Navigation – Plan du site
Varia

Apprendre : faire apprendre

Learning and teaching
Gérard Sensevy
p. 109-120

Résumés

Cet article fournit une première réflexion quant à ce qui paraît constituer un point aveugle de certaines recherches en éducation, qui semblent penser l’apprentissage indépendamment de l’enseignement. La première partie décrit une hypothèse ontologique, qui considère la socialité foncière de l’être humain, et le rôle de l’action conjointe dans cette socialité. On montre ensuite, dans la deuxième partie, comment cette hypothèse ontologique est une hypothèse sémiotique, en ce qu’elle attribue aux formes symboliques et à leur reconnaissance une importance cruciale dans l’action conjointe. La troisième partie envisage les conséquences de cette dépendance de l’apprentissage à l’enseignement sur l’expérience éducative et avance l’idée selon laquelle la forme scolaire classique interdit dans une très large mesure le travail des formes symboliques et l’émancipation qu’il pourrait permettre. L’article se clôt sur une quatrième partie évoquant les rapports entre l’individu et le social au sein de l’ontologie proposée dans l’article.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Une hypothèse ontologique : la socialité première
Une hypothèse ontologique : socialité première et formes symboliques
Socialité première et organisation de l’expérience : quelle expérience ?
La socialité première et la personne

Aperçu du début du texte

Introduction

Dans cet article, je rassemble certains éléments d’une première réflexion quant à ce qui me paraît constituer un point aveugle de certaines recherches en éducation, qui semblent penser l’apprentissage indépendamment de l’enseignement. Les déterminants de cet état de fait sont multiples, et je ne tenterai pas d’en décrire systématiquement la genèse. J’essaierai plutôt de donner en substance quelques-unes des raisons pour lesquelles on doit penser l’apprendre comme solidaire d’un enseigner ou d’un faire apprendre. Je décrirai ensuite quelques conséquences d’une telle conception.

Cette réflexion provient d’un point de vue, celui de la didactique, conçue comme science du didactique, le didactique étant défini « au minimum », dans la tradition de recherche inaugurée par Yves Chevallard (par exemple 1991, 2007), comme ce qui se passe quand quelqu’un (le « professeur ») agit, dans une situation donnée, pour que quelqu’un d’autre (« l’élève ») apprenne quelque chose (« le savoir ...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gérard Sensevy, « Apprendre : faire apprendre », Revue française de pédagogie, 192 | 2015, 109-120.

Référence électronique

Gérard Sensevy, « Apprendre : faire apprendre », Revue française de pédagogie [En ligne], 192 | juillet-août-septembre 2015, mis en ligne le 30 septembre 2018, consulté le 25 juin 2017. URL : http://rfp.revues.org/4846 ; DOI : 10.4000/rfp.4846

Haut de page

Auteur

Gérard Sensevy

Université de Bretagne Occidentale, ESPE de Bretagne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org