Navigation – Plan du site
Notes critiques

PASQUALI Paul. Passer les frontières sociales. Comment les « filières d’élite » entrouvrent leurs portes

Paris : Fayard, 2014, 459 p.
Nazli Nozarian
p. 146-148
Référence(s) :

PASQUALI Paul. Passer les frontières sociales. Comment les « filières d’élite » entrouvrent leurs portes. Paris : Fayard, 2014, 459 p.

Texte intégral

1Paul Pasquali opère dans son ouvrage une ethnographie de la mobilité sociale en train de se faire, à partir d’une étude de cas du franchissement des frontières sociales : l’expérience vécue du déplacement social par les bénéficiaires des politiques d’« ouverture sociale » des « filières d’élite » de l’enseignement supérieur. Plus précisément, son enquête se fonde sur une classe préparatoire expérimentale créée en 2002 dans un grand lycée de l’une des principales villes de province, réservée à des bacheliers issus de lycées situés en zone d’éducation prioritaire (ZEP), afin de les préparer pendant un an aux concours de plusieurs Instituts d’études politiques (IEP) et d’une École supérieure de commerce (ESC). L’intérêt majeur de l’ouvrage réside dans la démarche ethnographique de son auteur, qui a réalisé une enquête de longue durée en effectuant régulièrement pendant cinq ans des entretiens avec une partie de ces bacheliers, avant et après les concours, afin de donner à voir leurs itinéraires et de « restituer la part de fragilité et de réversibilité de ces ascensions en pointillés » (p. 15). En effet, Paul Pasquali insiste sur les tensions engendrées par les traversées de l’espace social, et sur les éventuels abandons et bifurcations opérés par des personnes en situation de mobilité sociale, qui « passent et repassent en permanence les frontières sociales », et non pas une fois pour toutes (p. 13).

2Dans un premier chapitre, l’auteur montre les processus à travers lesquels certains lycéens deviennent candidats à la classe préparatoire expérimentale et s’« élisent » en même temps qu’ils sont « élus ». L’analyse met en avant certaines de leurs propriétés objectives, notamment la transmission de petits héritages culturels, mais aussi un ensemble de situations et d’interactions décisives, comme les injonctions familiales à la réussite et les encouragements de la part d’enseignants ou d’anciens élèves de la classe préparatoire. Ces agents recruteurs de candidats, composant une « chaîne migratoire » (p. 70), sont qualifiés par l’auteur de « passeurs de frontières » (p. 66) faisant circuler un mandat d’ascension collectif d’année en année.

3Le chapitre 2 opère une « ethnographie d’une entreprise d’acculturation » (p. 89) et étudie le curriculum de la classe préparatoire expérimentale. Il consiste en un « travail de mise en condition des élus » (p. 100), via l’acquisition de manières d’être et d’agir conformes aux normes de leur univers d’accueil, qui leur fait vite percevoir un sentiment d’indignité culturelle.

4Cette entreprise, trop courte dans le temps, ne permet pas une conversion complète mais des brouillages et tiraillements, ce que l’auteur appelle un « tremblé des dispositions » (p. 131). Le chapitre 3 analyse ainsi les différentes réactions des élèves face à la perception d’une distance sociale avec les « autres » – les élèves des classes préparatoires « normales » du lycée –, dont ils sont séparés à la fois socialement et symboliquement. Face à cette expérience de la ségrégation et du mépris de classe, certains d’entre eux mettent en place des stratégies de constitution d’un entre-soi pour éviter les confrontations avec les « autres », de préservation d’un quant-à-soi pour éviter d’être stigmatisés et discrédités, et d’auto-dérision, analysées comme autant de pratiques de contre-acculturation et de défense contre une transformation trop rapide de leurs dispositions.

