Navigation – Plan du site
In Memoriam

In Memoriam

Gaston Mialaret (1918-2016)
Francine Best et Henri Peyronie
p. 135-138

La communauté des sciences de l’éducation est en deuil après le décès de Gaston Mialaret – entouré des siens – ce 30 janvier, à l’âge de 97 ans.

Gaston Mialaret est et restera une grande figure de la pédagogie et des sciences de l’éducation francophones. Il a été, avec Jean Château et Maurice Debesse, le créateur de cette discipline dans l’université française, en 1967. Quelques jours avant sa mort, il affirmait encore que c’était là le « grand acte » de sa vie.

  • 1 G. Mialaret (1993), « Itinéraire de vie », in Perspectives documentaires en éducation, no 28, repri (...)

Gaston Mialaret est né en 1918, un mois avant la fin de la « Grande Guerre » ; il a donc entièrement vécu son enfance et son adolescence dans ce moment de l’entre-deux-guerres, agité idéologiquement et scientifiquement. Au milieu des années 1930, il est élève-maître à l’École normale d’instituteurs de Cahors. Dans un récit de son « itinéraire personnel », il indique que grâce à une décision d’Anatole de Monzie, ministre de l’Instruction publique en 1925 puis en 1932 et sénateur-maire de Cahors, les élèves de l’école normale et ceux du lycée de cette ville étaient partiellement regroupés ; c’est ce qui lui permet de passer non seulement l’examen du « brevet supérieur » (examen terminal des futurs instituteurs) mais encore l’examen du « baccalauréat » qui l’autorise à poursuivre des études universitaires : c’est ainsi qu’il peut faire des études de mathématiques à l’université de Toulouse1. Il gardera profondément la marque de la rigueur scientifique que donnent de telles études jusqu’à la transposer aux sciences de l’éducation.

Il est instituteur pendant quelque temps dans le département du Lot à partir de 1939. Puis après la guerre et le temps de la mobilisation, il devient professeur de mathématiques au lycée d’Albi où, après la Libération, il est chargé d’organiser « les classes nouvelles » impulsées par Gustave Monod au ministère : ce sont ses premiers engagements dans le courant de l’Éducation nouvelle.

Désireux de devenir directeur d’école normale, Gaston Mialaret se présente au concours d’élèves-inspecteurs de l’École normale supérieure de Saint-Cloud en 1946. Il y suit les cours de philosophie de É. Bréhier, H. Gouhier, R. Polin, R. Bayer et de Raphaël Lévêque auquel il voua toute sa vie reconnaissance et amitié…

La convergence entre le moment historique de la Libération, qui ouvrit « le champ des possibles » institutionnels, et l’ouverture d’un « moment pédagogique » dans l’histoire culturelle française (les problématiques concernant l’enseignement, la formation et l’éducation deviennent majeures) explique en partie le devenir de Gaston Mialaret. Ainsi, parallèlement à sa formation d’élève-inspecteur, il est parmi les tout premiers étudiants (en même temps que l’un des premiers intervenants…) de la nouvelle licence de psychologie, créée à la Sorbonne en 1947. Il suit les cours de P. Guillaume, R. Cousinet, D. Lagache, ainsi que ceux de H. Wallon, de H. Piéron et de R. Zazzo qui allaient exercer sur lui une influence déterminante. Il est reçu au concours du professorat de psycho-pédagogie des ENNA (École normale nationale d’apprentissage), ces écoles créées en 1945 en vue de la formation des personnels enseignants des Centres d’apprentissage (ancêtres des lycées professionnels) ; cette réussite lui vaut de s’engager dans la formation de professeurs de mathématiques et de sciences.

Mais, sur la proposition de Wallon, c’est comme assistant à l’ENS de Saint-Cloud que Gaston Mialaret est alors recruté ; il y organise le premier laboratoire de psycho-pédagogie de cette école en 1948, tout en faisant le choix de continuer à enseigner les mathématiques dans une classe de cours complémentaire de Saint-Cloud qu’il suit depuis la 6e jusqu’à l’examen du Brevet élémentaire, pratiquant ce qu’on n’appelait pas encore une sorte de recherche-action pédagogique (et encore moins recherche-intervention…).

Il soutiendra ses deux thèses (sur l’enseignement des mathématiques et sur la formation des professeurs de mathématiques) en 1957. Mais dès 1953, Raphaël Lévêque, qui a été le professeur de philosophie dont il était le plus proche à l’ENS de Saint-Cloud, nommé professeur à l’université de Caen, le fait venir dans cette université pour y développer l’enseignement de la psychologie et y créer la licence : et c’est à Caen qu’il va accomplir la quasi-totalité de sa carrière entre 1953 et 1984, soit 31 années, du statut de chef de travaux à celui de professeur (avec « chaire »). Gaston Mialaret disait volontiers que Raphaël Lévêque lui avait appris à lire un texte, qu’il soit de philosophie ou de psychologie. Sa volonté d’intégrer la philosophie aux sciences de l’éducation vient de cette reconnaissance amicale et fidèle.

