Navigation – Plan du site

Des « héritières » dans la formation d’assistante de service social ? Aspiration au travail social et reclassement

The “inheritor” women in the social work training? Educational ambition and reclassement
Ruggero Iori
p. 37-50

Résumés

Cet article interroge le choix par des étudiantes issues des classes supérieures de filières courtes et professionnelles pour devenir assistantes de service social. En partant d’une histoire de cette formation complétée par des données socio-démographiques générales, il resitue d’abord cette filière au sein de l’espace du supérieur. L’attention portée aux pratiques de recrutement dans ce segment professionnel permet ensuite de mettre en relation les dispositions particulières requises par les écoles lors de la sélection avec les appartenances de classes des étudiantes entrantes. Le regard plus particulier porté sur les étudiantes issues des classes supérieures permet de voir comment, loin de représenter des parcours linéaires, leurs trajectoires doivent être comprises à l’articulation des parcours antérieurs, des socialisations étudiantes diverses et des stratégies de recrutement des écoles.

Haut de page

Accès au texte / extrait

Cairn

Texte intégral disponible via abonnement/accès payant sur le portail Cairn. Le texte intégral en libre accès sera disponible à cette adresse en janvier 2020.
Consulter cet article

Plan

Introduction
Une formation centenaire à la croisée des filières du supérieur
Une sociographie des élèves en formation
La sélection de compétences socialement situées
Les étudiantes d’origine supérieure : des « héritières » ?
Conclusion

Aperçu du début du texte

Introduction

La formation professionnelle au métier d’assistante de service social (ou plus fréquemment « assistante sociale ») a regroupé pendant longtemps et en large majorité des femmes célibataires des classes moyennes et supérieures, soucieuses de reconvertir, souvent contre l’avis parental, des expériences bénévoles et des dispositions d’« aide aux autres » acquises lors de leurs trajectoires (Verdès-Leroux, 1978 ; Guerrand & Rupp, 1978). Après plusieurs décennies d’« expansion scolaire » (Prost, 2013), ce cursus a progressivement évolué dans sa composition et regroupe aujourd’hui un public aux origines sociales fortement hétérogènes avec l’arrivée progressive d’étudiantes d’origines populaires, souvent jeunes bachelières. Elles représentent aujourd’hui environ la moitié de l’effectif.

Un certain nombre de travaux français en sociologie de l’éducation (Bourdieu & Passeron, 1964, 1970 ; Bourdieu & de Saint-Martin, 1970 ; Convert, 2003, 2010) ont montré que le public qui s’oriente...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Ruggero Iori, « Des « héritières » dans la formation d’assistante de service social ? Aspiration au travail social et reclassement », Revue française de pédagogie, 195 | 2016, 37-50.

Référence électronique

Ruggero Iori, « Des « héritières » dans la formation d’assistante de service social ? Aspiration au travail social et reclassement », Revue française de pédagogie [En ligne], 195 | 2016, mis en ligne le 30 juin 2019, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://rfp.revues.org/5026 ; DOI : 10.4000/rfp.5026

Haut de page

Auteur

Ruggero Iori

Université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, laboratoire PRINTEMPS – iori.ruggero@gmail.com

Haut de page

Droits d’auteur

© tous droits réservés

Haut de page
  • Logo Université de Lyon
  • Logo ENS de Lyon
  • Logo ENS Éditions
  • Logo Institut français de l'éducation
  • Revues.org