Navigation – Plan du site
Varia

Classes populaires et devenir scolaire enfantin : un rapport ambivalent ? Le cas de la Suisse romande

Working classes and academic future for children: an ambivalent relationship? The case of Western Switzerland
Christophe Delay
p. 75-86

Résumés

Plusieurs travaux ont souligné l’essor en France des ambitions scolaires des familles populaires tout comme leur variabilité en fonction de l’origine nationale ou des scolarités juvéniles. Cet article revisite ce débat au moyen d’une enquête qualitative réalisée en Suisse romande. S’il montre que les aspirations parentales varient en fonction de la nationalité, du type de diplôme et d’emploi ou des parcours scolaires juvéniles, il questionne aussi le sens de certains propos ambivalents quant à la poursuite d’études longues : on saisit in fine mieux certains sentiments contradictoires (fierté, peur de la trahison) en cas de réussite scolaire juvénile de même que des révisions des aspirations à la baisse en cas de difficultés, générées par un système scolaire qui s’est massifié tout en continuant à opérer son rôle de sélection.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

L’enquête
Le système éducatif suisse et la particularité genevoise
Échapper au « destin ouvrier » par la poursuite d’une formation en école : les souhaits des parents migrants
« Études » ou apprentissage salarié ? : l’ambivalence des familles « autochtones »
Révision des ambitions scolaires à la baisse et apprentissage comme « second choix »
Des classes populaires « doublement fragmentées »
Conclusion

Aperçu du début du texte

Le rapport au devenir scolaire enfantin des familles populaires a fait l’objet de nombreuses études, en France en particulier, certaines enquêtes mettant l’accent sur les transformations historiques du rapport à l’école de ces familles. S’appuyant sur des données d’enquêtes de la statistique publique, Poullaouec (2010, p. 15) souligne « la montée sans précédent de la préoccupation scolaire parmi les ouvriers » : entre 1960 et 2000, le baccalauréat, autrefois minoritaire, est devenu l’ambition minimale de la grande majorité des familles, qui désirent même que leurs enfants poursuivent des études supérieures. Plusieurs facteurs expliquent cet essor des ambitions scolaires : l’expansion économique des années 1950, l’avènement du collège unique qui dès 1975 scolarise tous les élèves quelles que soient leurs origines, la dévalorisation des emplois ouvriers et la montée du chômage (1980-1990) ainsi que l’encouragement politique donné à la poursuite d’études (1985) ont incité les familles ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Delay, « Classes populaires et devenir scolaire enfantin : un rapport ambivalent ? Le cas de la Suisse romande », Revue française de pédagogie, 188 | 2014, 75-86.

Référence électronique

Christophe Delay, « Classes populaires et devenir scolaire enfantin : un rapport ambivalent ? Le cas de la Suisse romande », Revue française de pédagogie [En ligne], 188 | juillet-août-septembre 2014, mis en ligne le 30 septembre 2017, consulté le 27 mai 2017. URL : http://rfp.revues.org/4549 ; DOI : 10.4000/rfp.4549

Haut de page

Auteur

Christophe Delay

Université de Neuchâtel, Institut de psychologie et éducation

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org