Navigation – Plan du site
L'internat et ses usages, d'hier à aujourd'hui

Si loin, si proches de la prison : les centres éducatifs fermés pour jeunes délinquants

So near and yet so far from prison: closed educational centres for juvenile delinquents
Nicolas Sallée
p. 67-76

Résumés

La création des premiers Centres éducatifs fermés (CEF), en septembre 2002, fut l’un des symboles les plus marquants d’un processus de durcissement des réponses pénales apportées aux jeunes délinquants. Fondé sur une enquête monographique au sein d’un CEF de la Protection judiciaire de la jeunesse (PJJ), cet article analyse les rapports ambigus qu’entretiennent ces nouveaux établissements à « l’enfermement », et plus généralement à la prison. Nos observations montrent en effet que le fonctionnement quotidien du CEF, malgré la philosophie du contrôle qui le structure, n’exclut pas toute possibilité de sortie, autorisée ou non : les CEF apparaissent comme des centres éducatifs « fermés-ouverts » plus que strictement « fermés ». Nos observations montrent cependant, dans le même temps, que les stratégies éducatives élaborées par les éducateurs autour des contraintes – en particulier les contraintes pénales – qui pèsent sur les jeunes placés sont toujours susceptibles de faire des CEF une antichambre de la prison, brouillant les frontières entre « milieu ouvert » et « milieu fermé ».

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2018.
Consulter cet article

Plan

Quel enfermement ?
Une volonté de contrôle
Les frontières mouvantes du CEF
L’autorité affirmée ou déléguée
Conclusion

Aperçu du début du texte

Depuis près d’une vingtaine d’années, en France, les modalités d’encadrement des jeunes délinquants connaissent des transformations substantielles, marquées par une volonté affichée de « retour à l’ordre », frôlant parfois la « frénésie sécuritaire » (Mucchielli, 2008). Ces transformations touchent en particulier les services dits d’« hébergement », chargés d’organiser la rupture temporaire de certains jeunes avec leur environnement habituel (Freund, 2004). En juin 2002, au sortir d’une campagne présidentielle qui plaça le thème de « l’insécurité » au cœur de l’agenda électoral, le gouvernement de droite, fraîchement élu, annonça l’ouverture de nouveaux Centres éducatifs fermés (CEF) destinés aux jeunes délinquants considérés comme les plus « difficiles ». La loi – dite « Perben I » – du 9 septembre 2002 réservait ainsi le placement en CEF aux jeunes dits, juridiquement, « multirécidivistes » ou « multiréitérants ». Pour de nombreux professionnels de l’éducation, membres de la Prote...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Sallée, « Si loin, si proches de la prison : les centres éducatifs fermés pour jeunes délinquants », Revue française de pédagogie, 189 | 2014, 67-76.

Référence électronique

Nicolas Sallée, « Si loin, si proches de la prison : les centres éducatifs fermés pour jeunes délinquants », Revue française de pédagogie [En ligne], 189 | octobre-novembre-décembre 2014, mis en ligne le 31 décembre 2017, consulté le 28 mai 2017. URL : http://rfp.revues.org/4615 ; DOI : 10.4000/rfp.4615

Haut de page

Auteur

Nicolas Sallée

Université de Montréal, département de sociologie

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org