Navigation – Plan du site
Notes critiques & lectures

BLANCHARD Marianne. Les Écoles supérieures de commerce. Sociohistoire d’une entreprise éducative en France

Paris : Classiques Garnier, 2015, 411 p.
Anne-Catherine Wagner
p. 143-145
Référence(s) :

BLANCHARD Marianne. Les Écoles supérieures de commerce. Sociohistoire d’une entreprise éducative en France. Paris : Classiques Garnier, 2015, 411 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage a pour objet la sociohistoire d’un groupe spécifique d’écoles supérieures de commerce (ESC) : les écoles de province du réseau des anciennes écoles supérieures de commerce et d’administration des entreprises (ESCAE), gérées par les chambres de commerce et d’industrie locales, qui ont une position « moyenne » dans la hiérarchie des écoles de commerce. Partant du constat de la croissance sans précédent des effectifs des écoles de commerce, il se propose de revenir sur la manière dont de petits établissements au recrutement essentiellement régional sont parvenus, pour certains, à devenir de « grandes écoles » aux ambitions nationales, voire internationales. Contre l’idée que ces évolutions peuvent se déduire d’une réponse aux besoins des milieux économiques ou aux demandes des familles, Marianne Blanchard adopte une approche « institutionnelle » afin de rendre compte de la forme très spécifique qu’ont prise en France les écoles supérieures de commerce par rapport aux formations au commerce et à la gestion dans d’autres pays. Elle s’appuie pour cela sur des entretiens auprès de responsables administratifs ou d’enseignants de 14 écoles, de journalistes, de professeurs de classes préparatoires ou d’experts, sur un dépouillement de nombreuses archives et sur une collecte de données statistiques et administratives.

2La première partie porte sur la période allant de la fin du xixe siècle jusqu’en 1979 et retrace la façon dont ces établissements, à la suite d’HEC qui sert continûment de référence, se plient progressivement au modèle des « grandes écoles ». Si ce sont des entrepreneurs individuels, relayés par les chambres de commerce, qui ont été à l’origine de l’ouverture et de l’essor des écoles à la fin du xixe siècle, ces établissements qui scolarisent essentiellement des enfants de patrons et de commerçants locaux recherchent très tôt la reconnaissance par l’État. Le contrôle de l’État va s’intensifier progressivement, réglementant le recrutement et la scolarité dans les ESC et tendant à élever continûment leur niveau d’exigence scolaire, jusqu’à l’obligation du concours pour tous après la seconde guerre mondiale et au glissement du commerce vers « l’administration des entreprises ».

3L’auteur analyse les contradictions liées à la recherche de légitimité académique, avec notamment le développement des classes préparatoires. L’élévation des exigences scolaires a pour effet de restreindre le nombre de candidats et donc les ressources financières des établissements qui sont conduits à rechercher d’autres formes de recrutement. L’introduction de principes de sélection fondés sur le « savoir être », le recrutement sur titre des étudiants à l’université puis surtout l’ouverture aux femmes constituent autant de stratégies pour répondre à ces exigences contradictoires, à savoir renforcer la sélectivité scolaire tout en poursuivant l’expansion des effectifs.

4La seconde partie, « Faire face aux logiques de marché », analyse les effets de la transformation du contexte universitaire dans la période 1979-1998. Les logiques de concurrence poussent les ESCAE à coopérer pour maintenir une identité commune et se distinguer des nombreuses « petites » écoles privées qui apparaissent alors. En 1995, la durée des classes préparatoires passe d’une à deux années, alignant les écoles de commerce sur le modèle des grandes écoles scientifiques et littéraires. En même temps, ces logiques de concurrence les incitent à s’autonomiser pour se différencier les unes des autres et attirer les candidats, en recherchant de nouvelles sources, internationales, de légitimité ou en diversifiant leur offre de formation. Ce mouvement centrifuge aboutira aux départs successifs de plusieurs établissements jusqu’à la dissolution du réseau en 1991. Le double mouvement d’homogénéisation et de différenciation se traduit par des transformations incessantes (changement d’appellations, d’alliances, mais aussi des positions relatives des écoles), qui expliquent la complexité et l’opacité du paysage de l’enseignement supérieur de gestion à la fin des années 1990. La crise de recrutement, qui culmine à la fin des années 1990, agit comme révélateur : elle se traduit par une crise financière pour un certain nombre d’écoles et par une crise de légitimité. Elle creuse aussi l’écart entre les « grandes » écoles, principalement parisiennes, et les autres.