À la même époque, Robert Dottrens, professeur à l’Université de Genève et co-fondateur, avec Jean Piaget, du Bureau international d’éducation en 1929, amorce la création d’un réseau francophone de recherche en psycho-pédagogie, ou en pédagogie expérimentale, qui deviendra l’Association internationale de pédagogie expérimentale de langue française (AIPELF) en 1958. La présidence en sera confiée à Gaston Mialaret pendant plus de 20 années.

Comme il l’avait fait à Saint-Cloud, Gaston Mialaret crée à Caen, dès 1956, un « laboratoire de psycho-pédagogie » : le nom de ce laboratoire indique bien quel est le paradigme qui structure les orientations épistémologiques des recherches en éducation qui y sont conduites. Et ce laboratoire gardera ce nom quand, en octobre 1967, la chaire professorale de psychologie de Gaston Mialaret sera transformée en chaire de « sciences de l’éducation », après la création de cette discipline universitaire par le décret du 11 février 1967. Mais dans le début de ces années 1960, c’est encore la notion de pédagogie qui s’impose, en France, pour nommer ce champ culturel (en Suisse, l’Institut Jean-Jacques Rousseau fut intitulé « École des sciences de l’éducation » dès 1912). Et c’est encore ce même mot qui sera choisi pour qualifier le très important Traité des sciences pédagogiques, coordonné par M. Debesse et G. Mialaret, dont les huit volumes seront édités aux Presses universitaires de France entre 1969 et 1978.

  • 2 Fonds d’archives du CERSE.
  • 3 Par « école expérimentale » il faut entendre, ici, une école où le chercheur, psychologue, pouvait (...)

Les rapports annuels sur « les activités du laboratoire de psycho-pédagogie de l’université de Caen » des années 1960 illustrent bien cette orientation2 : c’est de pédagogie scolaire qu’il s’agit, et en particulier de la question de l’apprentissage et de l’enseignement de la lecture et des mathématiques ; d’autant qu’une école primaire du quartier limitrophe du campus de l’université est dotée, à la demande de Gaston Mialaret, d’un statut d’école expérimentale, en liaison avec ce laboratoire3. On y repère l’importance des préceptes méthodologiques exprimés dans l’ouvrage de Raymond Buyse, de 1935, L’Expérimentation en pédagogie. Une autre dimension de recherche importante (en particulier par des travaux de thèse de doctorat) est donnée par l’introduction des méthodes audiovisuelles dans l’enseignement, en liaison avec le laboratoire de Saint-Cloud qui a investi fortement cette orientation nouvelle.

C’est donc en 1967 que, sous l’impulsion de Maurice Debesse, Jean Château et Gaston Mialaret, sont créées les sciences de l’éducation dans trois universités françaises : Paris, Bordeaux et Caen (Plaisance & Vergnaud, 1993 ; Charlot, 1995 ; Laot & Rogers, 2015). Cette création indique probablement un double élargissement des ambitions de la pédagogie : traditionnellement à dominante philosophique et psychologique, celle-ci s’ouvre à l’ensemble des questionnements des sciences humaines dans le champ de l’éducation ; elle s’élargit également à d’autres publics – des enfants aux adultes –, et s’efforce désormais de prendre en compte la multiplicité des pratiques sociales dans l’ensemble des instances d’éducation (famille, école, mouvements de jeunesse, lieux de gérontologie, éducation informelle…) et dans des processus qu’elle ignorait auparavant (dans l’ordre de la formation professionnelle, de l’orientation, du pilotage de la relation formation-emploi…).

La création des « sciences de l’éducation » résonne avec les préoccupations et les travaux de l’Association d’études pour l’expansion de la recherche scientifique (AEERS), exprimés – en particulier – lors du colloque de Caen de novembre 1966, puis lors du colloque d’Amiens de mars 1968 : développement de la recherche fondamentale et des recherches en lien avec le développement économique, extension des recherches sur l’éducation, nécessité de l’éducation permanente utilisant les moyens de formation à distance et les ressources culturelles extra-universitaires, création dans les universités d’enseignements de préparation à la vie professionnelle, nécessité de repenser les systèmes de formation des maîtres de tous les degrés…

Parallèlement, Gaston Mialaret succède à Henri Wallon à la présidence du Groupe français d’éducation nouvelle (GFEN) en 1962 ; il allait le rester jusqu’en 1969. Henri Wallon (succédant lui-même à Paul Langevin) l’avait été de 1946 jusqu’à sa mort en 1962.

  • 4 Robert Gloton, l’inspecteur animateur du Groupe expérimental du 20e arrondissement de Paris (et de (...)

