Navigation – Plan du site
Notes critiques

MOREL Stanislas. La médicalisation de l’échec scolaire

Paris : La Dispute, 2014, 212 p.
Marianne Woollven
p. 119-121
Référence(s) :

MOREL Stanislas. La médicalisation de l’échec scolaire. Paris : La Dispute, 2014, 212 p.

Texte intégral

1Si les travaux pionniers de P. Pinell et M. Zafiropoulos (1978) ont fait de la médicalisation de l’échec scolaire une thématique classique de la sociologie de l’éducation, l’intérêt croissant dans le champ éducatif pour les troubles des apprentissages et autres diagnostics similaires invite à se pencher sur les évolutions et recompositions contemporaines du phénomène. C’est ce que propose le sociologue Stanislas Morel, étudiant l’univers dans lequel se produit la médicalisation et les acteurs qui y contribuent. Cet ouvrage propose de rendre compte et de recontextualiser l’évolution des rapports de force autour de la question de l’échec scolaire.

2Dans un premier chapitre, l’auteur définit la médicalisation comme le recours à des « professionnels du soin » qui font de l’élève un « patient » (p. 19). Son approche consiste à mettre en lumière et à déconstruire les processus conduisant à la médicalisation. Se référant à P. Bourdieu et à M. Foucault, l’auteur insiste sur le caractère compréhensif de sa démarche, sa volonté de saisir non seulement les processus à l’œuvre mais aussi les logiques propres aux acteurs et leurs intérêts spécifiques. Il envisage la médicalisation de l’échec scolaire comme un processus complexe et non unidirectionnel.

3L’auteur montre ensuite, grâce à une synthèse de la littérature, comment les évolutions de la problématisation de l’échec scolaire ont donné lieu à une médicalisation d’abord « controversée » puis « décomplexée ». Le problème de l’échec scolaire s’est constitué à partir des années 1960 en insistant sur les inégalités scolaires et les déterminants sociaux. Une offre médico-psychologique s’est développée en parallèle, avec des établissements comme les Centres médico-psycho-pédagogiques (CMPP) proposant une approche psychanalytique, à vocation globale, pluridisciplinaire et « démédicalisante ». D’après l’auteur, le succès de cette offre n’est pas aussi paradoxal qu’il y paraît, puisqu’elle propose des solutions aux cas individuels d’échec scolaire que rencontrent les enseignants, et que ce traitement médico-psychologique est en continuité avec la conceptualisation théorique de l’échec scolaire, les positions organicistes émergentes étant considérées comme illégitimes. Mais à partir des années 1980, le problème de l’échec scolaire est progressivement reformulé. Les politiques éducatives se recentrent sur l’acquisition des fondamentaux et un traitement individualisé des difficultés scolaires, contribuant ainsi d’après S. Morel à accroître la légitimité des approches organicistes et des traitements médico-psychologiques de l’échec scolaire. Si ce phénomène est peu contestable, une présentation plus systématique et étayée par des données empiriques rendrait l’argumentation encore plus convaincante, surtout pour la seconde période.

4Sur la base d’entretiens, le chapitre 4 est consacré aux représentations et aux pratiques relatives à la difficulté scolaire des enseignants du premier degré. On retiendra trois constats : d’abord, l’absence d’opposition à la médicalisation et une familiarisation croissante à l’univers « médico-psychologique » ; ensuite, la banalisation du recours à l’orthophonie, dont la dimension médicale est peu perçue par les enseignants qui tendent à considérer que certaines difficultés ne relèvent pas de leurs compétences ; enfin, la psychologisation du métier d’enseignant, interprétée comme un élargissement du mandat professionnel ainsi que par le fait que le registre « psy » fournit non seulement une grille d’interprétation mais aussi des possibilités d’action. On pourra néanmoins se demander comment s’articulent ces deux derniers phénomènes et s’ils concernent de la même manière l’ensemble des enseignants (en fonction des générations, des trajectoires professionnelles, etc.).

5Le cœur de l’ouvrage (chapitres 5 à 9) rend compte d’une enquête effectuée dans un Centre de référence du langage (CRL) et un CMPP situés dans la commune surnommée Antray. Cette comparaison, particulièrement heuristique, souligne d’abord des similarités entre ces deux établissements : on y pose des diagnostics par un travail pluridisciplinaire ; la comparaison avec le travail scolaire est vue comme une provocation, malgré l’existence de nombreux liens. Le CRL et le CMPP se distinguent cependant dans leur interprétation et leurs réponses à l’échec scolaire. Le CMPP accueille des élèves issus majoritairement des classes populaires. Les « psys », s’inscrivant dans approche psychodynamique et psychanalytique, y occupent une position centrale. L’élaboration du diagnostic recourt à la verbalisation, et l’échec scolaire est considéré comme un symptôme écran. Le travail thérapeutique, peu observable pour l’enquêteur et indescriptible d’après les praticiens, passe par la parole, mobilise peu de prescriptions et offre une aide scolaire limitée. Au CRL en revanche, où les patients issus des classes moyennes et supérieures sont les plus nombreux, les neurosciences cognitives dominent. La division du travail entre médecins, psychologues et paramédicaux est plus classique (Freidson, 1984). Le diagnostic est réalisé au moyen d’épreuves standardisées, issues de la linguistique et de la psychologie cognitive. Les catégories auxquelles sont alors identifiés les patients « collent » aux catégories scolaires (dyslexie, dyscalculie, etc.), tout comme les traitements rééducatifs, qui constituent une « pédagogie scientifique ». Au total, les deux établissements donnent à voir des conceptions éducatives antagonistes ; bien plus que le recours à la psychothérapie, c’est l’usage de médicaments qui constitue l’axe de clivage le plus fort. Toutefois, les réponses proposées à l’échec scolaire ne sont pas aussi disjointes qu’il y paraît, puisque nombre de patients du CRL sont orientés vers le CMPP pour un suivi psychologique.

