Navigation – Plan du site
L'internat et ses usages, d'hier à aujourd'hui

L’École des Roches, « new school » à la française et spécificité de son internat (1899-1940)

École des Roches: a French “new school” and the unique features of its boarding school (1899-1940)
Nathalie Duval
p. 55-65

Résumés

Dès les premières années de sa création, en 1899, en Normandie, et plus particulièrement dans l’entre-deux-guerres, l’École des Roches apparaît comme une combinaison entre le modèle britannique des « new schools » qui promeut le sens des responsabilités chez ses élèves et la formation classique du lycée français qui prépare aux humanités et à l’examen du baccalauréat. Son implantation à la campagne, dans le cadre d’un internat, est un choix voulu de la part du fondateur de cette école privée, laïque et réservée aux garçons. L’internat est l’une des caractéristiques pédagogiques qui contribuent à la reconnaissance de cette « école nouvelle » comme un modèle hybride d’éducation nouvelle.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

L’École des Roches, prototype d’une école nouvelle en France sur le modèle anglo-saxon
La théorie du particularisme
Une éducation « développante » dans le cadre d’un internat familial
Les spécificités éducatives liées à l’implantation de cet internat à la campagne
Un internat en processus d’hybridation quand l’École des Roches se cherche une « via media »
Former la tête : un bâtiment des classes placé au centre du domaine
Former le corps au risque du préjugé selon lequel « aux Roches, on ne fait que du sport »
Les excursions et les travaux pratiques pour stimuler un apprentissage concret grâce à l’observation et l’expérience personnelle
Un internat placé au service de la santé de l’enfant
Former le caractère
Conclusion

Aperçu du début du texte

L’École des Roches est singulière dans le paysage scolaire français (Duval, 2009a). Elle intrigue par sa double image, celle – originale – d’un établissement dont l’éducation s’inspire du modèle anglo-saxon des « new schools » et celle traditionnelle d’une école d’héritiers qui ont la chance d’y être moins grâce à leurs qualités personnelles que grâce au nom et surtout à l’argent de leurs parents. Cette réputation d’un entre-soi sociologique dont l’École des Roches serait un cocon niché au milieu de la campagne normande est cependant simplificatrice.

Certes, le critère financier est indéniablement sélectif pour entrer aux Roches, école privée fondée en 1898-1899 et passée sous contrat avec l’État au cours des années 1990. Mais c’est une école dont la spécificité ne se borne pas au recrutement d’enfants d’élites fortunées ; elle présente aussi l’intérêt de leur apporter une éducation au « self-government » (Duval, 2009b) que résume en quelques mots sa devise « Bien armé pour la vie » ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Duval, « L’École des Roches, « new school » à la française et spécificité de son internat (1899-1940) », Revue française de pédagogie, 189 | 2014, 55-65.

Référence électronique

Nathalie Duval, « L’École des Roches, « new school » à la française et spécificité de son internat (1899-1940) », Revue française de pédagogie [En ligne], 189 | octobre-novembre-décembre 2014, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 26 avril 2017. URL : http://rfp.revues.org/4605 ; DOI : 10.4000/rfp.4605

Haut de page

Auteur

Nathalie Duval

Université de Paris-Sorbonne

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org