La revue Les Sciences de l’éducation-Pour l’Ère nouvelle est créée à Caen en 1967 (le premier numéro – qui paraît quelques mois avant le premier numéro de la Revue française de pédagogie – porte la date de « janvier-mars 1967 »). Cette revue témoigne du double engagement de Gaston Mialaret : l’engagement dans le militantisme pédagogique inscrit dans le mouvement de l’Éducation nouvelle (la nouvelle revue reprend le titre de la revue du GFEN, Pour l’Ère nouvelle), et l’engagement dans la pédagogie à aspiration scientifique (la revue prend pour titre principal le nom de la discipline universitaire qui est sur le point d’être créée, Les Sciences de l’éducation, et elle publiera régulièrement les actes des congrès de l’AIPELF en 1967, 1972, 1975…). Gaston Mialaret partageait ce double engagement avec Roger Gal, responsable de la recherche pédagogique à l’Institut pédagogique national et en même temps membre du GFEN, décédé en 1966, auquel le premier numéro de la nouvelle revue rend hommage, sous la plume de R. Gloton4 : au-delà de l’évocation nécrologique, ce texte d’hommage constitue une véritable déclaration d’intention quant à la ligne éditoriale de la revue, pour son orientation scientifique, pour ses valeurs politiques en matière scolaire, pour ses options pédagogiques et pour l’articulation entre ces trois ambitions.

On doit encore à Gaston Mialaret (en collaboration avec le Dr R. Villey, grande figure caennaise) la création à Caen, en 1958, d’un « centre psycho-pédagogique », devenu « centre médico psycho-pédagogique » en 1965. La procédure de consultation et d’accueil des enfants en difficulté (caractérisés par des troubles psychiques) y est sensiblement la même qu’au Centre Claude Bernard à Paris ; mais, à la différence de ce centre et de celui de Strasbourg, l’approche clinique n’y est pas d’inspiration psychanalytique (cf. Chedeville-Remadi, 2004). En termes de « domination dans le champ » (le champ des pratiques à visée thérapeutique pour l’enfance en difficulté psychique), on peut dire que c’est alors un des rares lieux où la référence psycho-pédagogique prend le pas sur la référence médicale.

  • 5 Et même plus de quarante ans, si l’on considère qu’il avait co-dirigé auparavant la « Section pédag (...)

Après avoir été co-responsable de l’institutionnalisation de la discipline universitaire des sciences de l’éducation en France, il contribue fortement à sa structuration : en participant à la création de l’Association des enseignants et chercheurs en sciences de l’éducation, en 1971 (il la préside de 1976 à 1982) (Hedjerassi, 2015), en siégeant au Conseil national des universités (CNU, anciennement Comité consultatif des universités) de la 70e section (créée en 1969), ou encore en dirigeant deux grandes collections de sciences de l’éducation aux Presses universitaires de France pendant près de quarante ans5.

Gaston Mialaret fut également président de l’Organisation mondiale pour l’éducation pré-scolaire (OMEP) de 1968 à 1974. Le combat pour la petite enfance incarnait bien les lignes de force de son univers : l’importance de la psychologie du développement dans la pensée de l’action pédagogique, l’importance de l’éducation préscolaire pour la démocratisation de l’enseignement et l’engagement pour une éducation « qui réalise le droit de chacun à vivre selon sa personnalité » (dans la ligne de l’Éducation nouvelle).

Gaston Mialaret fut expert auprès des grands organismes : UNESCO, OUA (Organisation de l’unité africaine), UNICEF, OCDE… Il accomplit de très nombreuses missions, plus particulièrement en Afrique et en Amérique du Sud. Il fut directeur du Bureau international de l’éducation, à Genève, en 1987-1988. Infatigable et généreux, il partageait les principes et les idéaux de l’UNESCO : la paix grâce à la culture et à l’éducation.

La somme des écrits scientifiques de Gaston Mialaret, livres, articles et rapports de recherche, est immense : Éducation nouvelle et monde moderne (1966) ; L’apprentissage des mathématiques (1967) ; Vocabulaire de l’éducation (1979) ; Pédagogie générale (1991) ; Le Plan Langevin-Wallon (1997) ; Les sciences de l’éducation (première édition en 1976, 11e édition en 2011)… Le nouvel esprit scientifique et les sciences de l’éducation, paru en 2010, constitue un quasi-testament épistémologique démontrant la rationalité et la scientificité de ses choix.

Enseigner, être enseignant constituent, pour Gaston Mialaret, « le plus beau métier du monde » comme il le déclara lors de la cérémonie où lui furent remis les insignes de commandeur de la Légion d’honneur en 2014. La formation des enseignants doit pouvoir se fonder et s’appuyer sur les sciences de l’éducation et les recherches qu’elles engendrent.

