Navigation – Plan du site
Notes critiques

JELLAB Aziz. L’émancipation scolaire. Pour un lycée professionnel de la réussite

Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 2014, 206 p.
Séverine Depoilly
p. 146-148
Référence(s) :

JELLAB Aziz. L’émancipation scolaire. Pour un lycée professionnel de la réussite. Toulouse : Presses universitaires du Mirail, 2014, 206 p.

Texte intégral

1L’ouvrage d’Aziz Jellab intitulé L’émancipation scolaire. Pour un lycée professionnel de la réussite se propose de prendre le contrepied d’un certain nombre de recherches sociologiques qui tendent, selon l’auteur, à n’envisager le lycée professionnel (LP) que sous le seul prisme de la domination. Ainsi s’agit-il de penser le lycée professionnel comme institution qui permet « l’émancipation intellectuelle et la capacité à maîtriser les rapports sociaux de domination dépassant le seul cadre du monde du travail » (p. 7). La réflexion proposée prend appui sur diverses enquêtes de terrain conduites entre 1997 et 2009 et dont chacune a permis de questionner la diversité et la variabilité – du fait de la variété des contextes considérés – du rapport aux savoirs des élèves, les effets des pratiques pédagogiques sur les parcours d’élèves de même que les effets des transformations du métier de professeur de lycée professionnel (PLP) dans cet ordre scolaire. L’ouvrage se compose de quatre chapitres sur lesquels nous nous proposerons de revenir successivement pour ensuite ouvrir sur quelques remarques et questionnements.

2Le premier chapitre de l’ouvrage se propose de discuter les apports de certains des « représentants » (Grignon, Tanguy, Beaud et Pialoux, Moreau) des théories de la reproduction, « représentants » dont A. Jellab n’hésite pas à affirmer – selon nous bien hâtivement – que, soumis à une « doxa peu au fait des réalités de terrain » (p. 24), ils n’ont guère réussi à éviter le piège du misérabilisme n’envisageant le lycée professionnel que comme institution reproduisant la domination et faisant des agents qui la composent des êtres passifs et socialement déterminés, perspective qui ne pourrait que faire écran à la variété et à la complexité des expériences des élèves de lycée professionnel. Pour l’auteur, cette vision par trop univoque d’un LP qui ne ferait que préparer les élèves à un « ordre des choses » et la centration de certains auteurs sur les effets délétères du processus de désouvriérisation sur l’image des LP et de leurs élèves ne permettent pas d’appréhender la complexité d’un réel scolaire qui est aussi fait d’ambivalences, de compromis, d’actes de résistance tant chez les élèves que chez les agents scolaires. A. Jellab semble ainsi se proposer, à partir d’éléments empiriques, de donner à voir les expériences de possible « émancipation par les savoirs » (p. 24), en interrogeant notamment les interactions entre agents scolaires et élèves, les effets de l’alternance formation scolaire-formation professionnelle, ceux des pratiques pédagogiques et des pratiques d’établissement.

3Pour mieux se saisir de l’expérience des lycéens professionnels et de celles des enseignants, l’auteur revient, dans le deuxième chapitre, sur certaines des évolutions socio-historiques qui ont traversé l’enseignement professionnel. De fait, si le recul de l’emploi industriel, le déploiement de l’emploi tertiaire qui lui est concomitant, si la disqualification sociale et symbolique du groupe ouvrier qui les a accompagnés ont indéniablement affecté l’image des lycées professionnels, ces évolutions bien que réelles ne doivent pas entamer, selon l’auteur, une possible lecture en positif de la scolarisation en lycée professionnel si tant est que l’on accepte d’envisager l’enseignement professionnel non plus seulement comme voie d’accès à l’emploi – manière dont il a toujours été appréhendé et qui a conduit à sa déconsidération – mais comme possible voie de réhabilitation par les savoirs pour des élèves qui ont connu l’échec scolaire. Envisager les effets, sur le LP, des transformations successives du marché du travail et de la condition ouvrière ne semble être ici qu’une étape. A. Jellab, dans un deuxième moment de ce chapitre, invite son lecteur à se saisir d’un certain nombre d’outils permettant d’accéder à la variété des configurations en LP à laquelle il nous invite à être attentifs. Sont exposés, successivement, les politiques éducatives très récentes qui ont transformé l’ancien parcours BEP-Bac Pro en quatre ans en Bac Pro en trois ans, les effets de ces transformations sur les CAP, la transformation des publics d’enseignants qui partageraient moins avec leurs élèves, selon l’auteur, une proximité culturelle qu’une proximité de condition, celle de faire l’expérience d’un parcours rarement choisi dans « une institution en quête de reconnaissance » (p. 60). Sont enfin envisagées la variété des publics d’élèves et la spécificité qui les caractérise – en tout cas dans certains contextes géographiques –, celle d’être issue des populations immigrées. Chacune de ces données semble donc contribuer à une vision plus « complexe » de l’enseignement professionnel. Notons néanmoins qu’à ce stade de l’ouvrage, le lecteur peut être quelque peu déstabilisé par le foisonnement des informations délivrées (désouvriérisation, tertiarisation, insertion professionnelle, caractérisation des publics d’enseignants, d’élèves…), informations situées sur divers registres et à partir desquelles il n’est guère aisé de s’emparer du lien argumentatif qui les unit.