5Les chapitres suivants examinent les trajectoires des étudiants au sortir de la classe préparatoire expérimentale : un tiers intègre une grande école, quand près de la moitié s’inscrit à l’université. Le chapitre 4 revient sur les expériences diverses vécues par les bénéficiaires de l’ouverture sociale qui découvrent « la fac », et notamment sur leurs ajustements parfois difficiles à ce nouvel univers, sur leurs rapports à l’avenir tâtonnants, et sur la réévaluation à la baisse de leurs aspirations initiales, qui conduit à accélérer leur reclassement par la recherche d’un emploi stable et, partant, à réduire l’amplitude de leur déplacement social. Le chapitre suivant s’intéresse à ceux qui poursuivent dans l’enseignement supérieur professionnel long, à l’Institut universitaire professionnalisé (IUP) de la région, ce qui leur permet « d’éviter la fac » tout en étant gage d’une insertion professionnelle satisfaisante, bien qu’en deçà des aspirations initiales. L’auteur donne à voir les tensions auxquelles les étudiants sont en prise, entre une « quête du salut culturel » (l’apprentissage de savoirs) et une « quête du salut matériel » (l’affranchissement des limitations pesant sur leurs conditions d’existence) qui prend progressivement le pas (p. 245-246). Le chapitre 6 montre les malentendus générés par la situation d’entre-deux social que connaissent les « reçus » aux concours des grandes écoles, et leurs efforts pour inventer des arrangements entre leur sociabilité sur la scène scolaire et leur vie familiale et amicale, où les normes langagières, corporelles et culturelles ne sont pas les mêmes. Cette « ambivalence situationnelle » (p. 341) à laquelle conduit la confrontation à de multiples dilemmes (à la fois « rester soi-même » et « s’intégrer ») peut donner naissance à un « habitus clivé », soit un dédoublement ou une combinaison durable (mais problématique pour les intéressés) de manières d’être et de penser (p. 314). Enfin, le dernier chapitre analyse justement comment s’effectuent l’harmonisation et les « retours à l’équilibre », qui « sont le fruit de dynamiques socialisatrices à travers lesquelles leurs dispositions initiales se maintiennent, se transforment ou disparaissent » (p. 353).

6Il faut saluer ici la démarche de Paul Pasquali, qui restitue finement les expériences vécues du déplacement social sur différentes scènes (familiale, résidentielle, conjugale, amicale), en analysant ce déplacement non seulement comme une immigration sociale, mais encore comme une émigration, avec ce que cela induit comme tensions et comme possibilités (ou non) d’allers-retours entre les frontières sociales (p. 377). C’est là la principale originalité de cet ouvrage dans la littérature désormais abondante sur l’« ouverture sociale » des grandes écoles, dont on pourra néanmoins regretter que l’auteur ne tienne pas suffisamment compte dans ses développements, ne serait-ce que pour en discuter les apports et les spécificités par rapport à son terrain d’enquête. En effet, ici, les enquêtés semblent appartenir à des milieux plus défavorisés que dans d’autres dispositifs de « démocratisation » : parmi les enquêtés, deux tiers sont enfants d’ouvriers, d’employés ou de chômeurs longue durée. D’ailleurs, le tiers restant étant composé d’individus d’origine moyenne ou supérieure, on peut se demander dans quelle mesure l’auteur peut les qualifier de « migrants de classe ». On regrettera ici que la description et l’analyse des propriétés sociales objectives de ces bénéficiaires des politiques d’« ouverture sociale » soient trop rapides et ne permettent pas de bien mesurer l’ampleur du déplacement social et de la migration de classe qu’ils subissent (inégalement). Si l’auteur donne à lire de nombreux récits de vie qui font la richesse de l’ouvrage, la variété des usages de ces dispositifs qui ressortent des entretiens avec les enquêtés pose également la question de la généralisation possible des expériences de déplacement social. Surtout, le lecteur peut régulièrement être amené à s’interroger sur la spécificité de l’expérience vécue par les bénéficiaires des politiques d’« ouverture sociale », qui sont loin d’être les seuls à vivre de telles tensions et à se sentir « déplacés » en découvrant l’enseignement supérieur. Par ailleurs, si l’auteur, dans sa démarche ethnographique, précise régulièrement les conditions de l’enquête, et en particulier des entretiens répétés dans le temps, qui le conduisent par exemple à apporter ses conseils (de méthode, d’orientation, etc.) aux enquêtés (il se décrit lui-même à plusieurs reprises comme un « coach », par exemple p. 179), on aurait aimé le voir questionner davantage les éventuelles interférences de ses propres injonctions et encouragements dans les trajectoires de ses enquêtés. Enfin, on pourra probablement être déçu par le fait que seuls deux chapitres (6 et 7) traitent de la question de savoir « comment les “filières d’élite” entrouvrent leurs portes », et ce uniquement à travers le regard des bénéficiaires des politiques d’« ouverture sociale », et non de leurs promoteurs ou des « autres » étudiants des grandes écoles.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nazli Nozarian, « PASQUALI Paul. Passer les frontières sociales. Comment les « filières d’élite » entrouvrent leurs portes », Revue française de pédagogie, 191 | 2015, 146-148.

Référence électronique

Nazli Nozarian, « PASQUALI Paul. Passer les frontières sociales. Comment les « filières d’élite » entrouvrent leurs portes », Revue française de pédagogie [En ligne], 191 | avril-mai-juin 2015, mis en ligne le 30 juin 2015, consulté le 25 mai 2017. URL : http://rfp.revues.org/4795

Haut de page

Auteur

Nazli Nozarian

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, CESSP

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org