Navigation – Plan du site
Note de synthèse

Déclassement et hantise du déclassement

Downgrading and fear of being downgraded
Henri Eckert
p. 87-108

Résumés

Le mot « déclassement » a connu récemment, en France, une fortune considérable. Ce succès n’a pas été entravé par l’ambiguïté fondamentale d’un mot utilisé pour pointer tant les décalages entre les diplômes détenus par les jeunes et les emplois auxquels ils accèdent que les écarts entre les statuts sociaux que leur confèrent ces emplois et les positions sociales de leurs parents. Cette ambiguïté exige, pour le moins, d’être explicitée ; c’est pourquoi nous avons, dans la première partie du texte, tenté de clarifier les deux acceptions possibles du mot « déclassement ». Dans la seconde, nous nous intéressons davantage à la crainte sociale diffuse que manifeste le mot, pour suggérer que la hantise du déclassement constitue sans doute, plus que le déclassement lui-même, l’objet véritable d’une sociologie du déclassement.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Généalogie de la notion de déclassement
Stratégies familiales et dévalorisation des titres scolaires
Trajectoires probables : rupture des « équivalences normales » ?
Deux définitions hétérogènes, antagoniques et concurrentes
La hantise du déclassement
Le déclassement dans la société française actuelle
Des situations variables selon les groupes sociaux
Sous le signe de la seconde explosion scolaire
Pour conclure

Aperçu du début du texte

La fortune du mot « déclassement » dans les débats sur le devenir social des nouvelles générations entrant dans la vie active cache mal les ambiguïtés d’une notion, mobilisée pour pointer tant les décalages entre les diplômes détenus par les jeunes et les emplois auxquels ils accèdent que les écarts entre les statuts sociaux que ces emplois leur confèrent et les positions sociales de leurs parents. Sans doute ces ambiguïtés contribuent-elles à étayer des consensus approximatifs et/ou de fausses connivences et favorisent-elles, in fine, la diffusion d’une doxa qui entretient, pêle-mêle, les récriminations contre une école qui ne préparerait pas, ou insuffisamment, les jeunes à la vie professionnelle, la mise en cause des générations antérieures soupçonnées de n’être guère disposées à renoncer à leurs privilèges au profit de l’emploi des nouveaux venus, les lamentations sur la persistance d’une crise économique endémique qui aurait bloqué l’ascenseur social ou l’inefficacité des polit...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Eckert, « Déclassement et hantise du déclassement », Revue française de pédagogie, 188 | 2014, 87-108.

Référence électronique

Henri Eckert, « Déclassement et hantise du déclassement », Revue française de pédagogie [En ligne], 188 | juillet-août-septembre 2014, mis en ligne le 30 septembre 2017, consulté le 27 juillet 2017. URL : http://rfp.revues.org/4552 ; DOI : 10.4000/rfp.4552

Haut de page

Auteur

Henri Eckert

Université de Poitiers, GRESCO (EA 3815)

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org