  • 6 « Disparition de Gaston Mialaret », communiqué de presse, Najat Vallaud-Belkacem, 3 février 2016.

Les ministres de l’Éducation nationale et de l’Enseignement supérieur, Najat Vallaud-Belkacem et Thierry Mandon, nous rappellent le rôle qu’il a joué au Québec dans le développement exceptionnel de la discipline des sciences de l’éducation : « Infatigable militant pour l’éducation nouvelle et préscolaire, Gaston Mialaret a contribué à développer les sciences de l’éducation au Québec et a joué un rôle important auprès des générations de chercheurs qui se sont formés auprès de lui, en publiant leurs travaux en sa qualité d’éditeur aux Presses universitaires de France »6.

Grand lecteur de Gaston Bachelard, épris de rigueur scientifique, convaincu que l’expérimentation devait avoir droit de cité dans l’action éducative, Gaston Mialaret n’a jamais cessé de vouloir et d’espérer, avec une énergie sans relâche, que l’éducation devienne l’objet scientifiquement construit, exploré, analysé par plusieurs sciences humaines reconnues par l’université et synthétisées en « sciences de l’éducation ».

Bibliographie

BUYSE R. (1935). L’expérimentation en pédagogie. Bruxelles : M. Lamertin.

CHARLOT B. (1995). Les Sciences de l’éducation : un enjeu, un défi. Paris : ESF éditeur.

CHEDEVILLE-REMADI M. (2004). Le CMPP de l’université de Caen. Mémoire de maîtrise, sciences de l’éducation, université de Caen.

DEBESSE M. & MIALARET G. (dir.) (1969-1978). Traité des sciences pédagogiques. Paris : PUF, 8 vol.

HEDJERASSI N. (2015). « Naissance et premiers pas de l’AECSE, 1968-1971 ». In F. Laot & R. Rogers (dir.), Les Sciences de l’éducation. Émergence d’un champ de recherche dans l’après-guerre. Rennes : Presses universitaires de Rennes, p. 263-278.

LAOT F. & ROGERS R. (dir.) (2015). Les Sciences de l’éducation. Émergence d’un champ de recherche dans l’après-guerre. Rennes : Presses universitaires de Rennes.

MIALARET G. (1966). Éducation nouvelle et monde moderne. Paris : PUF.

MIALARET G. (1967). L’apprentissage des mathématiques. Bruxelles : Dessart.

MIALARET G. (1976). Les sciences de l’éducation. Paris : PUF, coll. « Que sais-je ? ».

MIALARET G. (1979). Vocabulaire de l’éducation. Paris : PUF.

MIALARET G. (1991). Pédagogie générale. Paris : PUF.

MIALARET G. (1993). « Itinéraire de vie ». Perspectives documentaires en éducation, no 28, p. 5-26.

MIALARET G. (1993). « Itinéraire de vie ». In L. Marmoz (dir.), Gaston Mialaret. L’éducateur, le pédagogue, le chercheur. Paris : PUF.

MIALARET G. (1997). Le Plan Langevin-Wallon. Paris : PUF.

MIALARET G. (2010). Le nouvel esprit scientifique et les sciences de l’éducation. Paris : PUF.

PLAISANCE É. & VERGNAUD G. (1993). Les Sciences de l’éducation. Paris : La Découverte.

Haut de page

Notes

1 G. Mialaret (1993), « Itinéraire de vie », in Perspectives documentaires en éducation, no 28, repris dans l’ouvrage collectif d’hommage : Gaston Mialaret. L’éducateur, le pédagogue, le chercheur.

2 Fonds d’archives du CERSE.

3 Par « école expérimentale » il faut entendre, ici, une école où le chercheur, psychologue, pouvait conduire des observations (voire des expérimentations) sur les enfants, et non pas une école mettant en œuvre des innovations pédagogiques. Cette polysémie du qualificatif « expérimental » accolé au mot « pédagogie » a souvent induit une incompréhension et des malentendus importants de la part des pédagogues-praticiens militants et innovateurs vis-à-vis des chercheurs en sciences de l’éducation se réclamant de la « psycho-pédagogie expérimentale ».

4 Robert Gloton, l’inspecteur animateur du Groupe expérimental du 20e arrondissement de Paris (et de l’école de la rue de Vitruve), succédera à G. Mialaret à la présidence du GFEN en 1969.

5 Et même plus de quarante ans, si l’on considère qu’il avait co-dirigé auparavant la « Section pédagogie » de la collection « Bibliothèque scientifique internationale », aux PUF, en collaboration avec J. Château et M. Debesse (déjà…) et Marc-André Bloch, philosophe de l’éducation, son collègue à l’université de Caen dans les années 1960.

6 « Disparition de Gaston Mialaret », communiqué de presse, Najat Vallaud-Belkacem, 3 février 2016.

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org