrement précieuses. Au-delà de cet apport essentiel sur le syndicalisme, l’auteur met à notre disposition des éléments particulièrement importants pour comprendre les relations difficiles que la SFIO entretient avec le PCF au sein de la fédération, seul lieu d’échange indirect entre les deux partis dans un contexte de fortes tensions politiques internationales. L’ouvrage permet ainsi de mieux saisir cette période particulièrement complexe qu’est la IVe République.

Haut de page

Bibliographie

FRAJERMAN L., BOSMAN F., CHANET J.-F. & GIRAULT J. (dir.) (2010). La Fédération de l’Éducation nationale (1928-1992). Histoire et archives en débat. Villeneuve-d’Ascq : Presses universitaires du Septentrion.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Yves Seguy, « FRAJERMAN Laurent. Les frères ennemis. La Fédération de l’Éducation nationale et son courant unitaire sous la 4e République », Revue française de pédagogie, 187 | 2014, 144-146.

Référence électronique

Jean-Yves Seguy, « FRAJERMAN Laurent. Les frères ennemis. La Fédération de l’Éducation nationale et son courant unitaire sous la 4e République », Revue française de pédagogie [En ligne], 187 | avril-mai-juin 2014, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 27 mars 2017. URL : http://rfp.revues.org/4511

Haut de page

Auteur

Jean-Yves Seguy

Université Jean Monnet de Saint-Étienne, EA Éducation, Cultures, Politiques

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org