5La troisième partie de l’ouvrage porte sur la période la plus contemporaine. Les années 2000 sont une période de réorganisation profonde des études de commerce, sous l’effet notamment de l’émergence de multiples dispositifs d’évaluation et de contrôle des formations. L’auteur analyse ainsi la genèse de la commission d’évaluation des formations et diplômes à la gestion – dite commission Helfer – qui délivre le grade de master, puis l’essor des accréditations internationales (EQUIS, AACSB, AMBA) et des classements opérés par la presse (L’Expansion, Le Point, L’Étudiant, etc.). Alors que les écoles de gestion sont longtemps restées étrangères aux activités de recherche, l’essor de ces évaluations provoque un véritable « tournant académique » : l’investissement dans la recherche, le recrutement d’enseignants « publiants » deviennent des enjeux dans la lutte de concurrence entre les établissements, qui doivent désormais concilier recherche académique et liens avec les entreprises. Le dernier chapitre montre que, si les écoles développent les admissions parallèles et multiplient mastères spécialisés, bachelors ou MBA pour attirer un public international, le programme « grande école » et le recrutement sur concours restent des sources centrales de légitimité. Les critères concurrents de classement ont pour effet de renforcer les hiérarchies préexistantes : les écoles les plus « scolaires » et les mieux cotées sont aussi les plus chères et celles qui sélectionnent les étudiants aux origines sociales les plus élevées.

6Cet ouvrage, très bien documenté et argumenté, éclaire une histoire qui restait en grande partie méconnue. Sur ces établissements dispersés géographiquement sur le territoire français et réticents à livrer des informations qui pourraient compromettre leur image, ce livre réussit la gageure de proposer un tableau historique embrassant plus d’un siècle, s’appuyant à chaque étape sur une synthèse de la littérature et sur de riches données.

7Il est l’occasion de réinterroger d’une manière nouvelle la notion de « grande école », appellation aux contours flous, et la question des frontières et des hiérarchies scolaires. Le cas des écoles de commerce, qui constituent un modèle à part dans l’enseignement supérieur français du fait de leur statut privé et de leurs liens avec les chambres de commerce, pose la question de l’articulation entre la quête de reconnaissance académique et les logiques de marché, et plus généralement celle des effets de la mise en concurrence des établissements, dont on voit bien comment elle contribue à accroître les logiques ségrégatives.

8Un travail de cette ampleur suscite forcément quelques frustrations. On regrette par exemple de ne pas plus entrer à l’intérieur des ESC et d’avoir peu d’informations sur les pratiques pédagogiques. Il aurait aussi été utile, pour analyser la tension entre les logiques académiques et économiques, d’en savoir plus sur les enseignants, l’évolution de leurs statuts, les circulations entre les écoles et les entreprises. Mais ces regrets sont suscités avant tout par la richesse du travail réalisé, qui donne des clés pour comprendre le succès de ces formations et, au-delà, les formes nouvelles d’articulation entre modes de pensées gestionnaires et logiques académiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne-Catherine Wagner, « BLANCHARD Marianne. Les Écoles supérieures de commerce. Sociohistoire d’une entreprise éducative en France », Revue française de pédagogie, 192 | 2015, 143-145.

Référence électronique

Anne-Catherine Wagner, « BLANCHARD Marianne. Les Écoles supérieures de commerce. Sociohistoire d’une entreprise éducative en France », Revue française de pédagogie [En ligne], 192 | juillet-août-septembre 2015, mis en ligne le 30 septembre 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://rfp.revues.org/4858

Haut de page

Auteur

Anne-Catherine Wagner

Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, CESSP-CSE

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org