Navigation – Plan du site
Notes critiques

BUCHETON Dominique (dir.). Refonder l’enseignement de l’écriture. Vers des gestes professionnels plus ajustés du primaire au lycée

Paris : Retz, 2014, 304 p.
Olivier Dezutter
p. 127-129
Référence(s) :

BUCHETON Dominique (dir.). Refonder l’enseignement de l’écriture. Vers des gestes professionnels plus ajustés du primaire au lycée. Paris : Retz, 2014, 304 p.

Texte intégral

1L’intention est claire et le projet ambitieux : refonder l’enseignement de l’écriture et amener les enseignants à adopter de nouveaux gestes professionnels afin de faire progresser tous les élèves, des premiers apprentissages à l’entrée à l’université. Pour qui connaît bien les travaux de recherche menés par Dominique Bucheton, à orientation volontairement « technologique », il s’agit là d’un projet proprement politique entamé depuis de nombreuses années à travers des recherches-action-formation menées au plus près du terrain dans des contextes diversifiés, avec la collaboration de nombreux enseignants et formateurs.

2L’ouvrage est conçu autour d’une conviction forte, maintes fois réaffirmée : c’est d’abord et avant tout en portant attention au « sujet écrivant » et en lui permettant de découvrir et d’exploiter le pouvoir réflexif de l’écriture dans l’ensemble des disciplines scolaires et des situations d’apprentissage qu’il faut entamer le travail de refondation. Un tel projet est sans conteste plus que jamais nécessaire si l’on prend la juste mesure des implications de la fracture sociale bien établie, basée en grande partie sur les degrés variables de maîtrise de l’écrit, comme de ce que les auteures qualifient d’« explosion des pratiques d’écriture » suscitée par le développement du numérique. Le défi à relever devrait interpeller l’ensemble des enseignants et pas seulement les enseignants de la langue de scolarisation. Il devrait aussi mobiliser les intervenants des niveaux scolaires successifs, depuis la maternelle jusqu’à l’université, car c’est bien le continuum de l’enseignement de l’écriture dans toute son ampleur qui mérite d’être repensé. Notons toutefois que même si les auteures revendiquent cette perspective, les problématiques abordées et les exemples fournis concernent principalement les élèves du primaire et du secondaire.

3Le renouvellement de la didactique de l’écriture souhaité suppose plusieurs ruptures pragmatiques radicales dans les pratiques enseignantes. Tout en prenant acte du fait qu’ici ou là se mettent en place depuis plusieurs années des pratiques innovantes (ateliers d’écriture, exercices de réécriture, écriture collaborative…) dont l’ouvrage rend amplement compte, la critique est nette : l’enseignement de l’écriture est minimisé et trop orienté sur la « maîtrise de la langue », et les modèles de référence pour penser son enseignement sont à revoir.

4Pensé principalement comme un outil de formation initiale et continue, l’ouvrage est construit autour d’un intéressant dosage entre trois aspects essentiels : la réflexion sur les enjeux et modalités de l’apprentissage de l’écriture et plus largement sur les fondements de la discipline « français », du travail enseignant et de la formation à ce métier complexe ; la présentation vulgarisée de nouveaux modèles de référence permettant de mieux comprendre autant l’activité des sujets scripteurs (le modèle culturel du sujet écrivant) que celle des enseignants qui organisent et soutiennent les apprentissages (le modèle du multi-agenda et des gestes professionnels) ; et la (dé)monstration de pratiques efficaces, illustrées par de très nombreuses productions authentiques d’élèves du CP au lycée. Cette démonstration est d’autant plus pertinente que, pour donner à voir le travail du scripteur, ce sont à chaque fois plusieurs états de texte qui sont fournis, révélant ainsi le travail d’« épaississement » du texte qui s’installe dans le temps, au cours de diverses réécritures ou consignes successives, grâce à l’interaction avec les autres élèves dans le cadre des nombreux projets collaboratifs et aux interventions précises des enseignants.

5Les commentaires accompagnant les différents états d’écrit ou « textes intermédiaires » qui parsèment les pages de l’ouvrage soulignent à chaque fois la complexité de l’acte réalisé par les élèves, qui comprend tout à la fois une dimension cognitive, identitaire, culturelle et linguistique. Étant donné cette complexité, le facteur temps est pointé comme une donnée essentielle à prendre en compte dans l’organisation du travail enseignant. Les auteures insistent d’une part sur la nécessité de consacrer davantage de temps au travail d’écriture en classe car les compétences ne peuvent se développer qu’à travers des pratiques fréquentes et d’autre part sur l’utilité d’engager les élèves dans des projets d’écritures longs, étalés sur plusieurs semaines voire plusieurs mois.

6La refonte souhaitée de l’enseignement de l’écriture ne pouvant se faire, dans le contexte institutionnel scolaire, que par des changements radicaux touchant au geste professionnel central qu’est l’évaluation, une partie importante de l’ouvrage vise à questionner les modes d’évaluation usuels et à fournir des pistes pour mettre en place des formes d’évaluation valorisant davantage la variabilité et la mobilité du langage, considérées comme « essentielles à la pensée et à l’écriture ». En parcourant les nombreuses productions d’élèves, le lecteur est amené à aiguiser son regard, à partir à la recherche des « savoirs cachés », des « déjà là », et à opter pour une vision différente des capacités des élèves, décentrée par rapport à l’habituel travail d’ordre évaluatif, fortement teinté par la vérification de l’adéquation de l’écrit produit aux normes de référence, qu’il s’agisse de l’orthographe ou de la structure canonique de certains genres de textes.

7L’option fondamentale défendue par les auteurs pour guider l’action des enseignants et les multiples gestes professionnels spécifiques qui la rendent effective et efficace consiste à se centrer sur les élèves et à permettre à chacun d’eux de développer son rapport à l’écriture, de construire son identité d’auteur et sa compétence de scripteur. Cela suppose d’adopter de nouveaux modes de gestion de la classe et de mettre en œuvre une véritable différenciation pédagogique, souhaitée depuis de nombreuses années déjà mais qui demeure bien difficile à intégrer dans les pratiques. Ici aussi, plusieurs exemples sont fournis quant à la manière d’organiser un accompagnement plus individualisé ou par petits groupes d’élèves. Au vu de la diversification des publics scolaires dans le cadre des flux migratoires et des contextes plurilingues dans lesquels vivent un nombre non négligeable d’élèves, il eut été intéressant que soit aussi abordée la question de l’écriture dans plusieurs langues dont les langues d’origine ou les diverses langues apprises à l’école de façon encore le plus souvent très compartimentée.

8Au final, ce riche ouvrage, qui ne cache pas son orientation clairement militante, rend accessible à l’ensemble des professionnels de l’éducation le fruit de nombreuses années de recherche puisant à plusieurs cadres de référence et ancrées pour la plupart dans des contextes scolaires réputés difficiles. Il fournit également des pistes d’action concrètes, éprouvées, permettant d’atteindre l’ambitieux projet visé.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Olivier Dezutter, « BUCHETON Dominique (dir.). Refonder l’enseignement de l’écriture. Vers des gestes professionnels plus ajustés du primaire au lycée », Revue française de pédagogie, 190 | 2015, 127-129.

Référence électronique

Olivier Dezutter, « BUCHETON Dominique (dir.). Refonder l’enseignement de l’écriture. Vers des gestes professionnels plus ajustés du primaire au lycée », Revue française de pédagogie [En ligne], 190 | janvier-février-mars 2015, mis en ligne le 31 mars 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://rfp.revues.org/4721

Haut de page

Auteur

Olivier Dezutter

Université de Sherbrooke

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org