Navigation – Plan du site
Positions, débats et controverses

L’école française et l’invention de la note. Un éclairage historique sur les polémiques contemporaines

French schools and the invention of marking. A historical perspective on contemporary controversies
Pierre Merle
p. 77-88

Résumés

Dans l’école française, les réformes de l’évaluation des élèves, objet récurrent de polémiques, débouchent le plus souvent sur l’abandon des pratiques innovantes. L’attachement à la note chiffrée tiendrait à des vertus pédagogiques sacralisées par la tradition. L’analyse historique montre que le recours à la note chiffrée est globalement absent des pratiques d’évaluation jusque dans les années 1880-1890. L’invention de la note, consubstantielle au développement des examens et concours, est relativement récente, et la note s’est progressivement diffusée de façon descendante dans l’institution scolaire. Cependant, dès le xviiie siècle, le clivage entre une évaluation essentiellement sélective et une évaluation principalement fondée sur des compétences distingue des conceptions élitiste et démocratique de l’école française.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2019.
Consulter cet article

Plan

Les collèges jésuites : une concurrence perpétuelle entre élèves
L’Institut des Frères des Écoles chrétiennes : une hiérarchie des compétences
Les postérités spécifiques du collège jésuite et des Écoles chrétiennes
Le concours de l’École de la Marine : une nouvelle forme d’évaluation des compétences
L’École des ponts et chaussées, l’École polytechnique et l’invention de la note chiffrée
La diffusion de l’évaluation chiffrée dans les enseignements primaires et secondaires
Conclusion

Aperçu du début du texte

Présentée en septembre 2015, la réforme du collège prévoit de nouvelles modalités d’évaluation des élèves. À l’école élémentaire, les notes devraient disparaître à la rentrée scolaire 2016. En collège, la place des notes serait réduite. Cette réforme fait suite à plusieurs échecs antérieurs. Par exemple, dans une circulaire du 6 janvier 1969, Edgar Faure avait sans succès préconisé la substitution d’une notation par lettres, de A à E, à la traditionnelle note sur 20. À partir de 2008, le ministère de l’Éducation nationale a souhaité la mise en œuvre d’une évaluation par compétences dont les principes ont été fixés par un Livret personnel de compétences (LPC). Celui-ci a fait l’objet de fréquentes contestations syndicales. En 2013, l’Inspection générale indique que le LPC, « vécu comme une forme de gadget et de lubie institutionnelle », a souvent été adopté par les professeurs « pour la forme, tout en continuant à utiliser, par habitude et réticence face à la nouveauté, la notation c...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Pierre Merle, « L’école française et l’invention de la note. Un éclairage historique sur les polémiques contemporaines », Revue française de pédagogie, 193 | 2015, 77-88.

Référence électronique

Pierre Merle, « L’école française et l’invention de la note. Un éclairage historique sur les polémiques contemporaines », Revue française de pédagogie [En ligne], 193 | octobre-novembre-décembre 2015, mis en ligne le 31 décembre 2018, consulté le 25 avril 2017. URL : http://rfp.revues.org/4899 ; DOI : 10.4000/rfp.4899

Haut de page

Auteur

Pierre Merle

ESPE de Bretagne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org