6Un intérêt supplémentaire de cette comparaison est l’éclairage empirique qu’elle porte sur la question du « partenariat », une injonction forte dans l’institution scolaire actuellement. L’auteur met en évidence les rapports de force existant dans les relations entre le CRL, le CMPP et l’école. Il montre la position de force des professionnels du soin, leurs décisions étant rarement contestées par les enseignants. Les « psys » du CMPP exercent davantage une domination culturelle, tandis que les échanges entre le CRL et l’école sont essentiellement médiatisés par l’écrit.

7Le chapitre 8 est consacré au rôle des parents dans le processus de médicalisation. À partir d’entretiens avec les parents du CRL, l’auteur montre le statut ambivalent des mobilisations parentales : parfois disqualifiantes et contestées par les professionnels du soin, elles ouvrent aussi des droits. Les diagnostics médico-psychologiques pèsent notamment dans les relations avec les enseignants et rendent les revendications plus efficaces. Les professions intermédiaires et intellectuelles supérieures étant surreprésentées parmi les patients du CRL, l’auteur en déduit que la médicalisation profite aux groupes les plus dotés économiquement et culturellement. Cependant, l’absence ici de comparaison avec le CMPP ne permet pas de saisir l’ensemble de la configuration reliant les familles aux établissements de soin et à l’école. Elle ne permet pas non plus d’envisager des usages socialement différenciés de la médicalisation ni des formes de résistance.

8Le neuvième et dernier chapitre ouvre une réflexion plus générale sur les enjeux et les effets sociaux de la médicalisation. S. Morel insiste d’abord sur le fait que la médicalisation de l’échec scolaire s’accompagne d’un processus de scolarisation de l’univers médico-psychologique, ou d’extension de la forme scolaire (Thin, 1994), pourrait-on dire. Il envisage ensuite la reconfiguration de la légitimité sur les questions scolaires. Au niveau de la production du savoir, la médicalisation témoigne du discrédit croissant des sciences de l’éducation au profit des neurosciences, de l’éloignement des lieux de production du savoir pédagogique par rapport à l’école. Au niveau des pratiques, elle illustrerait un transfert de légitimité des métiers de l’enseignement vers les professions du soin. Cette dernière hypothèse stimulante pourrait ouvrir la voie à des travaux empiriques futurs.

9« Le lecteur non familier des ouvrages en sciences sociales » (p. 17) appréciera le souci pédagogique de l’auteur et la volonté de présenter une question éducative d’actualité en tenant compte des évolutions dans le temps et des variations internes. Il pourra être quelque peu dérouté par le recours, dans les différents chapitres, à des données variées (analyses historiques de seconde main et plusieurs enquêtes de terrain) dont les liens ne sont pas toujours explicités. Un lecteur plus familier privilégiera le traitement actualisé d’une question sociologique qui n’a pas été étudiée avec autant de détails depuis longtemps. Il s’interrogera néanmoins sur la manière d’articuler d’une part l’enquête localisée à Antray, portant sur des processus et des relations et d’autre part des analyses sur les métiers de l’enseignement dont la portée générale peut poser question. De plus, les travaux sur la médicalisation issus du champ de la sociologie de la santé sont peu mobilisés, ce qui n’empêche pas un apport de connaissances sur les professionnels du soin.

Haut de page

Bibliographie

FREIDSON E. (1984). La profession médicale. Paris : Payot.

PINELL P. & ZAFIROPOULOS M. (1978). « La médicalisation de l’échec scolaire : de la pédopsychiatrie à la psychanalyse infantile ». Actes de la recherche en sciences sociales, no 24, p. 23-49.

THIN D. (1994). « Travail social et travail pédagogique : une mise en cause paradoxale de l’école ». In G. Vincent (dir.), L’éducation prisonnière de la forme scolaire ? Lyon : Presses universitaires de Lyon.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Woollven, « MOREL Stanislas. La médicalisation de l’échec scolaire », Revue française de pédagogie, 188 | 2014, 119-121.

Référence électronique

Marianne Woollven, « MOREL Stanislas. La médicalisation de l’échec scolaire », Revue française de pédagogie [En ligne], 188 | juillet-août-septembre 2014, mis en ligne le 30 septembre 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rfp.revues.org/4579

Haut de page

Auteur

Marianne Woollven

Université Clermont Auvergne, Université Blaise Pascal, ACTé, ENS de Lyon, centre Max Weber

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org