4Le premier moment du troisième chapitre de l’ouvrage est consacré à l’exposé d’un certain nombre de données chiffrées quant à l’orientation des élèves selon les spécialités, selon les niveaux de formation considérés (Bac Pro en 3 ans ou CAP), selon le genre, ces données constituant là aussi des outils de lecture et de compréhension de la variété des configurations des expériences scolaires en LP. Dans le second temps de ce chapitre, l’auteur reprend certaines analyses de ses travaux antérieurs relatifs à la diversité des formes de rapport aux savoirs – qui ont à voir dans la perspective sociologique d’A. Jellab avec les contenus de savoirs mais aussi avec l’expérience familiale, l’expérience des pairs et l’expérience des relations avec les enseignants – des élèves de lycée professionnel. Les différentes formes de rapports aux savoirs exposées – rapport pratique, réflexif, désimpliqué, intégratif-évolutif aux savoirs – nous semblent pouvoir constituer des grilles de lecture relativement intéressantes, notamment pour les acteurs de terrain, en ce qu’elles permettent de se saisir de la pluralité des éléments qui participent, toujours de manière singulière, à influer sur les histoires scolaires des élèves et de se saisir de certains de ces éléments qui peuvent contribuer à transformer l’expérience en LP d’expérience de relégation en expérience de mobilisation.

5Le dernier chapitre de l’ouvrage est très certainement le plus convaincant. Questionnant, à partir de données empiriques précisément exposées, les pratiques enseignantes mais aussi celles de chefs d’établissement, A. Jellab montre que, pour mobiliser, les agents scolaires travaillent tant la dimension affective de la relation avec des élèves qui ont souvent connu l’échec scolaire que l’attention réelle portée à la transmission de contenus de savoirs exigeants, transmission à laquelle les élèves sont particulièrement sensibles. Notons que, d’une certaine manière, ce chapitre de même que la conclusion de l’ouvrage peuvent se révéler précieux aux praticiens de l’école tant ils invitent à se défaire d’une vision quelque peu fataliste des parcours d’élèves de LP toujours en échec scolaire et en rejet des apprentissages. Ce qu’A. Jellab nous expose comme possible levier de travail avec des élèves de LP, comme la pacification des relations, la mobilisation sur les contenus tant théoriques que professionnels, l’innovation dans les pratiques d’évaluation, le travail sur l’insertion de l’élève dans le monde professionnel, sont autant d’éléments fort utiles dans le cadre de la formation des enseignants en ce qu’ils offrent des pistes d’action à soumettre au débat et à la réflexion.

6En conclusion, nous souhaiterions ici formuler une remarque selon nous essentielle et relative au positionnement de l’auteur qui nous paraît forcer beaucoup trop l’opposition entre une lecture, la sienne, qui tendrait à défendre une analyse « en positif » du lycée professionnel et celle portée par certains de ces sociologues qu’il désigne, selon nous trop rapidement, comme pris au piège de la seule approche en termes de reproduction et de domination. Comme tend à le défendre A. Jellab, la réalité scolaire du lycée professionnel est complexe et mérite très probablement d’être lue au croisement de ces deux types d’analyses, la lecture sociologique du monde scolaire ne pouvant se satisfaire de tels clivages entre résistance des dominés ou reproduction de la domination. Si l’analyse en termes de rapport aux savoirs des élèves permet de se saisir, au moins pour partie, de la diversité des modes d’expériences scolaires des élèves de LP, d’autres pistes mériteraient d’être envisagées de manière plus systématique. Comprendre les raisons pour lesquelles certains élèves vont pouvoir réinvestir leur scolarité une fois les portes du LP franchies alors que pour d’autres le LP ne sera jamais autre chose qu’une consécration de l’échec suppose de prendre quelques distances avec une perspective peut-être trop scolaro-centrée. Tout ne se joue pas entre les murs de l’école. Travailler avec plus d’acuité ce qui se joue dans l’ordre de l’intrication des rapports sociaux de classe, de sexe, de « race » en fonction des inégalités socio-territoriales – donnée dont l’importance est d’ailleurs soulignée par A. Jellab à plusieurs reprises –, travailler de même précisément l’historicité de ces rapports sociaux, permettrait peut-être d’accéder à la complexité des processus à l’œuvre et qui fondent, de manière toujours singulière, les histoires scolaires des élèves de LP.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Séverine Depoilly, « JELLAB Aziz. L’émancipation scolaire. Pour un lycée professionnel de la réussite », Revue française de pédagogie, 187 | 2014, 146-148.

Référence électronique

Séverine Depoilly, « JELLAB Aziz. L’émancipation scolaire. Pour un lycée professionnel de la réussite », Revue française de pédagogie [En ligne], 187 | avril-mai-juin 2014, mis en ligne le 30 juin 2014, consulté le 25 mars 2017. URL : http://rfp.revues.org/4513

Haut de page

Auteur

Séverine Depoilly

Université Paris 8-Vincennes-Saint-Denis, CIRCEFT-ESCOL, ESPE de l’académie de Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org